COMMENT LIRE LE LANGAGE DU CORPS


Comment lire le langage du corps

La compréhension du langage corporel peut mener au succès autant dans la vie personnelle que professionnelle puisque la communication non verbale constitue jusqu'à 60 % du sens dans une communication entre deux personnes.[1] En observant les signaux que les gens envoient avec leurs corps et en étant capable de les lire efficacement, vous acquerrez une compétence utile. En faisant un petit peu plus attention que d'habitude, vous pouvez apprendre à lire de manière précise le langage corporel et avec suffisamment de pratique, cela peut devenir une seconde nature.

Partie1

Lire les indices émotionnels

1.    


1
Surveillez les larmes. Les larmes sont considérées comme le résultat d'une explosion émotionnelle dans la plupart des cultures. Souvent, les pleurs sont considérés comme un signe de tristesse ou de chagrin, mais ils peuvent aussi être l'expression de la joie. Il est aussi possible de pleurer en riant. C'est pourquoi, lorsque vous évaluez des larmes, vous devez chercher d'autres signaux pour déterminer le contexte exact de ces larmes.[2]
·         Il est aussi possible de se forcer à pleurer pour s'attirer la sympathie des autres ou pour les manipuler. Cette pratique est appelée larmes de crocodile, une expression familière qui tire son origine du fait que les crocodiles pleurent après avoir attraper une proie.[3]
2.    


2
Recherchez les signes de colère ou de menace. Les signes menaçants incluent des sourcils en V, des yeux grands ouverts et la bouche ouverte ou tournée vers le bas.[4]
·         Les bras croisés l'un sur l'autre sont aussi un signe commun de colère et de fermeture.[5]
3.    


3
Observez les signes d'angoisse. Lorsque les gens montrent qu'ils sont angoissés, ils se mettent à cligner des yeux plus souvent, à augmenter le nombre d'expressions du visage et à étirer leur bouche pour en faire une ligne fine.[6]
·         Les individus angoissés pourraient gigoter et jouer avec leurs doigts, sans être capables de rester tranquilles.[7]
·         L'angoisse peut aussi être exprimée lorsque les individus se mettent à taper du pied ou à gigoter des jambes sans s'en rendre compte.[8]
4.    


4
Observez les expressions de l'embarras. L'embarras peut être démontré en détournant le regard, en tournant la tête et en souriant de manière contrôlée ou tendue.[9]
·         Si quelqu'un regarde beaucoup par terre, il est probablement timide ou embarrassé. Les gens ont aussi tendance à regarder par terre lorsqu'ils sont fâchés ou lorsqu'ils essayent de cacher une émotion. Les gens pensent et ressentent souvent des émotions désagréables lorsque vous les prenez en train de regarder par terre.
5.    


5
Observez les manifestations de la fierté. Les gens montrent leur fierté en faisant un petit sourire, en penchant leur tête vers l'arrière et en mettant leurs mains sur leurs hanches.[10]

Partie2

Lire les indices de la relation

1.    


1
Jugez les canaux proxémiques et haptiques, c'est-à-dire la distance et le toucher. C'est une des façons de communiquer le statut d'une relation interpersonnelle. La proximité physique et le toucher montrent l'attirance, l'affection et l'amour.[11].
·         Les gens en relations proches demandent moins d'espace personnel que les inconnus.[12]
·         Il convient de noter que l'espace personnel nécessaire dépend aussi de la culture. N'oubliez pas que ce qu'une certaine culture considère comme proche et considéré comme éloigné par une autre culture.
2.    


2
Lisez les yeux de la personne. Des études ont montré que lorsque les gens s'impliquent dans des conversations intéressantes, leurs yeux restent concentrés sur le visage de leur interlocuteur pendant 80 % du temps. Cependant, ils ne se concentrent pas que sur les yeux de l'autre, mais ils se concentrent sur les yeux pendant quelques minutes avant de passer au nez et aux lèvres et de retourner aux yeux. Ils pourraient regarder la table de temps en temps, mais ils reviennent toujours à regarder leur interlocuteur dans les yeux.[13]
·         Lorsque les gens regardent vers le haut et vers la droite pendant une conversation, cela signifie en général qu'ils s'ennuient et qu'ils ont déjà abandonné la conversation.[14]
·         Les pupilles dilatées signifient que la personne est intéressée par ce qu'il se passe. Cependant, n'oubliez pas que de nombreuses substances peuvent provoquer une dilatation des pupilles, par exemple l'alcool, la cocaïne, les amphétamines, le LSD, etc.[15]
·         On utilise aussi souvent le contact visuel pour montrer sa sincérité. Un contact visuel trop persistant ou même agressif suggère que la personne qui parle est consciente du message qu'elle essaie de véhiculer. Ainsi, une personne qui essaye de vous tromper pourrait modifier son contact visuel pour ne pas avoir l'air de l'éviter, car c'est un signe répandu de mensonge.[16] Cependant, n'oubliez pas, comme cela a été noté plus haut, qu'il existe de nombreuses variations par individu lorsqu'il est question de contact visuel et de mensonge.
3.    


3
Examinez la posture de la personne. Si quelqu'un reste avec ses bras derrière son cou ou sa tête, cette personne indique qu'elle est ouverte à la discussion ou qu'elle est simplement décontractée en général.
·         Les membres croisés sont en général un signe de résistance et de réceptivité basse. En général, lorsqu'une personne dispose son corps de cette façon, c'est le signe que cette personne est mentalement, émotionnellement et physiquement fermée aux autres.[17]
·         Lors d'une étude sur 2 000 négociations enregistrées sur vidéo pour évaluer le langage corporel du négociateur, il n'y a pas eu d'accord de quelque sorte que ce soit pour que l'un des participants croise ses jambes.[18]

Partie3

Lire les indices de l'attirance

1.    


1
Estimez le contact visuel. Regarder l'autre dans les yeux est un signe d'attirance, comme l'est le clignement des yeux plus rapide que la moyenne des 6 à 10 fois par minutes.[19][20]
·         Le clin d'œil peut aussi être un signe de flirt ou d'attirance. Cependant, gardez en tête que cela peut être lié à la culture de l'individu. Dans certaines cultures asiatiques, le clin d'œil est considéré comme quelque chose de malpoli.[21]
2.    


2
Surveillez certaines expressions du visage. Le sourire est l'un des signes les plus clairs de l'attirance. Assurez-vous que vous savez faire la différence entre un sourire forcé et un sourire naturel. Vous pouvez faire la différence, car les sourires forcés n'engagent pas les yeux. Les vrais sourires provoquent de petites rides au coin des yeux. Lorsque les gens se forcent à sourire, vous ne verrez pas ces rides.[22][23]
·         Lever les sourcils peut aussi être un signe de flirt.[24]
3.    


3
Observez la posture de la personne, ses gestes et sa position. En général, les gens attirés l'un par l'autre ont tendance à essayer de se rapprocher l'un de l'autre. Cela signifie qu'une des personnes peut se pencher vers l'autre, mais elle peut aussi être plus directe et toucher l'autre. Une tape légère ou un frôlement du bras peut indiquer une attirance.
·         L'attirance peut aussi se montrer au niveau des pieds, lorsque ceux-ci sont dirigés ou font face à l'objet de l'intérêt.[25]
·         Les paumes des mains tournées vers le haut sont aussi un signe d'intérêt amoureux, car elles suggèrent que la personne est ouverte.[26]
4.    


4
Faites attention aux différences de signes de l'attirance selon le sexe. Les hommes et les femmes montrent leur attirance via le langage corporel de manière différente.
·         Un homme aura plutôt tendance à mener et à tourner son torse vers la personne qui l'intéresse, tandis que la femme qui retourne cette attirance va tourner son torse d'un autre côté et va se pencher en arrière.[27]
·         Un homme intéressé pourrait lever sa main au-dessus de sa tête à un angle de 90 degrés.[28]
·         Lorsqu'une femme montre son attirance, ses deux bras seront ouverts et ses mains pourraient toucher son corps sur des zones situées entre les hanches et le menton.[29]

Partie4

Lire les indices du pouvoir

1.    


1
Observez si l'autre vous regarde dans les yeux. Le contact visuel, un des canaux kinésiques, est une façon basique de communiquer la dominance. Les gens qui montrent leur dominance vont délibérément fixer les autres et les examiner tout en les regardant dans les yeux. Ils seront aussi les derniers à détourner leur regard.[30]
·         Si vous souhaitez montrer votre pouvoir, n'oubliez pas que regarder constamment quelqu'un dans les yeux peut aussi être intimidant.[31]
2.    


2
Évaluez les expressions du visage. Une personne qui veut montrer sa domination va éviter de sourire pour montrer qu'elle est sérieuse et pourrait plutôt froncer des sourcils ou pincer ses lèvres.[32]
3.    


3
Évaluez les gestes et la posture. Les gestes peuvent montrer la domination. En montrant les autres du doigt et en faisant des gestes larges, vous pouvez montrer aux autres votre statut. En plus, lorsque quelqu'un prend une position plus large et plus haute au lieu d'être détendu, cela montre aussi sa domination.[33]
·         Les individus dominants ont aussi une poignée de main plus ferme. Ils mettront généralement leur main sur le dessus en laissant la paume tournée vers le bas. La poignée de main sera ferme et soutenue pour montrer leur contrôle.[34]
4.    


4
Observez comment cette personne gère son espace personnel. Les personnes avec un statut élevé vont généralement laisser plus d'espace physique entre elles et les personnes de statut plus bas. Les personnes avec un statut élevé vont aussi occuper plus d'espace pour montrer leur domination et leur maitrise de la situation.[35] En d'autres termes, une posture étendue indique le pouvoir et la réussite.[36]
·         Vous pouvez aussi montrer votre pouvoir en vous tenant debout au lieu de vous assoir. La position debout, surtout lorsque vous êtes en premier plan, est perçue comme une position de pouvoir.[37]
·         Un dos bien droit et des épaules en arrière, au lieu de vous tenir avachi, véhiculent l'assurance en soi. Les personnes avachies et affalées véhiculent un manque de confiance en elles.[38]
·         Les individus dominants vont aussi mener de front et marcher à la tête du groupe ou passer par la porte en premier. Ils aiment se retrouver devant.[39]
5.    


5
Regardez quand et comment une personne vous touche. Les personnes qui veulent affirmer leur statut auront plus d'options lorsqu'il s'agit de toucher les autres parce qu'ils se sentent plus en confiance dans leur position. En général, dans une situation où l'une des deux personnes a un statut plus élevé que l'autre, celle au statut plus élevé touchera plus souvent celle au statut plus bas.[40]
·         Dans les contextes de communication où les deux locuteurs ont le même statut, ils se toucheront tous les deux de la même façon.[41]

Partie5

Comprendre le langage corporel

1.    


1
Sachez que lire le langage corporel est une tâche complexe. Le comportement non verbal est en lui-même complexe puisque les gens sont différents et se présentent différemment.[42] Lire le langage corporel d'une autre personne peut être un défi, car lorsque vous interprétez les signes que les gens vous envoient, vous devez prendre en compte la vue d'ensemble. Par exemple, cette personne vous a-t-elle déjà mentionné qu'elle s'est disputée avec sa femme aujourd'hui ou qu'elle n'a pas reçu la promotion qu'elle attendait au travail ? Avait-elle l'air visiblement angoissée pendant le déjeuner ?
·         Lorsque vous interprétez le langage corporel d'une autre personne, il est important, autant que possible, de prendre en compte sa personnalité, certains facteurs sociaux, son comportement verbal et le contexte. Même si ces informations ne sont pas toujours disponibles, elles peuvent vous aider à comprendre son langage corporel. Les gens sont complexes, c'est pourquoi vous ne devriez pas être surpris de voir que les informations qu'ils transmettent à travers leurs corps sont aussi complexes.
·         Vous pouvez comparer la lecture du langage corporel à votre série télévisée préférée. Après tout, vous ne voudriez pas regarder une seule scène de cette série, mais l'épisode en entier pour pouvoir comprendre ce que signifie cette scène. Vous devez aussi vous souvenir des épisodes précédents, de l'histoire du personnage et de la trame en entier. De la même façon, vous devez avoir une vue d'ensemble lorsqu'il s'agit du langage corporel.
2.    


2
Souvenez-vous de prendre en compte les différences individuelles. Il n'existe pas de langage corporel unique. Si vous vous intéressez à la lecture exacte du langage corporel d'une certaine personne, vous devez étudier cette personne pendant un moment. Ce qui est vrai pour cette personne ne l'est pas forcément pour les autres.
·         Par exemple, lorsqu'ils mentent, certaines personnes ne regardent plus leur interlocuteur dans les yeux alors que d'autres essayent de le regarder encore plus fixement dans les yeux pour qu'il ne le soupçonne pas de mentir.
3.    


3
Sachez que le langage corporel peut aussi être différent selon la culture. Pour certaines émotions et expressions du langage corporel, la signification de ce message peut être liée à la culture de l'individu.
·         Par exemple, dans la culture finlandaise, lorsqu'une personne vous regarde dans les yeux, cela signifie que vous pouvez l'approcher. Au contraire, lorsque les Japonais se regardent dans les yeux, cela exprime la colère.[43]
·         Pour vous donner un autre exemple, dans la culture occidentale, une personne qui se sent à l'aise avec vous va se pencher vers vous et diriger son visage et son corps en votre direction.[44]
·         Sachez que si certaines expressions physiques de l'émotion varient d'une culture à l'autre, certaines études suggèrent que certaines expressions du langage corporel pourraient être universelles. C'est d'autant plus vrai pour l'expression de la dominance et de la soumission. Par exemple, parmi différentes cultures, une position basse exprime la soumission.[45]
4.    


4
Sachez que la compréhension diffère selon le canal non verbal. Le canal non verbal est le moyen par lequel un message ou un signe est véhiculé sans mots. Les canaux non verbaux importants incluent les canaux kinésiques (le regard dans les yeux, les expressions faciales et le langage corporel), le canal haptique (le toucher) et le canal proxémique (l'espace personnel). En d'autres termes, le milieu détermine le message.[46]
·         En règle générale, les gens arrivent à mieux lire les expressions du visage, puis le langage corporel et pour finir l'espace personnel et le toucher.[47]
·         Même à l'intérieur de chaque canal, il peut exister une grandevariation. Par exemple, toutes les expressions du visage ne sont pas aussifaciles à comprendre. Les gens ont généralement plus de mal à lire les expressionsdésagréables du visage que celles qui sont agréables. Une étude à montré queles individus ont plus de facilité à interpréter le bonheur, la satisfaction etl'excitation que la colère, la tristesse, la peur et le dégout.[48]

Avertissements

·         Ne jugez pas une personne seulement par son langage corporel. Souvenez-vous que le langage corporel n'est pas le seul indicateur du statut d'un individu, de son état émotionnel ou de la relation qu'il entretient avec vous.

ATTENTION :


« Il faut quand même éviter de faire de l’interprétation excessive !

Par où commencer

Le corps


   Le corps nous donne beaucoup d’informations
Est-il ouvert ou fermé, est-il malade ou bien portant, a-t-il une infirmité ou pas, etc.… Observez la démarche de quelqu’un, peut nous informer sur sa situation sociale, a-t-il des responsabilités ?

Est-ce que votre interlocuteur est propre ou sale, est ce du à un manque de moyens ? Peut être qu’il est en situation précaire et qu’il n’a pas d’eau où il habite, ou alors est-ce dû à un problème d’enfance (noyade par exemple) qui a créer une phobie chez cette personne.
Dans tous les cas est-ce occasionnel ou répétitif ? L’individu est peut être tombé en panne de voi- ture en venant au rendez-vous. Certains métiers également sont très salissants ou provoquent des
soucis de peau sans pour cela être sale. Prenez un mécanicien, il a beau se laver, sa peau est impré- gnée de graisses, qui donnent les mains et les ongles noirs malgré un nettoyage quotidien.
Quoi qu’il en soit, cherchez à connaître la ou les causes de ce problème de saleté, avant de conclure à un manque d’hygiène de la part de votre interlocuteur.

Le visage


Le visage, sans doute l’élément corporel le plus important à étudier, de part sa complexité, en effet la médecine moderne affirme que le visage contient 55 muscles dont on se sert involontairement pour exprimer nos émotions et réactions. Ce qui rend l’analyse complexe sans oublier les gestes des mains qui viennent sans cessent compléter ces informations.
Le visage comporte plusieurs zones à analyser, qui se décompose de la façon suivante :

1.       Les oreilles
2.      Les yeux
3.      Le nez
4.      La bouche
5.      Le menton

Comme tout le monde le sait, nous avons deux yeux, deux oreilles, mais une bouche. C’est tout simplement pour :

« Observer et Ecouter deux fois plus que parler ! ».


Rappelez-vous que c’est celui qui ne parle pas qui dirige la conversation !

Les oreilles

Observation de la région des oreilles, les oreilles nous permettent d’entendre, que ce soit des choses agréables ou non. Malheureusement, nous ne pouvons pas fermer nos oreilles, contraire- ment à notre bouche ou à nos yeux. Donc il faut faire avec !
Ce qui nous pousse à toucher nos oreilles avec nos doigts et nos mains, en fonction de ce que nous entendons, cela dépend de ce que nous entendons.
Si ce que nous entendons nous est désagréable ou ne nous intéresse pas, nous aurons tendance à nous gratter une, voir les deux oreilles. A l’inverse, si ce que nous entendons est agréable, nous aurons plutôt tendance à nous  caresser les oreilles, ou sa région.
Si une personne vous écoute en ayant son index qui touche son oreille, tout en ayant son petit doigt sur la bouche, cette personne est très intéressée par ce que vous dites.
Si par contre la personne vous écoute avec cette même position, mais avec le pouce appuyé sur l’oreille, à la place de l’index, cela signifie qu’elle est OK ! avec ce que vous dites. En effet le pouce symbolise l’accord, nous faisons un signe du pouce pour dire « c’est OK ! ».
 Ce que j’entends, ne me plaît pas, je me gratte l’oreille !Ce que j’entends me plaît, je me caresse l’oreille

Je vous écoute avec attention ! (l’index est sur l’oreille, l’auriculaire sur les
lèvres.)


Les yeux


Le langage des yeux, toutes nos expressions passent par notre visage et particulièrement par nos yeux ; en effet ne dit-on pas « les yeux sont le reflet de l’âme ».
Nous utilisons nos deux yeux de façon simultanée, mais nous avons un œil directeur, principal, en fonction des circonstances.
Face à une émotion, c’est l’œil gauche qui devient à 90% des cas l’œil directeur. Ainsi la personne qui essai de séduire ou qui a une émotion, regardera son interlocuteur plus avec son côté gauche et donc avec son œil gauche, et son œil sera même plus ouvert qu’a son habitude, on verra plus le blanc de celui-ci surtout sur la paupière du bas. En phase de séduction, c’est la paupière inférieure gauche qui s’ouvre le plus et en cas de désir sexuel la pupille se dilate. Pour résumer, on en déduit que quelqu’un en phase de séduction montrera davantage le côté gauche de son visage, de façon inconsciente.
Un autre facteur de séduction est, le clignement de paupières, qui est dirigé vers l’intéressé et qui s’intensifie et s’amplifie quand une femme veut séduire quelqu’un d’autre, et tout cela de façon inconsciente bien sur.
Lorsque nous nous grattons ou frottons la région de l’œil, de l’extérieur vers l’intérieur du visage, cela veut dire que ce que nous voyons nous dérange, ou alors nous ne voulons pas voir. A l’inverse, si nous grattons ou frottons la région de l’œil de l’intérieur vers l’extérieur du visage, c’est comme pour vouloir ouvrir plus grand nos yeux. Ce que nous voyons nous convient, ou nous voulons en voir plus.
Gardons bien à l’esprit, que si votre interlocuteur se gratte les yeux, il peut être tout simplement fatigué. Donc bien mettre le geste au contexte.
Le système du regard, orientation des yeux, a une signification. Il indique les pensées de votre interlocuteur.
Voici le système oculaire, de votre point de vue. C'est-à-dire le visage de votre interlocuteur face à vous.
-   S’il regarde vers le haut à sa gauche, il cherche une image souvenir.

S’il regarde vers le haut à sa droite, cela correspond à une image construite.

-   à sa gauche au niveau des oreilles, il se souvient d’un son déjà entendu.

-   à sa droite au niveau des oreilles, il imagine un son qu’il ne connaît pas.
-   en bas à sa droite, il se souvient d’une sensation physique, une douleur, un ressenti.

-   en bas à sa gauche, il pense, il se parle à lui-même, c’est un dialogue interne.
Je ne veux pas voir ce que vous me proposez ! (je frotte mes yeux de l’extérieur vers l’intérieur
Je veux voir, ce que je vois me plaît ! Je frotte mes yeux vers l’extérieur, pour  y voir plus clair



Je regarde en haut à gauche, je me souviens d’une image, d’une scène déjà vu.



Je regarde en haut à droite, je crée une image que je n’ai jamais vue.
Je regarde à gauche au niveau des oreilles, je me souviens d’un son, de quelque chose que j’ai entendu.


Je regarde à droite au niveau des oreilles, j’invente ce que je dis avoir enten- du, ou un son que je ne connais pas

 Je regarde en bas à gauche, je suis dans mes pensées, je me parle.



Je regarde en bas à droite, je me souviens d’une sensation, une douleur


Le nez


Le nez est comme la bouche, un élément particulier, du fait qu’il soit seul. Une personne qui se gratte le nez, n’a pas forcement une connotation sexuelle, contrairement à ce que prétendent cer- tains « Experts » en gestuelle. Le fait de se pincer ou de se gratter le nez à plusieurs reprises, est surtout un signe d’agacement, de contrariété comme le font souvent les individus au tempérament colérique.




Je touche la pointe de mon nez avec mon index, la bouche entrouverte, je suis centré sur moi.

Je touche mon nez tout en appuyant mon index sur ma bouche, je suis en désaccord avec ce que vous me dites.
Je touche mon nez tout en cachant ma bouche, je suis centré sur mes inté- rêts, un peu comme si je me caché derrière ma main. (Méfiance !)
Je me gratte le nez suite à ce que vous venez de me dire, je suis intéresser par ce que vous dites, ou cela m’irrite.

Je me caresse le nez, suite à ce que je viens d’entendre. Ce que j’ai senti (au sens figuré) m’est agréable.


Je me pince le nez, suite à vos propos. Je ne sens pas (au sens figuré) ce que vous venez de me dire.
Je frotte la base de mon nez, ce que je viens de dire est un mensonge, ou ce que j’ai entendu est un mensonge. Le fait de frotter son nez est en quelque sorte pour s’assurer que celui-ci ne s’allonge pas !

La bouche


Organe par excellence de la communication, la bouche a plusieurs fonctions, le plaisir, la nutrition, la communication.
Avoir la bouche entrouverte, est un aspect gestuel reflexe. Il traduit une spontanéité et un enthou- siasme prêt à l’emploi. Action que l’on retrouve souvent chez l’enfant.
L’adulte quand à lui, conservent les lèvres fermées, ce qui traduit le contrôle de sa spontanéité ain- si que de son enthousiasme.

Je cache ma bouche avec le dos de ma main, laissant apparaitre ma paume, pour signifier « stop ne m’en dites pas plus ! ».
Le poing fermé sur ma bouche, je suis en total désaccord avec ce que vous dites, je suis en situation de protection.

Le pouce sur la bouche, je suis d’accord avec vous

Le ou les doigts sur la bouche, je suis en désaccord. Un peu comme si je voulaism’empêcher de parler, de répondre.
Je suis en pleine réflexion, centré sur moi-même.


Mon index caresse le centre de mes lèvres, témoigne d’un désir sexuel.

Je me retiens de répondre, ne me donnez pas la parole, je vais être agressif aupoint de vue verbal.



Le menton



Plus le menton est prononcé, plus l’individu a du caractère. Lorsque nous sommes dans un mo- ment de réflexion, on appuie notre tête avec le menton, comme si la tête devenait plus lourde.
C’est l’intervention de la main autour du menton, qui va nous renseigné sur les intentions de notre interlocuteur.
Prendre son menton entre son index et son pouce, signifie « attends j’ai un doute ! » Poser son index sur le menton, signifie « je suis d’accord, mais c’est MOI qui décide ! »
 Je suis d’accord, et je réfléchis.
 Attends, j’ai un doute !


 J’écoute et je suis concentré sur ce que tu me dis, mais doigts devant la bouche m’empêche d’intervenir car ce que tu dis est intéressant.

Voilà cher lecteur ce qui clôture notre chapitre sur le visage.

Nous allons passer maintenant à un autre chapitre, encore plus intéressant, celui des mains et des doigts. Etude très complexe, de part les multiples possibilités de leurs usages.
Bienvenue dans l’univers du langage des MAINS !


Les mains


La gestuelle des doigts et des mains constitue un véritable langage. Si beaucoup de gestes sont uni- versels, leur signification, par contre, est le plus souvent culturelle.
Les mains sont riches d’expressions, déjà par leurs compositions, une main humaine, comporte au moins vingt sept os, cinq doigts composent la main,
-Le pouce

-L’index

-Le majeur

-Annulaire

-Auriculaire

Comme leur nom l'indique, le pouce sert à montrer l’accord, l’index est utilisé pour pointer, mon- trer, le majeur est le plus long des doigts, l’annulaire est le doigt qui porte l’alliance et l'auriculaire est le doigt qui sert à se gratter l’oreille.

Un nombre incalculable de gestes sont inconscients et révèlent nos émotions, nos sentiments, nos pensées et nos désirs. Il est impossible de les énumérer tous, ni de leur donner une signification exacte. Leur interprétation dépend largement du contexte dans lequel ils s'effectuent.
Commençons donc par les gestes courants de la main, ensuite nous continuerons par le langage des doigts.
La poignée de main

La poignée de main est très symbolique, à son origine elle a été instaurée pour prouver que les mains sont vident, qu’elles ne cachent pas d’armes, donc que l’interlocuteur n’a rien à craindre.
La façon de serrer la main, nous indique les intentions de notre interlocuteur. Nous pouvons savoir dans un premier temps si la poignée de main est, chaleureuse, amicale, hostile, franche, fourbe ou encore intéressée etc.


Serrer le(s) poing(s)

En cas d'angoisse latente, il est fréquent de serrer les poings sans s'en apercevoir. Une étude en psychologie effectuée dans les rues de New York et consistant à filmer les passants a démontré que, lorsque deux personnes se croisent d'assez près, elles serrent les poings sans s'en apercevoir.

Visage dans les mains


Cacher son visage dans ses mains traduit bien souvent une angoisse, un état de fatigue ou de stress. Mais il existe bien d'autres façons de porter ses mains au visage, et leur signification peut être tout à fait différente.

Paume contre le front


Le plus souvent ce geste marque l'exaspération du sujet.

Se frotter les mains


Geste des manipulateurs et des calculateurs. On se frotte habituellement les mains lorsqu'on se félicite de l'élaboration d'un (mauvais) coup particulièrement raffiné, et qu'on se réjouit d'avance de ses conséquences.
Se frotter les mains traduit aussi la hâte de quelqu'un de voir quelque chose se produire, sans pour autant que cela soit malveillant.

Être encombré par ses mains


Lorsqu'un sujet est mal à l'aise, il est fréquent qu'il ne sache pas quoi faire de ses mains.




Je tends la main pour dire bonjour, mais le corps en arrière, je ne m’engage pas, je reste sur la défensive
Je tends ma main le corps penché en avant, je m’engage, je suis confiant.
J’écoute avec les mains derrière le dos, position pas très engageante, je reste
sur mes gardes.

 STOP ! Chacun sa place.

Bienvenue, je vous accueille à bras ouverts, geste sincère, mains à hau- teur entre la tête et le cœur, je suis content de vous voir.

Je croise les bras, en cachant mes mains. Je ne veux pas m’engager, je reste
sur ma position.


Je vous écoute les bras croisés, mais les mains apparentes, donc je suis de votre point de vue, le pouce montre mon accord « O.K. ».
Notez que lorsque vous croisez les bras, lorsque c’est votre main droite qui est en avant, sur le bras gauche, c’est une position offensive. A l’inverse le bras gauche sur le bras droit, est une position défensive.




Je parle en montrant le dos de mes mains, geste barrière et geste qui rapporte les choses à moi.
J’écoute mon interlocuteur, j’ai le poing fermé ce qui démontre une certaine agressivité envers celui-ci.
J’ai le poing fermé et je le gratte, je suis dans une colère non exprimée.

Maintenant, un dernier regard sur la poignée de main, LA HAUTEUR. La hauteur d’une poignée de main, peut nous informée sur l’intention de notre interlocuteur.


La poignée de main qui part à hauteur du cœur,  est sincère
 La poignée de main qui part à hauteur du ventre, la tête penchée sur la gauche, signifie « je vous apprécie»
Une poignée de main qui vient du dessous, vous invite à vous méfier des
coups bas.

 

Les doigts


Voici une sélection de quelques gestes automatiques et inconscients, avec les doigts et que vous retrouvez souvent dans la vie de tous les jours.
Le cercle digital : formé par l’index en contact avec le pouce, ce geste est souvent employé, pour appuyer ce que l’on vient de dire. « Je garantis que… » si la per- sonne était sûre d’elle, aurait-elle besoin de garantir ce qu’elle dit ?!




Le geste du menteur, le pouce vient écraser l’index et le majeur pour signifier : « Croyez-moi sur parole ! ».
Le geste dit : La branlette, ce geste s’effectue de haut en bas pendant ce qui est dit. Ce geste trahit une ignorance du sujet dont on parle.


La main posée sur un support avec le pouce et l’index réunis, té- moigne d’exigences impossibles à satisfaire, ce qui trahit une personne qui échoue plus qu’elle ne réussit.


N’oubliez jamais, que tous ces gestes sont à mettre dans un contexte, gardez toujours ceci à l’esprit. Pas d’analyse hâtive. C’est sur cette remarque que nous allons clôturer ce chapitre concernant les gestes en rapport avec la main.

Les bras


Voici notre avant dernier chapitre, nous allons maintenant aborder les gestes et postures des bras, prolongement des mains, ayant eux aussi une signification suivant la façon dont-ils sont montré à notre interlocuteur.
En règle générale, nous pouvons dire que si vous exposez le dos de vos bras à votre interlocuteur, c’est plutôt un signe de défense, à contrario, si vous exposez l’intérieur de vos bras, ceci est plutôt un signe d’affection.
Les bras croisés, en position d’attente, à l’aise mais qui reste sur ses gardes.

Les bras croisés, mais les mains en évidence, je me sens en confiance, mais j’ai une certaine réserve.
Je me caresse l’intérieur de l’avant bras, signe très affectueux, un peu comme si je caressais l’autre ou la personne à laquelle je pense.
Je me gratte l’intérieur du bras, signifie que je désire prendre le problème
à bras le corps.
Je me gratte le coude, ou une articulation, un changement venant de
l’extérieur me gêne.
Je me gratte la face externe du bras, traduit une crainte envers le monde extérieur, mon environnement.


Maintenant, nous allons étudier la dernière partie, celle qui concerne les jambes. Alors passons sans plus tarder à l’analyse…
Des jambes.



Les jambes


Voici pour terminer l’analyse de la position des jambes :

Assis confortablement, les pieds bien à plat sur le sol, les jambes entrou- vertes, témoigne d’un sentiment d’assurance et de tranquillité.

Je suis assis avec une jambe sous ma chaise, ou sous mon fauteuil, in- dique l’envie de bouger ou de partir.

Assis les jambes allongées, croisées au niveau des chevilles, le bassin en avant, cela veut dire que je suis à l’aise, détendu. Attention à ce que la personne dans cette posi- tion ne se détende pas trop, provoquant une déconnection du sujet.







Je croise les jambes, au niveau des genoux, attention à la direction du pied, si celui-ci est en direction de la porte, cela témoigne d’une envie de partir.
Pour finir, n’oubliez pas de regarder également la position des pieds, sont-ils en position ouverte ou fermée ? Sont-ils bien à plat ou en mouvements ?

Gestes de manipulateur


Nous voilà arrivé au dernier chapitre de ce livre, je vais vous montrer quelques gestes types de manipulateurs, que nous sommes susceptibles de croiser chaque jours au hasard de nos ren- contres.
Voici une liste de ces gestes de manipulateurs :

-          La poignée de main interminable :

Une poignée de main qui s’éternise, est tout sauf amicale, c’est une forme d’emprise sur son interlocuteur.

-          La poignée de main dite « carnivore »

Poignée de main longue, avec le soutien de la seconde main qui vient tenir le poignet en même temps, ceci est un signe de simulation d’une attitude amicale, destinée à rallier l’autre à son point de vue.

-          L’oubli

La personne qui en temps normal vous salue chaleureusement, et qui vient à oublier de vous saluer, ceci est une manœuvre destinée à vous déstabiliser au niveau émotionnel, et de part le fait avoir une emprise sur vous.

-          Commissures des lèvres

Quelqu’un qui se gratte la commissure des lèvres, avec son auriculaire, n’a pas la conscience tranquille.

-          Les doigts croisés

Avoir les doigts croisés avec les pouces qui s’écartent au rythme de nos propos, témoigne d’une envie de convaincre l’autre alors que nous mentons.

-          Cacher ses mains

L’acte de cacher ses mains, est très significatif. Nous cachons nos mains lorsque nous vou- lons dissimuler quelque chose. Par exemple quelqu’un qui discute avec vous en gardant sa main gauche dans sa poche, veut de façon inconsciente cacher ses sentiments, ou sa vulné- rabilité.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.