Les Juifs par Henry MAKOW 3


Les français choisissent un larbin de Rothschild
Un pion de Rothschild semble prêt à devenir le prochain président de la France.
Les Français font le choix du suicide national. Le «terrorisme» ne semble même pas les affecter. Rothschild continuera à Gouverner à travers ses marionnettes.
(Macron a épousé sa professeur de lycée, son aînée de 24 ans, victime d’un lifting malheureux. Elle a maintenant 63 ans. Des rumeurs prétendent qu’il serait en fait homosexuel)
Emmanuel Macron est un financier photogénique de 39 ans à la carrière étonnante. Il est devenu le chef de file de la présidentielle en France avec 23,8% des voix, suivi de Marine Le Pen avec 21,7%. Selon les sondages d’opinion, il remportera le deuxième tour contre Marine Le Pen, avec environ 66 pour cent des voix.
Emmanuel Macron n’a aucune expérience politique réelle. Il n’a jamais été élu nulle part auparavant …. Il n’est qu’un banquier d’investissement spécialisé dans les fusions et acquisitions ayant bien réussi sa carrière. Il est diplômé de l’ENA, une université de premier plan pour l’élite française. Il a travaillé pendant plusieurs années au ministère de l’Économie et des finances. Ensuite, en 2007, une année cruciale dans son parcours, l’économiste prometteur de 29 ans a été pris en main par Jacques Attali, un des lèche-botte de Rothschild.
Jacques Attali  est un philosophe-mondialiste, un écrivain d’utopies multiculturelles anticipant l’heure où toutes les nations et tous les états disparaîtront de la terre suite à des conflits sanglants pour que les survivants de l’humanité se réunissent sous la bannière de la démocratie et sous le contrôle d’un gouvernement mondial. Pendant de nombreuses années, Attali disposait de ses entrées à l’Élysée et a été l’un des conseillers les plus influents de plusieurs générations de présidents français, de François Mitterrand à François Hollande. Les médias locaux, le désignant comme « le vrai président de la France », exagèrent à peine.
C’est Jacques Attali qui a créé le lien entre le capital financier et l’élite du Parti socialiste au pouvoir, qu’il soutient. Il est exceptionnel dans sa capacité à envelopper habilement les plans prédateurs des banquiers dans de beaux slogans de gauche.
IMMIGRATION = BAISSE DU COUT DU TRAVAIL
En 2008, la Commission Attali a présenté au président Nicolas Sarkozy « 300 propositions pour changer la France » – un plan de modernisation de l’économie destiné à la sauver de longues années de stagnation. L’idée principale peut être formulée comme suit : pour éviter de perdre sa compétitivité sur le marché mondial, le pays doit réduire considérablement le coût du travail. Une façon de le faire est d’accroitre l’immigration en France ; les immigrés récents peu rémunérés, qui ne pourront pas s’organiser en syndicats, remplacent les travailleurs enracinés au sein du secteur primaire et secondaire. En outre, le plan prévoit une réduction considérable des dépenses publiques en matière de santé, d’éducation et de retraite. Sarkozy n’a pas osé accepter ce plan radical.
à gauche, le « vrai » président de la France, le banquier Juif kabbaliste Jacques Attali
Pendant son séjour à la Commission, Macron a réussi à gagner la sympathie d’Attali, qui l’a bientôt présenté à son ami François Enron. Enron, à son tour, est le meilleur ami et partenaire principal de David de Rothschild. En 2008, Macron a été embauché par la Banque Rothschild, où il est passé d’analyste à associé-gérant. Ses commissions dépassaient plus d’un million d’euros par an.
La plus importante contribution de Macron a été son intervention dans l’achat par Nestlé de la division des aliments pour bébés de Pfizer aux États-Unis (pour 11,85 milliards de dollars). À cette époque, Matthieu Pigasse, directeur de la branche française de la banque Lazard Frères, souhaitait faciliter la transaction pour son client, Danone, mais a échoué. Alors Macron trouva en Matthieu Pigasse son plus grand ennemi.
En 2010, Pigasse qui est un banquier de gauche et un ami et patron des socialistes français, avait prévu de devenir conseiller économique de François Hollande mais l’omniprésent Jacques Attali a recommandé Emmanuel Macron à Hollande. Pendant plusieurs années, Macron, parfaitement bilingue en anglais et en allemand, était la liaison entre l’élite socialiste de la France et les milieux financiers étrangers. Comme l’a noté malicieusement le Guardian, tandis que Hollande criait à des rassemblements : « Mon ennemi principal est la finance ! » Macron, l’employé de Rothschild, s’envolait à la City pour rassurer les banquiers ; leur confirmant que sous le mandat du président Hollande, tout continuerait comme avant.
En 2012, Hollande est devenu président et Macron a quitté la maison Rothschild. Il a été nommé secrétaire général adjoint de l’Élysée. En 2014, dans son poste de « jeune réformateur », il a dirigé le ministère de l’Économie et de l’Industrie (prenant la place de l’ami et partenaire commercial de longue date de Pigasse, Arnaud Montebourg). Hollande lui donne carte blanche pour des activités liées à la modernisation de l’économie et Macron présente un projet de loi avec plus de 300 sections, prévoyant la libéralisation du marché français. Les experts disent que la loi Macron incarne toutes les idées de la commission Attali. Y sont intégrés et encouragés : l’immigration, la réduction des effectifs, la concurrence accrue au sein de tous les corps de métier, une augmentation de la journée de travail au détriment des dimanches et des heures de nuit.
Les travailleurs en France n’ont pas approuvé ce projet de loi. Sa discussion a été accompagnée de manifestations massives. Il n’y avait aucune chance de faire passer la loi au parlement. Hollande a ensuite exercé son droit de forcer l’adoption de certaines lois sans l’approbation du Parlement et, en août 2015, a fait approuver la « Loi Macron ». De manière significative, avant de devenir président, Hollande critiquait vertement ce projet de loi, le qualifiant même de « fasciste ».
L’INGÉNIERIE POLITIQUE DU POUVOIR DE L’OMBRE
En 2016, lorsque la cote de popularité de Hollande était honteusement faible, quelque chose d’inhabituel a commencé à se produire autour d’Emmanuel Macron. Ainsi, surgit de sur nulle part, un mouvement, « Les jeunes avec Macron » est apparu. Il est difficile d’imaginer que des jeunes s’agrègent spontanément autour d’un ministre de l’économie aussi impopulaire dans un pays à l’économie exsangue. Cependant, plusieurs milliers de personnes ont participé au nouveau mouvement. Macron a fondé son propre parti le dotant d’un nom vague « En marche ! ». Des meeting ont commencé à rassembler d’énormes foules et ce à un moment où les socialistes ne parvenaient qu’à grand-peine à réunir que quelques centaines de personnes à leurs événements. Le programme de Macron n’était pas encore clair. Condamnant les attentats terroristes, il n’a cependant pas l’intention de fermer les frontières ou de restreindre l’immigration ; Promettant d’augmenter les dépenses militaires du pays, il ne l’éloigne pas pour autant de l’OTAN.
En fait, Macron reste le même mondialiste, un élève exemplaire de Jacques Attali, mettant l’accent sur les slogans de l’unité européenne. Il critique à la fois la gauche et la droite, essayant de distraire les électeurs qui votent traditionnellement pour les socialistes et aussi d’attirer ceux pour qui le Front national de Marine Le Pen est trop radical. Avec son apparition soudaine en politique, Macron a obtenu un taux incroyable. Les journalistes le portent littéralement à bout de bras. Les magazines féminins le qualifient de nouveau sex-symbol et de rêve pour toute femme française. Des journaux influents soulignent les avantages de sa position centriste. Les sociologues prédisent sa victoire. Et personne ne révèle quoi que ce soit de sérieux permettant de le discréditer. En janvier, lorsque certaines critiques ont miné les chances de ses principaux concurrents, Marine Le Pen et Francois Fillon, Macron est resté éloigné de tous scandales.
Le prochain « couple » présidentiel
VIE PRIVÉE
La vie privée de Macron – un sujet potentiellement « mortel » pour un politicien français – peut sembler paradoxale, mais les médias l’ont dépeinte sous un jour purement romantique. Le fait est que la femme du favori de la course présidentielle (Brigitte Trogneux) est plus âgée que lui de 24 ans. En 2007, le jour de son mariage, il avait 29 ans et elle en avait 53 ans. Macron a déclaré aux journalistes qu’il était tombé amoureux de sa future femme à l’âge de 15 ans, alors qu’elle enseignait le français dans son école. Pendant ce temps, il est sortit diplômé du lycée et de l’université, a parcouru le monde, a construit une carrière, mais pendant ces 14 ans, il est resté fidèle à son premier amour. Malgré son invraisemblance, l’histoire est validée par tous les journalistes. Des photos de Macron main dans la main avec sa femme, ou de Macron avec une bouteille de nourriture pour bébé, en train de donner le biberon à ses petits-enfants ont été publiées par tous les journaux du pays. Les magazines de mode ont catapulté sa femme au rang « d’icône du style ». En termes d’ingénierie politique, cela s’est révélé payant : la France vieillit et l’électorat des femmes à la retraite est important. Pour elles, il existe une abondance de films dans lesquels de beaux jeunes hommes tombent amoureux d’une vieille dame. L’idylle familiale de Macron est conçue et projetée pour elles. Il est également vrai que les tabloïds répètent périodiquement des rumeurs selon lesquelles l’amant de Macron serait le président de Radio France, Matthieu Galle, mais il n’existe aucune preuve.
Toutes les guerres sont déclenchées par l’Usure bancaire
Voilà ce que Nathaniel Rothschild (1777-1836) voulait vraiment dire : « Celui qui contrôle l’émission monétaire possède le peuple. »
L’activité bancaire s’est changée en tour de passe-passe, lorsque les orfèvres gardant les coffres ont réalisé qu’ils pouvaient émettre beaucoup plus de reçus (reconnaissance de dette), qu’ils n’avaient d’or en dépôt. Telle est l’origine de la monnaie papier. Puis, ils ont fait en sorte que l’État emprunte et garantisse leurs reçus frauduleux étant ainsi venu constituer la masse monétaire.
La race humaine est réduite en esclavage par ces sociopathes, qui font à présent usage d’une menace terroriste bidon comme prétexte pour protéger leur monopole sur le crédit et continuer à collecter leurs dettes fictives et leurs intérêts. Un membre de la famille Rockefeller a admit que le terrorisme était un canular.
La monnaie fiduciaire est un moyen d’échange, comme un coupon. Elle n’a pas de valeur intrinsèque mais s’avère essentielle à la vitalité économique. Les banquiers contrôlent les entreprises qui contrôlent les politiciens et les médias de masse. Ils font en sorte que l’humanité soit distraite et massacrée par des guerres bidon et des crises fabriquées, pendant qu’ils érigent leur « gouvernement mondial ».
Dans l’article qui suit, Jüri Lina remonte aux origines de la Banque d’Angleterre et à ses conséquences : « Toutes les grandes guerres ont été déclenchées et financées par les conglomérats économiques émanant d’une seule dynastie bancaire : les Rothschild. »
Par Jüri Lina
« The Fight Against Usury » (extrait de la revue The Barnes Review, Octobre 2004)
Article original en anglais sur www.henrymakow.com
En novembre 1688 (sous le signe du Scorpion) le Roi Catholique d’Angleterre James II (Stuart) fut renversé par une invasion très organisée financée par les Juifs d’Amsterdam et menée par le Prieuré de Sion et l’Ordre d’Orange.
Le Roi s’exila en France et en février 1689 Guillaume d’Orange, le prince de Nassau, fut placé sur le trône d’Angleterre. Cet épisode fut appelé la « Glorieuse Révolution ». Même les historiens officiels admettent que le peuple ne participa jamais à ce coup d’état.
L’Angleterre était en mauvaise posture après 50 ans de guerre avec la France et les Pays Bas. Guillaume III demanda de l’aide à plusieurs puissants banquiers. Ils accordèrent à l’état un prêt de 1,25 million de livres mais ne fournirent que 750 000 livres. Les termes du prêt étaient les suivants :
Le nom des prêteurs ne devait jamais être révélé, et ces derniers obtinrent l’autorisation de fonder la Banque d’Angleterre, dont les directeurs parvinrent à émettre des crédits d’une valeur de 10 livres pour chaque livre d’or déposée dans les coffres de la banque. Ils furent également autorisé à consolider la dette nationale et s’assurer son remboursement annuel avec intérêt à travers la taxation directe du peuple.
L’institution privée de la Banque d’Angleterre fut établie en 1694 avec un contrôle absolu sur la devise (le droit d’émettre des billets). Le prêt usuraire continua de plus belle. Ainsi le peuple anglais se vit accablé par une dette nationale colossale. Les impôts durent être augmentés et les prix doublèrent. Pour les banquiers francs-maçons, il était indispensable d’obtenir le monopole de l’émission monétaire. De cette façon, ils parvenaient à engranger d’énormes profits et à contrôler le processus politique.
La Banque d’Angleterre fut autorisée à prêter jusqu’à 10 fois le montant disponible en réserve. Avec un intérêt de 5 pour cent, en deux ans la banque avait gagné un montant égal au prêt originel.
En 1698, la dette nationale avait grimpé de 1,25 millions de livre à 16 millions. En 1815 elle était de 885 millions de livres et en 1945 elle avait atteint 22,5 milliards de livres. En 1995 la dette nationale s’était envolée à plus de 300 milliards de livres, l’équivalent de 45 pour cent du PIB.
Pas même le comité Macmillan, qui fut formé en 1929, ne parvint à savoir qui gouvernait la Banque d’Angleterre. Un seul nom a percé – celui de Rothschild. Toutes les grandes guerres ont été déclenchées et financées par le conglomérat économique émanant d’une seule famille : les Rothschild.
LA PROPAGATION DES BANQUES CENTRALES
Aux Pays-Bas, les sociétés secrètes étaient parvenues à fonder une banque centrale dès 1609. A peu près 40 des banques centrales les plus importantes furent établies de manière similaire à la Banque d’Angleterre. De cette manière, les banquiers francs-maçons gèrent le développement à long-terme du monde grâce au prêt à intérêt comme méthode, les banques centrales comme intermédiaires, les politiciens comme idiots utiles et les peuples comme salariés-esclaves ignorants.
Les banques contrôlées par les francs-maçons peuvent ainsi orchestrer la vie politique en agissant sans être vus. Le peuple anglais a renforcé le pouvoir de ces francs-maçons invisibles en payant des impôts pendant trois siècles. Les banques centrales étaient supposées stabiliser l’économie. En réalité, cela fonctionne bien différemment.
Benjamin Franklin écrivit au sujet des colonies britanniques en Amérique du Nord dans les années 1750 : « Nulle part dans le monde peut-on trouver un peuple plus heureux et connaissant un tel bien-être. » Il expliqua que cela était du au fait que « nous dans les colonies imprimons notre propre monnaie », appelée « colonial script ». Il expliqua ensuite : « En émettant notre propre monnaie, nous pouvons contrôler son pouvoir d’achat, et nous ne sommes pas obligés de payer d’intérêt à qui que ce soit. »
Dans ces colonies britanniques de la Nouvelle Angleterre, la richesse contrastait avec l’état de pauvreté et de misère en Angleterre. Il y avait assez d’argent, et il était bien sur créé sans intérêt.
Lorsque les banquiers maçonniques en Angleterre entendirent le discours de Franklin devant le parlement britannique, ils s’assurèrent que le parlement interdise aux colonies d’utiliser leur propre système financier. La masse monétaire fut réduite de moitié et les colonies furent forcées d’emprunter de l’argent à la banque d’Angleterre. Le résultat fut des intérêts élevés et une augmentation des prix. En l’espace d’un an les rues furent pleines de chômeurs.
Dans les manuels scolaires américains, la raison donnée pour le déclenchement de la guerre d’indépendance est la taxe sur le thé. Mais d’après Franklin « les colonies auraient joyeusement supporté la modeste taxe » (de 2 pour cent) sur le thé et d’autres matières premières si ça n’était pas que l’Angleterre leur avait retiré leur devise ce qui avait entrainé du chômage et une grande frustration. » Le résultat de l’influence des banques anglaises sur le parlement britannique fut une terrible pauvreté en Amérique. Une fois cette situation créée, il fut facile d’inciter le peuple à la guerre, ce que les francs-maçons firent avec satisfaction. Ils voulaient une base arrière pour leurs futures activités mondiales.
Parmi les hommes qui rédigèrent la constitution de 1787, beaucoup mirent l’accent sur la protection contre le parasitisme financier des banquiers internationaux. Ainsi l’article 1, section 8 de la Constitution déclare : « Le Congrès aura le pouvoir… de battre monnaie et d’en réguler la valeur… »
Alexandre Hamilton, un franc-maçon et le ministre des finances du gouvernement de George Washington, également un agent des financiers internationaux, ordonna la création d’une banque de l’union et l’introduction du prêt à intérêt. Son argument était simple : « une dette nationale limitée serait une bénédiction pour cette nation ». Il considérait comme dangereux le fait pour le gouvernement d’émettre sa propre monnaie.
Ainsi les Etats-Unis connurent-ils leur première banque centrale en 1791. Elle était entre des mains privées mais n’avait obtenu qu’un bail d’une durée de 20 ans. Elle ne fut pas renouvelée lorsqu’il expira. Andrew Jackson fit référence au fait que la Constitution avait donné au Congrès le droit d’émettre la monnaie en quantité suffisante et non de transférer ce droit à d’autres.
LA GUERRE DE 1812
Le franc-maçon Nathan Rothschild (1777-1836), qui finança en partie les guerres napoléoniennes à travers la Banque d’Angleterre, ne tarda pas à présenter un ultimatum – soit le bail était renouvelé ou il y aurait une guerre. Jackson qualifiait les banquiers maçons de bandes de voleurs et s’était promis de les extirper. Rothschild donna des ordres : « Donnons une leçon à ces américains insolents. Renvoyons-les au stade colonial. »
Le gouvernement britannique commença à limiter le commerce maritime américain et à contrôler l’expansion américaine au Canada. Le président James Madison laissa le congrès déclarer la guerre à l’Angleterre. L’intention de Rothschild était de ravager le pays pour que les américains soient forcés de demander une aide financière. Cependant, la Grande-Bretagne échoua à regagner les colonies perdues, et les Etats-Unis échouèrent à occuper le Canada.
Rothschild ne triompha pas cette fois. Le renouvellement du contrat de la banque centrale fut encore suspendu en 1836 sous la présidence d’Andrew Jackson (1829-1837), malgré le fait qu’il ait été Grand Maitre du Tennessee. La banque centrale fut temporairement abolie.
Même alors, les banquiers européens et leurs agents américains parvinrent à exercer un large contrôle sur le système monétaire américain. Gustave Myers admet dans son ouvrage : History of the Great American Fortunes (1910) : « Sous la surface, les Rothschild exerçait une influence directe en dictant les lois financières américaines. Les registres légaux montrent qu’ils furent les propriétaires de l’ancienne Bank of the United States. »
Rien ne figure non plus dans les manuels scolaires américains, sur le rôle des banques au cours de la première et deuxième guerre d’indépendance (il s’agit des périodes 1775-83 et 1812-1814).
L’historien Carroll Quigley commenta la création des banques centrales en 1975 dans son ouvrage Tragedy and Hope :
« Le pouvoir financier du capitalisme avait un plan à plus long terme, rien de moins que de créer un système mondial de contrôle financier entre des mains privées capable de dominer le système politique de chaque pays et l’économie du monde comme un tout. Ce système devait être contrôlé de manière féodale par les banques centrales du monde agissant de concert, par des accords secrets au cours de fréquentes réunions et conférences. L’apex du système devait être la Banque des Règlements Internationaux à Bâle, en Suisse, une banque privée possédée et contrôlée par les banques centrales du monde qui sont elles-mêmes des entités privées. Chaque banque centrale devait parvenir à dominer son gouvernement par sa capacité à contrôler les bons du trésor, à manipuler les échanges de devises étrangères, d’influencer le niveau d’activité économique dans le pays, et de récompenser les politiciens affiliés par des positions avantageuses dans le monde des affaires. »
La Démocratie est une Illusion
Des banquiers étrangers tiennent les cordons de notre bourse
Un dessin illustre notre naïveté concernant la démocratie.
Un esclave ramant dans une galère de Viking lève la main et appelle le maître qui tient le fouet :
“- Hou ! Oh, ou hou… je crois que j’ai des ampoules.”
Tout comme cet homme, la plupart des gens s’agrippent à la croyance que nos dirigeants représentent nos intérêts.
– « Ou hou, M. Bush, vous avez menti au sujet des armes de destructions massive en Irak.”
Lors d’un rassemblement de l’élite, Bush s’est penché sous son pupitre et a plaisanté : « Où sont ces armes de destruction massive ? »
Une petite kabbale de banquiers internationaux choisie nos « dirigeants ». Cette clique, qui contrôle subtilement chaque facette importante de notre société est en train d’établir graduellement un état policier orwellien mondial. La plupart des membres de la haute société ou de la classe moyenne ont été dupés tout en croyant participer  à l’édification d’un monde meilleur.
Prouvez-le, dites-vous ?
« The Naked Capitalist » de W.C. Skousen et un ouvrage explosif. Il est basé sur les révélations contenues dans le livre du professeur Carroll Quigley « Tragedy & Hope : A History of the World in Our Time. » (1966)
Quigley, un professeur d’histoire de la Georgetown University était un initié de confiance ayant accès à leurs archives privées. Il sentait que le complot, qu’il soutenait, était trop important pour rester caché. Cependant, peu après sa publication, son livre fut retiré de la vente.
Cleon Skoussen fut un agent du FBI pendant 16 ans et le Chef de la police de Salt Lake City durant 4 ans. Son « Naked Capitalist » distille les preuves les plus choquantes du livre intimidant (1300 pages) de Quigley.
Avec juste 122 pages, « The Naked Capitalist » (1970) est un compte rendu concis, lucide et absolument convaincant de la conspiration ourdie par les banquiers internationaux. Les historiens qui ont largement ignorés ces travaux ont trahis la confiance du public.
NOTRE INEXTRICABLE CONDITION
Quigley confirme qu’un réseau de dynasties bancaires ont, selon les propres termes de Skousen, « acquis un contrôle étouffant sur les affaires de pratiquement toute l’espèce humaine. » D’après Quigley, ils comprennent les familles « Baring, Lazard, Erlanger, Warburg, Schroder, Selingman, les Speyers, Mirabaud, Malet, et par-dessus tous les Rothschild et les Morgan. » (Les citations proviennent de « Tragedy & Hope », p. 51-52)
Quigley confirme que, en commençant par la Banque d’Angleterre en 1694, ces dynasties se sont organisées au sein d’un système de banques centrales qui font payer à leurs nations respectives des milliards de dollars en intérêts pour le privilège d’utiliser des devises garanties par le propre crédit des nations. En d’autres termes, ils ont perpétré une escroquerie aux proportions monstrueuses.
Quigley cite William Gladstone, qui en tant que Chancelier de l’Echiquier (ministre des finances) déclara en 1852 : « Le gouvernement lui-même ne devait pas constituer un pouvoir substantiel en matière de finance, mais devait laisser le Pouvoir Financier régner suprêmement sans être remis en question. » (325)
Autrement dit, un monopole privé sur le crédit contrôle les cordons de la bourse de tous les gouvernements du monde.
Capable de créer l’argent à partir de rien, ils se sont naturellement emparés d’autant de richesses réelles qu’ils pouvaient. Quigley écrit au sujet de la formation de leurs cartels américains : « La période 1884-1933 fut celle du capitalisme financier au cours de laquelle les banquiers d’investissement accaparant les banques commerciales et les assurances d’un côté, ainsi que les chemins de fer et l’industrie lourde de l’autre, parvinrent à mobiliser une richesse énorme et à exercer ainsi un énorme pouvoir économique, politique et social. » (71)
En effet, leurs représentants, « l’Etablissement Oriental »,  c’est-à-dire les Morgan et maintenant les Rockefeller dirigent les Etats-Unis. (72) Leur principal mécanisme de pouvoir étant le Council of Foreign Relations.
D’après Quigley, le but ultime n’est « rien de moins que de créer un système mondial de contrôle financier entre des mains privées, capable de dominer le système politique de chaque pays et l’économie du monde comme un tout. Ce système devait être contrôlé… par les banques centrales… agissant de concert. » (324)
Quigley confirme que les banquiers ont usurpé les instincts collectifs de l’humanité en finançant les mouvements Socialistes et Communistes. Les banquiers aiment les gros gouvernements parce que le monopole ultime est l’Etat. A travers lui, ils peuvent éliminer leurs rivaux et contrôler la dette, les ressources, la demande du marché et la main d’œuvre.
En parlant de la prise de contrôle Communiste du gouvernement US dans les années 1930 et 1940, Quigley écrit : « il doit être bien compris que le pouvoir que ces gauchistes énergiques exerçaient ne fut jamais leur propre pouvoir de Communistes, mais n’était en fin de compte que le pouvoir de la coterie financière internationale. »
En d’autres termes, des millions d’idéalistes dévoués à la fraternité humaine et à l’égalité furent (et sont encore) dupés dans l’avancement d’un projet totalitaire afin de concentrer la richesse et le pouvoir entre les mains des super riches. Davantage de gauchistes, de communistes, de féministes et de mondialistes continuent de prospérer tout en prétendant servir l’humanité.
Le Pouvoir Financier contrôle le débat et le conduit dans une impasse en soutenant toutes les tendances politiques et en marginalisant quiconque ose braquer le projecteur sur eux. (Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi Noam Chomsky ne mentionne jamais les banquiers internationaux et le système monétaire ?) Les médias sont contrôlés à travers la publicité ou la possession directe.
Quigley écrit : « Aux yeux de Morgan, tous les partis politiques n’étaient que de simples organisations à utiliser, et la firme prenez toujours soin d’avoir un pied dans les deux camps. Morgan lui-même, Dwight Morrow et d’autres partenaires étaient alliés avec les Républicains ; Russel C. Lewffingwel était de mèche avec les Démocrates ; Grayston Murphy était allié avec l’extrême droite ; et Thomas W. Lamont était allié avec la gauche. » (945)
La famille Lamont constituait « les sponsors et les bienfaiteurs financiers de presque toutes les organisations d’extrême gauche y compris le Parti Communiste lui-même. » (945)
CONCLUSION
Une petite kabbale de gens qui ne sont même pas des citoyens tient les cordons de la bourse de chaque nation.
Cela explique en soi le sens de la « mondialisation » et la poussée vers un gouvernement mondial. Cela explique l’assaut sur la race, la religion, la nation et la famille. Les banquiers veulent un monde homogène qui n’offre aucune base de résistance.
Cela explique pourquoi en temps de prétendu danger sécuritaire, la frontière sud des États-Unis est pratiquement poreuse. Les banquiers veulent miner le caractère européen de l’Amérique, qu’ils perçoivent comme une menace.
Cela explique la guerre en Irak, et le fait qu’il n’y ait aucune opposition dans les partis au pouvoir ou dans la presse. Cette guerre a profané le berceau de la civilisation et assailli l’Islam. Elle constitue aussi une opportunité de créer plus de dette et d’enrichir les banquiers et leurs grosses entreprises alliées.
Cela explique le 11/09, la répression du Patriot Act et l’hypocrite « Guerre contre le Terrorisme. »
Cela explique le caractère dépravé des médias de masse et du système éducatif. Je pourrai continuer mais je pense que vous voyez de quoi il s’agit. Nous sommes des crustacés à la merci d’une baleine géante. Au moins, ne gaspillons pas d’énergie à croire que nous vivons dans une société libre et ouverte. Notre démocratie n’est qu’une ruse.
Rendre le monde plus sûr… pour les banquiers
Les banquiers internationaux vivent dans la peur.
Pas de la famine, de la maladie ou de la guerre. Telles sont les préoccupations des enfants du Tiers-Monde.
Les banquiers sont terrifiés a l’idée que nous puissions nous opposer au fait de leur verser des milliards chaque année en intérêt pour de l’argent qu’ils créent à partir de rien, garantie par nos impôts. (Le Federal Reserve Board, un cartel privé de banques privées étrangères pour la plupart, a extorqué ce monopole en 1913.)
Les banquiers ont peur que, comme le chien de l’homme sans-abri, nous puissions dire, « je peux le faire moi-même. »
Ils ont peur que le gouvernement puisse aller encore plus loin et « fasse défaut » sur les milliers de milliards de leur dette factice.
Ils ont peur de perdre le contrôle. Ils tournent et se retournent la nuit. Afin de dormir plus profondément, les banquiers ont pris des mesures.
Ces précautions nous aident  à comprendre le monde dans lequel nous vivons, pourquoi il est de plus en plus sûr pour les banquiers, mais de moins en moins sûr et davantage bizarre pour tout le monde.
Premièrement, les gens qui possèdent une machine à faire de l’argent ont tendance à avoir beaucoup d’amis. Les banquiers ont aidé leurs amis à établir des monopoles dans le pétrole, les produits chimiques, les produits pharmaceutiques, les transports, les médias, etc. et ont pris une bonne participation. Comme vous pouvez l’imaginer, ces gens sont comme larrons en foire. Avocats, journalistes et intellectuels, tous rivalisent pour un morceau du gâteau. (Entretenir ce cartel des cartels est ce qui passe pour avoir du « succès ».)
La première précaution des banquiers  est d’acheter tous les politiciens. La seconde est d’acheter les grands médias afin de promouvoir l’illusion que les politiciens prennent les décisions et défendent nos intérêts. La troisième précaution est de prendre le contrôle du système d’éducation, en veillant à ce que les gens s’arrêtent de penser à un âge précoce.
Ensuite, les banquiers utilisent le gouvernement et les médias pour nous convaincre que la religion, le nationalisme et la famille nucléaire sont démodés, et que nous voulons ce qu’ils veulent. Ces politiques ne sont jamais débattues ou mise aux voix. Elles semblent apparaître de nulle part et prétendent représenter la volonté populaire.
Nous « voulons » la laïcité et la séparation de l’Église et de l’État. Même si nous étions très bien avec la chrétienté et les valeurs du christianisme depuis des siècles, les banquiers ne veulent pas que nous ayons un point de référence spirituel qui pourrait interférer avec leurs diktats.
Nous « voulons » un gouvernement mondial (« mondialisation »). Les banquiers doivent éliminer les États-nations, la liberté et la démocratie en vue de rationaliser leur activité et de consolider leur pouvoir. L’ONU, NAU, l’UE, le FMI et la Banque Mondiale – les requins auto-glorifiés du prêt et les collecteurs d’intérêts – feront les lois.
Nous « voulons » la diversité. Les pays ne sont pas autorisés à maintenir leurs identités nationales ou leurs traditions. À Noël dernier, mon premier ministre provincial a essayé de renommer l’arbre de Noël à l’Assemblée législative un « arbre multiculturel. » La diversité est le respect de chaque culture, sauf celle des chrétiens européens. Chaque nation doit être aussi hétérogènes qu’une boîte de Smarties – personne ne doit être en mesure de contester les banquiers.
Nous voulons le « féminisme ». Déguisée en égalité des droits pour les femmes, cette idéologie est conçue pour propager le dysfonctionnement lesbien. Si les femmes se concentrent sur la recherche d’une carrière, elles accordent moins d’importance à trouver un mari. Elles font donc moins d’enfants ou pas du tout et ils sont élevés par les garderies de l’état.
Sous le couvert de des droits des « femmes» et des «gay », nous sommes reconçus pour être androgyne et nous comporter comme des homosexuels, qui ne se marient généralement pas ou n’ont pas de famille. Les différences psychologiques et biologiques entre les hommes et les femmes ne sont pas des « stéréotypes. » Mais les signataires de la dernière directive des Nations Unies « CEDAW » (adoptée par le Sénat américain des Affaires étrangères du Comité des relations étrangères) seront tenus de « prendre toutes les mesures appropriées pour modifier tous les modèles sociaux et culturels de conduite des hommes et des femmes. » (Article 5)
Ce genre d’ingénierie sociale d’inspiration Communiste revient tout simplement à organiser la persécution des hétérosexuels. Elle est destinée à arrêter notre développement naturel. En attendant, le taux de natalité a diminué de moitié tandis que le taux de divorce a doublé. Une armée d’avocats grassement payés, de travailleurs sociaux, de psychiatres et de bureaucrates soignent les blessés. Ces professionnels égoïstes sont la circonscription politique des banquiers.
Les gens rabougris, assoiffés d’amour, obsédés par le sexe, sans famille, ni identité religieuse ou nationale, sont faciles à contrôler. (Ils rejoindraient n’importe quoi ; ils cherchent une famille.) Mais en cas de résistance, les banquiers ont créé un épouvantail, le « terrorisme » pour justifier un énorme appareil de sécurité et de répression.
Le Bureau de la Sécurité Intérieure (Homeland Security) est conçu pour nous contrôler à nous – la population locale. Pourquoi serait-ce nécessaire ? Nous sommes « endettés » de milliers de milliards de dollars et les banquiers ont l’intention de faire en sorte que nous payons. Un jour, ils nous priverons de nos jouets. Dans le cas où ça posera un problème, un état policier orwellien sera mis en place. Mais d’abord, les musulmans doivent être subjugués et volés.
Parler des États-Unis comme s’il s’agissait d’un pays indépendant est stupide. Les politiciens américains ont mis en gage la souveraineté des États-Unis en 1913. Depuis, les soldats américains ont été les souffre-douleurs des banquiers internationaux, et rien d’autre.
UNE SUPERPUISSANCE EN TANT QU’HOMME À TOUT FAIRE
Les contribuables et soldats américains ont rendu la Première Guerre mondiale possible. Elle débuta à peine six mois après la création de la « Fed ». Son but était d’augmenter la dette, de paralyser les grands États-nations européens, d’abattre une génération, et d’établir deux des « projets de prédilection des banquiers » : le Communisme (en Russie) et le Sionisme (en Palestine.) Après la fin de la guerre, le gouvernement mondial des banquiers, La Société des Nations (par exemple, « La Ligue pour imposer la paix « ) fut établie.
Les États-Unis ne sont pas entrés dans la Seconde Guerre Mondiale en décembre 1941 pour sauver la civilisation occidentale. L’Angleterre avait tenu tête seule face à l’Allemagne pendant plus de deux ans. Les États-Unis entrèrent en guerre seulement six mois après qu’Hitler ait attaqué la Russie. Le but était de sauver le Communisme! [Je suis redevable à A.K. Chesterton (« The New Unhappy Lords », 1969) pour cette analyse] Pour la même raison, l’URSS obtint  un prêt-bail de 5 milliards de dollars US après la guerre.
Après que la fumée se soit dissipée, les Communistes au lieu des Nazis tyrannisèrent l’Europe de l’Est. Les agents soviétiques et les diplomates américains Alger Hiss et Harry Hopkins créèrent l’Organisation des Nations Unies sur un terrain donné par John D. Rockefeller. Un des premiers actes de l’ONU fut la création de l’Etat d’Israël.
Ben Hecht (dans « Un enfant du siècle ») a écrit « Le XXe siècle a été coupée aux genoux par la Première Guerre mondiale. » Avant de se suicider en 1942, Stefan Zweig (« Le Monde d’Hier ») a parlé dans les mêmes tons découragés au sujet de la disparition de la civilisation occidentale.
La planète a été prise en otage. Nos dirigeants sont des dupes, des opportunistes, des traîtres ou les trois à la fois. Presque tout ce que nous savons de l’histoire moderne est un canular. Une odeur de compromis moral pèse sur notre vie publique et culturelle. Tout ce qui est promu par les médias, le système éducatif ou le gouvernement est suspect. C’est ce qui arrive quand nous nions l’ordre moral, c’est à dire Dieu.
C’est le monde dont nos enfants vont hériter, un monde rendu plus sûr… pour les banquiers internationaux.
Le cartel bancaire est la cause des maux de l’humanité
(A propos de l’ouvrage « Les Secrets de la Réserve fédérale » par Eustace Mullins)
« Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées menaçantes. » – Thomas Jefferson
En Novembre 1949, Eustace Mullins, 25 ans, était un chercheur à Washington D.C. lorsque des amis l’invitèrent à visiter le célèbre poète américain Ezra Pound qui était détenu à l’hôpital psychiatrique Saint-Elizabeth comme « prisonnier politique ».
Un éminent poète et critique, Pound fit découvrir au monde James Joyce, W.B. Yeats et T.S. Eliot. Au cours de la Deuxième Guerre Mondiale, il fut accusé de trahison pour ses émissions de Radio Rome qui remettaient en question les motifs d’entré en guerre de l’Amérique.
Pound recommanda à Mullins d’examiner le pouvoir de l’établissement bancaire américain. Mullins passa tous les matins pendant deux ans dans la Bibliothèque du Congrès et rencontrait Pound chaque après-midi. Le manuscrit qui en résulta, « Les Secrets de la Réserve fédérale » s’avéra trop brulant pour tout éditeur américain à manipuler. Dix-neuf le rejetèrent. L’un d’entre eux déclara : « vous ne parviendrez jamais à publier ça à New York. » Quand il parut finalement en Allemagne en 1955, le gouvernement militaire américain confisqua tous les 10 000 exemplaires et les brûla. Le livre est disponible en ligne sur internet.
Pourquoi est-il (excusez le jeu de mots) inflammatoire ?
Il dépeint les Etats-Unis sous une perspective radicalement différente. « Malgré la guerre d’indépendance contre l’Angleterre », écrit Mullins, « nous sommes restés une colonie économique et financière de la Grande-Bretagne. » Entre 1865 et 1913, dit-il, les banquiers Rothschild basés à Londres ont utilisé des agents tels que J.P. Morgan et J.D. Rockefeller pour prendre le contrôle de l’industrie américaine et l’organiser en cartels.
D’où ces banquiers obtenaient-ils cet argent ? Pendant plus de 200 ans, les banquiers européens avaient été en mesure de tirer sur le crédit de leurs pays d’accueil pour l’imprimer.
Au dix-septième siècle, les bailleurs de fonds et l’aristocratie firent un pacte. Si le Roi rendait la monnaie papier une créance de l’État, les bailleurs de fonds en feraient imprimer autant qu’il le souhaitait! Ainsi, les banques de l’Angleterre, de la France et la Reichsbank virent le jour, mais elles étaient toutes des sociétés privées.
En conséquence, les prêteurs de deniers parvinrent à percevoir des intérêts sur les actifs qu’ils créaient à partir de rien. Toute l’aristocratie pris des actions dans les banques centrales, ils eurent en outre à financer un gouvernement en pleine expansion et à mener des guerres coûteuses. Cette clique a acheté la richesse du monde grâce à notre crédit. Cet épisode de chicanerie est au cœur de ce qui afflige l’humanité.
Les banquiers ont un intérêt direct à ce que l’état (c’est à dire les personnes) se couvre de dette autant que possible. Ils sont derrière les mouvements Marxistes, Socialistes et Libéraux qui promeuvent un gros gouvernement et des dépenses sociales. Ils sont derrière les guerres catastrophiques du siècle dernier.
Naturellement, si vous pouvez créer de l’argent à partir de rien, il existe une forte incitation à utiliser la dette pour contrôler les populations et s’emparer de leurs actifs réels. C’est l’essence même de la « crise de la dette du tiers monde. » Déterminé à posséder toutes les richesses et asservir l’humanité, un vampire insatiable a été lâché sur le monde.
Une grande partie du livre de Mullins est consacré au subterfuge par lequel les États-Unis ont été entraîné dans cette étreinte mortelle. En 1913, la loi Owen-Glass a donné à des banques pour la plupart sous contrôle étranger (se présentant comme « la Réserve Fédérale ») le droit de créer la monnaie basée sur le crédit du gouvernement des États-Unis et de charger des intérêts pour le faire.
Pour accomplir cela, les banquiers ont dû truquer les élections de 1913 afin que le démocrate Woodrow Wilson soit élu. (Ils ont vaincu le titulaire W.H. Taft en obtenant de leur laquais Theodore Roosevelt la division du vote républicain.) Puis leurs comparses du Congrès ont adopté la nouvelle législation bancaire le 22 Décembre après que leurs adversaires soient rentrés chez eux pour Noël.
« Cette loi établit le plus gigantesque trust [entente] sur la terre », déclara le député de l’époque Charles Lindbergh. « Lorsque le président signera ce projet de loi, le gouvernement invisible du Pouvoir Monétaire sera légalisé. Les gens ne le sauront pas immédiatement, mais le jour du jugement n’est qu’à seulement quelques années. »
Mullins explique que la législation est passée juste à temps pour que le peuple américain puisse financer la Première Guerre mondiale. Les puissances européennes ne pouvaient plus se permettre le luxe d’une autre guerre. Mais les Etats-Unis étaient relativement libres de toute dette et rendirent la chose possible.
Mullins démontre de façon convaincante que chaque président américain depuis T.R. Roosevelt a été un laquais des banquiers. En 2006, le peuple américain a versé plus de 400 milliards en intérêts sur la dette nationale, la majorité aux banquiers centraux. Pour maintenir cette fraude massive, les banquiers exercent une poigne de fer sur les organes politiques et culturels de la nation. Selon Mullins, « Le New York Times » est détenue par Kuhn & Loeb tandis que « The Washington Post » est détenue par Lazard Frères. En Europe, les Rothschild possèdent Reuters ainsi que les services de presse français et allemands.
Les éditeurs américains, les réseaux de télévision et les producteurs de cinéma sont également redevables. Rockefeller, Carnegie et les Ford dotent les bibliothèques des nations et des universités. Les journalistes et les professeurs répètent consciencieusement comme des perroquets des fantasmes sur la démocratie et la liberté. Des laboratoires de contrôle mental dirigé par la CIA et l’Institut Tavistock mettent en place des moyens pour contrôler la population. La stérilisation psychologique de la femelle humaine (« féminisme ») est un exemple.
Finalement la bataille cosmique entre le Bien et le Mal se déroule à l’air libre.
Les États-Unis sont une Kleptocratie
Kleptocratie : le règne des voleurs
Un documentaire de 2010 traitant de la « crise du crédit » ayant remporté l’oscar, montre comment le secteur bancaire considère le peuple américain comme sa proie, tels des loups convoitant des moutons. Ces dirigeants ont placé leurs coursiers à la Maison Blanche et rien ne peut les arrêter.
« Les goyim sont un troupeau de moutons et nous sommes leurs loups. Et vous savez ce qui se passe lorsque les loups s’emparent du troupeau ? » Protocoles des Sages de Sion – 11
La Kleptocratie, alternativement cleptocratie ou cleptarchie, (du grec κλέπτης – kleptēs, « voleur » et κράτος – kratos, « pouvoir, règne », d’où le « règne des voleurs ») est une forme de corruption politique et gouvernementale où le gouvernement n’existe que pour accroitre la fortune et le pouvoir politique personnel de ses officiants et de la classe dirigeante, aux dépends du reste de la population.
Par Henry Makow Ph. D.
Inside Job”, le film sur la crise du crédit de 2007 n’est pas une manipulation Illuminati ni un travail de commande.
Il transcrit plutôt notre situation de manière austère. Le complexe bancaire-gouvernemental est une kleptocratie dirigée par les banquiers centraux Illuminati. Ils sont là pour voler notre argent, et nous réduire en esclavage pour s’assurer que nous ne nous rebellions jamais. Ils ont perpétré le 11/09 et la « guerre contre le terrorisme » comme un prétexte pour établir un Etat policier géré par DHS-FEMA.
Le réalisateur Charles Ferguson montre comment les Juifs Illuminati et leurs compères Francs-maçons, ont engrangé des millions en créant une bulle de produits dérivés basés sur les prêts immobiliers de type subprime. Après qu’ils eurent vendu ces produits douteux à leurs propres clients, ils parièrent que la bulle exploserait, et s’assurèrent que cela se produise bien.
Puis lorsque le géant de l’assurance AIG, qui avait garanti ces paris (appelés « credit default swaps » permutation du risque d’impayé) en fut gavé, ils forcèrent le contribuable américain à renflouer AIG pour récupérer leur mise. Non 50 cents par dollar, mais $1 par dollar.
Les renards gardent le poulailler. Hank Paulson, l’ancien PDG de Goldman Sachs était le Secrétaire du Trésor US. Goldman Sachs réalisa $20 milliards sur leur credit default swaps d’AIG.
(La moitié des 249 membres du Congrès sont millionnaires comme Nancy Pelosi, en haut)
Les politiciens à la solde des banquiers comme la parlementaire Nancy Pelosi menacèrent du chaos ou d’installer la loi martiale si les contribuables américains ne se pliaient pas à la volonté des banquiers.
Les américains furent saignés de $2 à 20 trilliards, personne ne sait vraiment, tandis que les banques autour du globe étaient ravagées.
Le documentaire montre à quel point ce comportement fait partie d’un modèle de dépravation. Les banquiers qui arnaquent les clients le jour, s’adonnent la nuit à des orgies sexuelles sous l’emprise de la drogue.
Le film montre que les américains sont divisés en deux catégories : les loups et les moutons. La vaste majorité sont des moutons qui se font tondre. A part les banquiers eux-mêmes, il y a toute une classe de régulateurs, de journalistes, d’universitaires et autres professionnels qui prospèrent en obscurcissant la fraude. Le film se régale de montrer les excuses bancales de la « classe dirigeante ».
Les politiciens sont les plus grosses prostitués. Clinton et Bush ont ouvert la voie à la crise du crédit en rejetant toute régulation. Obama n’a rien fait pour traduire en justice les banquiers ou prévenir un autre effondrement.
Oui, un petit nombre de gens courageux et honnêtes ont essayé en vain de prévenir le public et d’empêcher la catastrophe. Ils ont été ignorés ou rejetés.
Même après l’effondrement, un Oscar, et 98% d’opinions favorables, « Inside Job » n’a rapporté que $8 millions.
Par contraste, le Fahrenheit 9-11 de Michael Moore, qui met le blame sur les Saoudiens à la place de la CIA et du Mossad pour le 11/09, a engrangé $222 millions, le plus gros succès de l’histoire pour un documentaire.
Les Illuminati contrôlent la distribution des films et le battage médiatique.
Un autre exemple de cette kleptocratie en action est le scandale de Bernard Madoff. Un autre excellent documentaire, Chasing Madoff (2011) montre que les banques gagnaient tellement d’argent en alignant les moutons, qu’elles se moquaient bien qu’il s’agisse d’un schéma de Ponzi ou pas. The SEC (les « régulateurs ») ont adopté l’attitude des banquiers.
LA DÉMOCRATIE EN ACTION
Le problème le plus important auquel l’Amérique fait face n’a même pas été discuté lors du débat présidentiel. Il s’agit du déficit budgétaire. Si ces $700 milliards de coupes budgétaires et d’augmentation de taxes sont mis en place, cela pourrait donner lieu à une récession.
Il y a des suppositions indiquant qu’Obama y mettra son veto à moins qu’il n’y ait une hausse des taxes sur les riches. Assurément, le débat de l’autre soir aurait dû être consacré à cela plutôt qu’à la « politique étrangère. »
La plupart de la « dette » n’a pas besoin d’être remboursée. Elle a été créée à partir de rien par les banquiers centraux. Payer des intérêts constitue la principale source de profit pour la kleptocratie et se trouve être le cœur de ce système bancaire frauduleux.
Si le GOP gagne le contrôle de la Présidence et du Congrès, tous les types de biens seront mis sous pression. C’est pourquoi je pense qu’Obama va gagner. Les 47% viendront à sa rescousse, plus les 5% restant qui voient le vent tourner.
D’une manière ou d’une autre, la Kleptocratie continuera de prospérer.
CONCLUSION
« Inside Job » démontre clairement qu’un véritable changement démocratique n’est pas possible aux USA. Les élections sont une mascarade conçues pour légitimer la Kleptocratie.
Mais aussi longtemps qu’il se trouvera des moutons voulant être des loups, et espérant s’échapper ou en profiter personnellement, la Kleptocratie continuera.
Certains moutons se réveillent. Quatre-vingt-dix pour cent des américains sont insatisfaits des résultats du Congrès, un record jamais égalé. Et une estimation précise que 90 millions d’américains ne voteront pas le 6 novembre.
Pour le prix de quelques avions de combats, les campagnes des élections pourraient être financées publiquement et les US seraient une réelle démocratie. A la place, la « démocratie » est une imposture qui permet la Kleptocratie.
Les Illuminati sont-ils en train de planifier une autre crise financière ?
Le documentaire de PBS « The Warning » prouve que les banquiers Illuminati ont délibérément saboté le système financier avant 2008. Ce n’était ni la première, ni la dernière fois.
« Les crises économiques ont été provoquées par nous contre les goyim, sans nul autre moyen que par le retrait d’argent de la circulation. »
-Protocoles Des Sages de Sion, 20
Par Henry Makow Ph.D.
A mesure que les pourparlers au sujet du défaut des dettes souveraines déstabilisent les marchés, il semble que les banquiers Illuminati sont sur le point de causer une autre crise afin de leur permettre de mettre en place leur Nouvel Ordre Mondial. Cela était leur intention au cours de la crise de 2008.
Le documentaire de PBS « The Warning » prouve que les banquiers Illuminati sabotent délibérément le système financier.
Peu après que Brooksley Born soit devenu présidente de la Commission des Échanges des Matières Premières en août 1996, le président de la FED Alan Greenspan l’a convoqua à son bureau.
Il lui dit alors qu’être un organe régulateur n’incluait pas le fait de prémunir ou de surveiller les activités frauduleuses. Il lui déclara que le « marché » se chargerait de cela. Souvenez-vous que tout cela émane de l’homme de Rothschild en Amérique.
Cela fait sens, non ? La FED elle-même, et les banques centrales en général constituent la plus grande fraude de l’histoire. Elles créent notre monnaie sous la forme de dette à leur égard. Un moyen d’échange ne devrait appartenir à personne.
Lorsque Born essaya de réguler le marché des dérivés se montant à 495 trilliards de dollars, les quatre juifs Illuminati dirigeant le système financier US – Greenspan, Robert Rubin, Lawrence Summers et Arthur Levitt firent obstruction à ses propositions et lui lirent la loi anti-émeute.
Au cours des auditions du Congrès, Born insista qu’elle essayait de protéger l’argent des contribuables des pratiques sans pitié des banques américaines.
Mais le « comité des quatre » assura le Congrès que la régulation elle-même ferait s’écrouler le système. Le Congrès dépendant des banques pour les contributions aux campagnes, accepta cela passivement.
En 1998, pile à temps, le système financier s’effondra presque lorsqu’un hedge-fund : « Long Term Capital Management » se dégonfla. Comme un signe avant coureur de la future bulle immobilière, les banques avaient placé d’important pari sur les produits dérivés de l’économie russe avec LTMC.
La FED força 13 banques US et internationales à acheter le fond spéculatif. Au total 4.6 milliard de dollars furent perdus.
Le documentaire démontre que bien que l’économie américaine (et mondiale) soient menacées, et malgré l’imminence d’une catastrophe, les administrations Bush et Clinton refusèrent de réguler le marché des produits dérivés, et l’autorisèrent à grossir jusqu’à un montant estimé de 595 trilliards de dollars au cours de la bulle immobilière.
Non seulement ils refusèrent de réguler le système, mais ils éjectèrent Brooksley Born (en haut) de son poste en lui retirant ses pouvoirs.
Sa prophétie devint réalité en 2008. A cause des dérivés appelés les credit default swaps (permutation sur le risque d’impayé), le contribuable américain fut forcé d’indemniser les banques américaines et étrangères pour plus de deux trilliards de dollars.
FAUSSE REPENTANCE
A ce moment, Alan Greenspan fut entendu devant le Congrès et on lui demanda pourquoi il avait rejeté la régulation.
Le documentaire le montre en train de confesser qu’il avait été « trompé ». La « vision du monde » qui l’avait guidé pendant 40 ans – que les marchés s’autorégulait – était fausse.
Ce qui est choquant et vous pouvez vous en apercevoir par vous-même dans cet extraordinaire documentaire, c’est que Greenspan exécute un signe maçonnique « triangulaire » en faisant cette confession.
Il signale à ses congénères Illuminati qu’il savait exactement ce qu’il faisait. Sa confession était une façade.
Pareillement, Arthur Levitt, alors le président de la SEC (Security and Exchange Commission), fait le même signe en avouant qu’il aurait du écouter Brooksley Born.
En d’autres termes, cet acte sous haute tension est une directive Illuminati. Brooksley Born dit que nous pouvons nous attendre à davantage de tourmente financière jusqu’à ce que les marchés soient régulés. Ou jusqu’à ce qu’un gouvernement mondial soit institué, ajouterais-je.
Alan Greenspan, Robert Rubin et Lawrence Summers étaient aux commandes en 1998. Leur adjoint d’alors, Timothy Geitner et Ben Bernanke ont pris aujourd’hui la relève. Tous sont des anciens de la FED ou de Goldman Sachs. Cela revient à demander aux toxicomanes de réguler le marché de la drogue.
Les signes de la main et le fait qu’aucune régulation efficace n’ait été mise en place, suggèrent que les tourmentes du marché seront à nouveau utilisé pour faire s’écrouler l’économie des Etats-Unis et du monde entier, causant une dépression et inaugurer un Nouvel Ordre Mondial.
La crise de 2008 fut immensément profitable pour les banquiers centraux. La dette nationale US a augmenté de 5 trilliards de dollars sous Obama, représentant une augmentation de 33%. La plupart de ces fonds sont retourné vers les banquiers.
CONCLUSION
PBS est virtuellement une province de l’empire Rockefeller. Pourtant ce documentaire est superbe, il illustre tout ce que le journalisme devrait être. Apparemment, les Illuminati souhaitent opérer « à découvert », une fois que le dommage est fait. Ils sont aussi prêts à rediriger la colère publique vers leurs subalternes principalement juifs.
Born paraît être une gentille. Ses opposants sont tous des Illuminati juifs. Les perspectives sont mauvaises.
(Ce graphique suggère qu’Obama a été encore plus utile à ses maitres)
Essentiellement, les américain sont en train d’être privés de leurs droits, déshérités et asservis. Leurs dirigeants sont des francs-maçons et Illuminati juifs qui s’activent à intégrer le pays dans un gouvernement mondial dirigé par les banquiers centraux.
Telle est la promesse des Protocoles des Sages de Sion. Et jusqu’ici tout se déroule comme prévu.
Les porcs braillent à mesure que les Illuminati resserrent l’étau
Il est difficile d’éprouver de la compassion envers des gens qui ont laissé le contrôle de l’économie à un cartel étranger constitué de familles sataniques.
« Les crises économiques ont été produites par nous pour le goyim par nul autre moyen qu’en retirant l’argent de la circulation. » – Les Protocoles des Sages de Sion, 20
Les marchés financiers ont chuté depuis mercredi dernier lorsque Ben Bernanke a indiqué que la FED ne produirait pas davantage « d’assouplissement quantitatif ».
Il n’injectera pas plus de monnaie (crédit) dans l’économie américaine. Le crédit est l’oxygène qui permet à l’économie de pétiller et de grésiller.
Le pétrole et les autres matières premières se cratérisent tandis que l’or s’échange entre deux eaux, sans paraître savoir où il va aller.
Si Bernanke avait dit qu’il injecterait 500 autres milliards de dollars dans l’économie, les marchés auraient grimpé et tout le monde serait en train de faire la fête à la place de déchirer ses sous-vêtements.
C’est difficile de faire preuve de compassion envers des gens ayant abandonné le contrôle de leur politique monétaire à un cartel privé de familles satanistes.
Tous nos prétendus dirigeants sont des agents de ce cartel. Nos dirigeants médiatiques et culturels sont possédés par lui. L’acquiescement à leur fraude est un prérequis pour l’avancement professionnel.
Cette fraude a engendré toutes les autres : les deux guerres mondiales, la Grande Depression, la Guerre Froide, etc. Les gens ont été aisément dupés et ont joué leurs rôles.
Nous avons perdu notre liberté contre un bon repas. Maintenant nous sommes en train de découvrir que nous sommes le repas.
Il ne devrait pas exister de « dettes souveraines ». La monnaie (le crédit) n’est qu’un moyen d’échange tout comme un coupon. Les gouvernements peuvent en créer autant qu’ils en veulent sans dette pour faire croitre l’économie. Les marchés détermineront alors leur valeur en fonction des autres devises.
Mais les banquiers Illuminati ont créé toute forme de devise sous la forme de dettes envers eux. Notre société est entièrement complice de cette fraude.
Ce ne sont pas les banques grecques, allemandes, françaises ou espagnoles qui bénéficient des plans de sauvetage. Elles tirent toutes « l’argent » virtuel des familles Illuminati. Les banques ne sont que des façades pour ces familles.
Ces familles n’ont pas besoin de cet « argent » en retour. Ils l’ont créé à partir de rien. Ce n’est juste qu’un mécanisme pour piller ce qui reste.
Les contribuables de ces pays sont accablés par cette dette fictive et deviennent des esclaves endettés.
En acceptant cette fraude, ils s’asservissent eux-mêmes. Les banquiers Illuminati ont été les instigateurs du 11/09 comme prétexte pour ériger des murs de prisons.
PERSPECTIVE HISTORIQUE
Comme nous l’avons vu, les banquiers kabbalistes juifs (les Illuminati) ont un plan de longue date pour l’ascension de leur « Messie ». En fait l’Antéchrist, il sera le « Roi des Juifs » sélectionné à partir de la Maison Rothschild. La plupart des juifs ne sont pas conscients de ce plan.
Les juifs Illuminati ont réalisé que cela ne se produira pas de soi-même. La première étape était le ré-établissement de l’Etat d’Israel. Les Rothschild ont accompli cela en colonisant la Palestine et en organisant l’affaire Dreyfus et le Nazisme.
Maintenant, les Rothschild feront plier les nations au moyen de la dette. Moïse en relate le principe de base dans le Deutéronome 15:6 : « Tu prêteras à beaucoup de nations, mais tu n’emprunteras pas ; et tu régneras sur beaucoup de nations, mais elles ne régneront pas sur toi. »
L’ouvrage, Elijah, les Rothschild & l’Arche d’Alliance continue : « Notons qu’il ne s’agit pas d’une suggestion donnée par les Écritures. C’est un commandement du Dieu d’Israël. Prêter à intérêt est le moyen de posséder la terre. » (175)
« Le prêt à intérêt pour la consommation et les besoins d’urgence est devenu un monopole virtuel juif en Europe Occidentale entre le 12ème et le 15ème siècle… Comme contrepartie, les biens immobiliers avaient la faveur. De cette manière les juifs ont acquis les maisons mises en gage, les vignobles, les fermes, les villages, les châteaux, les villes, et même les provinces. »  (177)
« L’ascension des monarchies absolues de l’Europe Centrale amena bon nombre de juifs à occuper des positions influentes comme négociateurs de prêts pour les diverses cours royales. Le phénomène de courtiser les juifs se répandait à présent en Europe. Les plus importants comprenaient Lehmann, Oppenheimer et Goldschmidt en Allemagne et en Autriche. » (180)
« Jean Izolulet, un membre de l’Alliance Juive Universelle écrivit en 1932 : « La signification de l’histoire du siècle passé est qu’aujourd’hui 300 financiers juifs, tous maitres des loges maçonniques, dirigent le monde. » (183)
« La cité du Vatican tomba sous l’influence de Rothschild au tout début du 19ème siècle… Le Pape Jean-Paul II a admis que l’Église Catholique Romaine est toujours liée aux Rothschild… En septembre 1979, le Pape révéla que l’Église avait investit 50 milliard de dollars au sein de diverses banques Rothschild… » (191)
CONCLUSION
Nous avons l’honneur équivoque d’être les témoins de l’accomplissement d’un plan séculaire pour établir une tyrannie mondiale basée sur une mégalomanie satanique et des prophéties bibliques démentes.
Les Illuminati ne pourraient pas y parvenir sans notre propre collaboration et notre illusion. L’humanité est infectée par un désir de mort.
Nos maitres sont en train de prouver que nous sommes trop vénaux, lâches et stupides pour être libres et prospères. Ils se sont assurés que l’humanité manque son Rendez-vous Divin. Cependant, il y a encore de l’espoir grâce à quelques individus.
50 nuances de satanisme
Ne vous y trompez pas, 50 nuances de Grey est une invitation à la pratique du sadomasochisme. La société se transforme en un culte satanique.
Le Sadisme est ‘‘la tendance à tirer du plaisir, en particulier sexuel, en infligeant de la douleur ou de l’humiliation sur les autres.’’ Le masochisme découle du plaisir de recevoir cette douleur ou humiliation.
Le singe voit, le singe imite. Apparemment, nous sommes blasés par la pornographie et devons mettre la barre plus haut. Les Illuminati sont en train de transformer la société en un culte satanique en la remodelant à leur propre image! Plus nous devenons pervertis et dégradés, plus ils aiment ça. ‘‘Nous corrompons afin de mieux contrôler…’’, a déclaré Giuseppe Mazzini. Nous sommes sataniquement possédés.
(À droite, Illustration du roman du Marquis de Sade, Juliette)
Par le passé, ils ne faisaient que s’adonner au sexe sans frein. Le marquis de Sade (1740-1814), que les libéraux et les satanistes considèrent comme un pionnier de la liberté sexuelle, fut considéré de son temps comme immoral. Il fut emprisonné et plus tard interné dans un asile d’aliénés. Il a donné son nom au ‘‘sadisme’’. Maintenant, nous sommes tous invités à le pratiquer.
SADISME = SATANISME
Le satanisme nie l’existence de Dieu, c’est à dire que l’homme soit pourvu d’une âme contenant le plan servant à devenir la personne que le Créateur veut que nous soyons.
Les Satanistes affirment que nous n’avons aucun lien avec Dieu nous permettant de distinguer le bien du mal et encourageant nos efforts à la poursuite des idéaux spirituels. Ils nient l’existence de la dignité humaine, de la beauté, de la loyauté, de la compassion et de l’altruisme. Ce sont des qualités spirituelles mais à leurs yeux, l’homme ne se définit que par sa luxure et sa cupidité.
La devise Illuminati-sataniste est : ‘‘Fais ce que voudras.’’ Ce mot d’ordre passe pour de la ‘‘liberté’’ alors qu’il s’agit d’une permission pour devenir un démon.
La possession satanique prend la forme d’une addiction sexuelle. Ils nous déshumanise, réduisant chacun à son utilité sexuelle. Les satanistes ont toujours prôné la ‘‘libération’’ sexuelle, c’est à-dire l’esclavage. Nous sommes constamment sexuellement sollicités par les médias de masse Illuminati.
MISE EN PERSPECTIVE
Né en 1949, j’ai vu la société dégénérer progressivement en un culte du sexe. La vision de Playboy de la masculinité était nettement homosexuelle : le sexe comme fin en soi, sans mariage ni famille.
La fabrique à rêve des Illuminati d’Hollywood nous a rendus accros au sexe comme le ferait n’importe quel trafiquant de drogue. Des films comme Risky Business, ou American Pie ont popularisé la pornographie.
Maintenant, viennent les Cinquante nuances de Grey, afin de provoquer un nouveau frisson sexuel. La trilogie a vendu 100 millions de livres dans 52 langues. En cas de succès, ils envisagent deux autres films. Les critiques de cinéma ont bâché le film, souvent parce qu’il n’était pas suffisamment pornographique à leur goût. En France, l’ONF l’a jugé approprié pour les enfants.
Un magasin de matériel britannique conseille à ses employés d’étudier le livre et le film afin qu’ils puissent répondre aux questions sur les cordes, les bandes de scotch, etc.
(le nom véritable de l’auteur de 50 nuances est Erica Mitchell)
L’auteur E.L. James ne se contente pas des $105 millions qu’elle a gagnés jusqu’ici. Elle commercialise une ligne de lingerie, des parfums, des jouets sexuels et pinces à mamelon.
INVERSER LA RÉALITÉ
Le satanisme consiste à faire passer ce qui est pervers comme sain et comme malsain ce qui est sain. Ainsi, le film est sorti pour la Saint Valentin, autrefois réservé à la célébration innocente de la romance. Le héros du film se nomme ‘‘Christian.’’
La société parait complètement schizophrénique au sujet du BDSM. L’animatrice de radio de CBC Jian Ghomeshi, est tombée en disgrâce pour des choses qui sont célébrées dans ce film. En fait, le premier volume de 50 nuances se termine avec ‘‘l’héroïne’’ rejetant son amant parce qu’il est trop violent. La société se mobilise contre les violences faites aux femmes, mais Hollywood envoie le message que les femmes en jouissent réellement.
La race humaine doit se propager. La nouvelle génération doit être élevée dans un environnement sain. Le sex-appeal féminin coïncide avec sa fertilité et est destinée à attirer auprès d’elle un compagnon pour la vie et un père pour ses enfants. Il ne s’agit pas d’une marchandise servant à être exploitée pour obtenir des sensations fortes transitoires bon marché. Nous ne sommes pas censés devenir accros au sexe.
Les femmes veulent être aimées en permanence et exclusivement. Elles veulent appartenir à un seul homme. Elles ne veulent pas être utilisées de la manière la plus brutale, pour donner des frissons à un pervers, puis mise au rebut comme un kleenex usagé.
Mais ce film pourrait semer la confusion et tenter des millions de jeunes femmes. Le féminisme les a déjà convaincus que le fait d’avoir des ‘‘rapports’’ avec des étrangers était ‘‘libérateur’’ ; pourquoi ne pas laisser les étrangers les flageller aussi?
Une fois que le mariage et la famille seront obsolètes, les Illuminati prendront en charge la reproduction humaine comme dans Le meilleur des mondes. C’est pourquoi ils favorisent le S&M, une nuance de satanisme en plus.
La Fin de la Femme
A cause du féminisme, la féminité est en voie de disparition. Ce génocide psychologique s’appelle : « la libération de la femme ».
Lorsque la culture est contrôlée par des Satanistes, le « progrès » repose sur l’avancement de leurs critères.
J’ai participé à un cours de cuisine végétarienne. Le professeur est une femme de 70 ans qui en parait 55. Une autre des participantes, une québécoise à la retraite d’une soixantaine d’année, est aussi très enjouée.
D’habitude je ne remarque pas les femmes de mon âge (presque 64 ans) mais il y avait quelque chose d’étrangement différent chez ces femmes. Je me suis senti si à l’aise en leur présence que je me suis presque endormi. Puis j’ai fini par réaliser de quoi il s’agissait : ces femmes sont féminines. Je venais de tomber sur des membres appartenant à une espèce en voie d’extinction : la « femme ».
Tout comme moi, ces femmes appartiennent à la génération de transition des années 1960. Mais en ce temps-là, au lycée, les femmes choisissaient des options traitant de l’économie au foyer, tandis que les garçons s’orientaient vers le commerce. Les garçons invitaient les filles à « sortir », les emmenaient danser ou voir un film au cinéma. Les relations sexuelles avant le mariage étaient mal vues et les enfants illégitimes étaient considérés comme des « bâtards ». Une chanson populaire avait pour refrain : « L’amour et le mariage, vont ensemble comme un cheval et son attelage ». On nous disait de remettre en question l’autorité, pas notre genre sexuel.
Qu’est-ce qui fait que ces deux femmes assistant à ce cours de cuisine sont « féminines » ? Si j’avais à choisir un seul terme, ce serait leur « vulnérabilité ». Ce sont des femmes qui ne tueraient pas elle-même un serpent. Elles s’en remettent à un homme, leur mari, pour les protéger et les diriger. Elles ne rentrent jamais en compétition avec les hommes.
Une autre notion clef est celle de sacrifice. Elles se vouent à leur famille et sont chéries en retour pour cela. Elles sont aimées non pour leur apparence  leur accomplissement ou leur répartie, mais pour leur contribution envers leur famille.
Un autre terme est l’abandon. Vous sentez qu’un homme loyal doté de vision et de détermination pourrait mériter la dévotion de ces femmes pour la vie. C’est de cette manière que deux personnes ne font plus qu’une.
L’abandon et le sacrifice, basés sur la confiance, constituent la manière dont une femme véritable accorde son amour. Bien sûr, un homme doit gagner et mériter cette confiance. Le sacrifice d’une épouse inspire un homme pour qu’il se sacrifie à son tour, c’est-à-dire qu’il pourvoie au bien être de sa famille.
Hommes et femmes ont été gravement blessés par les ingénieurs sociaux Illuminati ayant miné le genre sexuel et le mariage avec la complicité de notre gouvernement, des médias et du système éducatif. Les femmes ont acquis du « pouvoir » et les hommes ont été ainsi émasculés. Le but est de neutraliser et de reprogrammer l’humanité pour la changer en une race d’esclave.
Les femmes sont faites par nature pour le sacrifice et l’abandon d’elle-même au profit de leur famille. Mais le féminisme a enjoint les jeunes femmes à être « fortes et indépendantes » et de considérer les hommes, le mariage et la famille avec suspicion. En conséquence, les femmes ont été privées de l’accomplissement dont elles ont instinctivement besoin et qui ne peut être trouvé qu’à travers leur dévouement désintéressé envers un mari aimant et ses enfants. Cela concerne aussi leur épanouissement sexuel.
Les femmes étaient autrefois essentiellement différentes des hommes. Elles étaient concentrées sur leur foyer. Leur esprit était un refuge et un havre de paix pour un homme. Leur énergie équilibrait son énergie.
Les jeunes femmes d’aujourd’hui sont tellement occupées à poursuivre une carrière qu’elles sont à peine distinguable des hommes. Le féminisme a doté la plupart d’un pénis psychologique.
Beaucoup d’entre elles souffrent de ce que j’appelle un « désordre déficient de la personnalité. » Elles sont peut-être agréables à regarder mais elles ont peu de personnalité, de style ou de charme. Elles ne peuvent pas être des hommes, et elles ne savent plus comment être des femmes. Ce sont des mutants.
Par contraste, il y a un charme lumineux chez les femmes féminines de ma génération. Elles ne se prennent pas trop au sérieux. Un homme peut se détendre en leur présence. Elles ont encore de la fraicheur et restent attirante même à 60 ans.
Sous le prétexte des « droits » des gays et des femmes, les Illuminati ont mené une guerre sur le genre sexuel qui a eu pour effet de paralyser psychologiquement les hétérosexuels. Seuls des Satanistes songeraient à s’attaquer à l’amour entre mari et femme, ou entre mère et enfant. Les hommes sont aujourd’hui toujours dépeint comme féminins et faibles. Les femmes ne peuvent pas aimer ces hommes.
L’essence de la masculinité est le pouvoir. Mon conseil aux jeunes hommes : engagez-vous dans une carrière profitable et qui vous plait. Soyez animés d’une vision de la vie et de la place qu’une femme doit y occuper. Ensuite, aidez une jeune femme à trouver sa nature féminine fondamentale en vous acceptant comme son mari. Vous devez être le patron, autrement une femme ne vous respectera pas. Vous serez considéré au mieux comme son frère ou son fils.
Le « mariage gay » est une ruse kabbaliste

Utiliser le langage pour mieux tromper.
Ce qui n’est pas la même chose ne peut pas être considéré comme similaire, y compris en utilisant le même terme.
Le « mariage » de même sexe est de la magie noire kabbaliste.
L’utilisation du terme « mariage » pour décrire les unions homosexuelles est une tentative éhontée de redéfinir la réalité en abusant du langage.
Le mensonge fondamental de la Kabbale est que la réalité est une fonction de la pensée. Au contraire, alors que leur « magie noire » permet de manipuler notre perception de la réalité, elle ne peut pas modifier la réalité elle-même.
Néanmoins, en inversant ce qui est bon, naturel, et vrai et afin de rendre hommage à leur dieu Lucifer, ils vont très loin dans leur désir de nous voir succomber à leur possession satanique.
par Tom Bothwell pour henrymakow.com
La légalisation du « mariage » de même sexe implique nécessairement (si les mots conserve le moindre sens) que le « mariage » de même sexe est fondamentalement égal, à savoir, est essentiellement la même chose que ce que nous avons jusqu’ici considéré comme le mariage. Mais est-ce réellement le cas? S’agit-il vraiment de la même chose?
L’union hétérosexuelle et l’union homosexuelle ne sont pas les mêmes, ni même ne peuvent être considérée comme équivalente. Lorsque vous mettez un homme et une femme ensemble, de nouvelles choses se produise. En premier lieu, un homme et une femme peuvent se livrer à une union génitale basée sur leur complémentarité biologique. Ils peuvent également profiter d’une union personnelle plus profonde sur la base de cette complémentarité spéciale psychologique, affective, spirituelle rendue possible par la polarité masculine/féminine.
Enfin, l’union hétérosexuelle est marquée par un potentiel procréateur, à savoir, la possibilité que leur union physique entraîne l’apparition d’une nouvelle vie.
En revanche, chacune de ces caractéristiques, qui sont à juste titre considérées comme bénéfiques pour le bien-être des conjoints, la stabilité de la société, et l’avenir de la civilisation, sont totalement absente de la relation homosexuelle. L’union hétérosexuelle est unique et exclusive.
Si je peux faire une analogie brutale, quand vous mettez une clé et la serrure correspondante ensemble, quelque chose de nouveau vient à l’existence: le pouvoir de verrouiller et de déverrouiller les portes. Deux clés ou deux verrous restent tout à fait inutiles dans un tel but. De toute évidence, la relation entre la serrure et la clef est qualitativement différente de la relation entre deux clés ou deux serrures. En aucune façon ne peuvent-elles être considérées comme des égales.
Utilisant le même mot et concept pour décrire à la fois l’« union » hétérosexuelle et homosexuelle est une tentative de redéfinir la réalité en  changeant notre langage et notre loi.
Ce serait comme déclarer par force de loi que la forme jusque-là connue comme un triangle doit être appelée un carré et doit être traitée comme si elle était un carré. La modification de la définition d’un triangle ou le fait d’appeler carrés des triangles ne peut pas fonctionner.
Tandis que les angles intérieurs d’un carré doivent faire une somme de 360, les angles intérieurs d’un triangle doivent être de 180 degrés. Ces états de choses sont indépendants de la perception ou des préférences de quiconque et ils peuvent être connus avec une certitude apodictique.
Cependant, le fait que la légalisation du « mariage » de même sexe soit maintenant soutenue au nom de « l’égalité » se prête également à un type de reductio ad absurdum d’une telle position. Les bisexuels n’ont-ils pas également le droit à « l’égalité ? »
Selon la même logique, les bisexuels devraient être autorisés à former un mariage légal de trois personnes avec un conjoint de même sexe et un conjoint de sexe opposé. Vous ne pouvez pas « discriminer » les bisexuels maintenant, n’est-ce pas ?… et si un de ces conjoints est aussi bisexuel… et ainsi de suite? Eh bien, alors nous pourrions avoir une longue chaîne de couples mariés, qui, si elle était étendue assez longtemps, pourrait éventuellement englober un très grand groupe de personnes en effet … « Amour quand tu nous tiens… »
Tout cela est ridicule, mais c’est ce que vous obtenez lorsque vous insistez sur la redéfinition du mariage pour servir un agenda occulte (juif satanique), au lieu d’insister sur le fait que nos mots et concepts correspondent à l’ordre naturel.
En effet, je crains que le but occulte derrière la légalisation du mariage de « même sexe » est de diluer la signification du mariage afin d’amener à la destruction de cette institution (et avec elle la destruction de la famille naturelle)
Avez-vous lu récemment Le Meilleur des mondes ? Nos dirigeants (les banquiers centraux internationaux) veulent faire en sorte que l’individu atomisé soit impuissant face à l’État. Malheureusement, ces banquiers ont une vision globale pernicieuse pour toute l’humanité. Selon les mots du fondateur du Crédit Social C.H. Douglas (1879-1952) : « La plupart d’entre nous … ont une réticence naturelle à accepter le fait que l’occultisme joue un rôle considérable dans les affaires mondiales Il s’agit d’une grossière erreur -. Il est l’adversaire principal de la civilisation chrétienne Les forces dont il dispose sont probablement amorales ; mais l’intention des personnes qui en font usage est satanique La cabale juive est l’une de ses principales racines ». Le développement de la domination mondiale (Sydney: marée Publications, 1969)
Le plan occulte de 1852 pour la vénération des femmes & l’affaiblissement des hommes
M. Comte vise à établir… un despotisme de la société sur l’individu, surpassant tout ce qui fut jamais conçu en termes de discipline politique la plus rigide par les anciens philosophes. – John Stuart Mill
Dans son Meilleur des Monde (1931), Aldous Huxley prévoit que les bébés seront un jour conçus dans des éprouvettes. Mais dès 1852, le philosophe Illuministe (Illuminati) Auguste Comte, formulait déjà dans ses écrits une vision similaire d’une refonte totale de la société. Selon lui, le progrès social nécessitait que la reproduction humaine « dépende uniquement de la femme ». Les hommes devaient ainsi être écartés de la famille.
« Si dans la reproduction humaine, la contribution de l’homme s’apparente à un simple stimulus, un accompagnement accidentel de la véritable utilité de son système reproducteur, alors il est tout à fait envisageable que nous puissions substituer à ce stimulus un ou plusieurs autres devant être mis librement à la disposition des femmes… »
Le but semble d’éliminer également l’attraction sexuelle.
« Les femmes, même de par leurs fonctions physiologiques, deviendront indépendantes des hommes… Le processus de reproduction de l’espèce ne sera plus à la merci d’un instinct capricieux et incontrôlable, dont le refrènement a été jusqu’ici le fondement de la discipline humaine. » (Système de Politique Positive, 1851-1854, Vol. IV, p. 60-61)
Faisant montre d’une prescience à vous donner le frisson, il écrit : « Une femme amie, bien choisie, désirant elle-même devenir un membre de la famille, ferait dans la plupart des cas mieux que le père lui-même. » (Vol. IV, p.195)
Les Illuminati croient pouvoir contrôler la société en « libérant les femmes » du mariage. Comte anticipe ici l’émergence de la « mère célibataire ».
« Ce changement parachèvera la juste émancipation des femmes, ainsi rendues complètement indépendantes des hommes, y compris physiquement, il ne sera donc plus possible de contester la pleine ascendance du sexe affectif sur les enfants, qui seront alors exclusivement les siens. » (Vol. IV, p. 244)
L’humanité ne formera plus qu’une seule famille de « descendants issus de mères sans maris. » (Vol. IV, p. 359)
LA VÉNÉRATION DE LA FEMME
Comte explique que la première étape nécessaire à la future « vénération de l’humanité » (l’Humanisme d’aujourd’hui), est de changer les femmes en déesses.
« En substituant les déesses aux dieux, nous sanctionnons la prééminence légitime des femmes… En un mot, la nouvelle doctrine instaurera la vénération de la Femme, publiquement et en privé, d’une manière bien plus parfaite que cela a jamais été possible. Il s’agit de la première étape permanente vers la vénération de l’humanité. » (Vol. 4, p. 446 ; Vol I, p. 205)
Tandis que Comte passe pour ne pas avoir été Franc-maçon lui-même, d’après certains, la philosophie du positivisme dont il est à l’origine : « a joué un rôle particulièrement important au sein de la Franc-maçonnerie française du 19ème siècle. Une des raisons de ce partenariat se trouvait dans la résistance politique du positivisme à l’égard des moyens autoritaires de la connaissance, notamment ceux de l’Église.
CONCLUSION
Grâce aux « Lumières », les Illuminati ont forgé le projet multi-générationnel d’arracher l’humanité à ses amarres naturelles et spirituelles, afin de la remodeler en une sorte de colonie pénitentiaire au service de leurs propres intérêts.
À la religion, qui permet de se conformer et d’obéir aux desseins du Créateur, les Illuministes ont substitué la religion de l’homme, c’est-à-dire l’Humanisme.
L’homme devient « son propre Dieu », tandis qu’il fait du monde un paradis. Cela n’est qu’une ruse pour le reconfigurer d’après les spécifications de l’élite. Auguste Comte est connu pour être le « père de la sociologie » – c’est la preuve que les sciences sociales n’ont pas d’autre but que d’établir une société totalitaire.
Substituer quoi que ce soit à Dieu, est d’ordre satanique. Auguste Comte est la preuve que les normes sociales modernes – l’idéalisation des femmes, la destruction du mariage et de la famille – ont des origines sataniques aux racines profondes et lointaines.
——
Cet article est basé sur les recherches d’Erica Carle en 2010
Islamisme/Sionisme : la Dialectique Hégélienne
Par David Livingstone pour www.henrymakow.com
Suivant les préceptes de la dialectique Hégélienne, les mondialistes ont créé deux forces antagonistes, l’Occident Sioniste « démocratique libéral », contre le Terrorisme, ou « l’Islam Politique », pour nous forcer à accepter leur alternative finale, un Nouvel Ordre Mondial.
L’Occident et l’Islam ont de longs antécédents de compatibilité, mais cette histoire a été niée pour favoriser le mythe d’un « Choc des Civilisations ». Afin d’enflammer le ressentiment de l’occident contre l’Islam, notre attention a été portée sur le spectre du Wahhabisme fanatique, et plus spécifiquement, sur son plus célèbre officiant, Oussama Ben Laden.
Cependant, comme souligné dans un excellent article de Peter Goodgame, « Les mondialistes et les Islamistes », les mondialistes ont façonné et financé toutes les organisations terroristes du vingtième siècle, y compris les Frères Musulmans en Egypte, le Hamas en Palestine, et les Moudjahidine en Afghanistan. Mais l’histoire de leur duplicité remonte bien plus loin, au dix huitième siècle, lorsque les Francs-maçons britannique créèrent la secte Wahhabite de l’Arabie Saoudite, afin de faire avancer leurs objectifs impérialistes.
Le fait qu’un espion britannique du nom de Hempher ait été responsable du façonnement des préceptes extrêmes du Wahhabisme est mentionné dans un ouvrage Turc, Mir’at al-Haramain, de Ayoub Sabri Pasha entre 1933-1938. La politique britannique au sein des colonies impliquait souvent la création de sectes déviantes, afin de diviser pour mieux régner, comme ce fut le cas de la secte islamique Ahmadiyya en Inde au dix neuvième siècle.
Les détails de cette conspiration sont mentionnés dans un document peu connu, sous le nom de Les Mémoires de M. Hempher publié sous forme d’épisodes dans le journal allemand Spiegel, et figura plus tard dans un journal français de premier plan. Un docteur libanais traduisit le document en arabe et de là il fut à nouveau traduit en anglais et dans les autres langues.
Le document est un compte rendu de première main de la mission de Hempher pour son gouvernement, qui l’avait envoyé au Moyen Orient pour découvrir un moyen d’affaiblir l’Empire Ottoman. Parmi les vices que les britanniques devaient promouvoir, figurait le racisme et le nationalisme, l’alcool, le jeu, la luxure, et le fait de tenter les femmes musulmanes pour qu’elles se découvrent.
Mais la stratégie la plus importante reposait sur « la propagation d’hérésies chez les croyants pour ensuite critiquer l’Islam comme étant une religion de terroristes. » A cet effet, Hempher trouva un individu particulièrement corrompu du nom de Mohammed Ibn Abdul Wahhab.
Pour comprendre le genre de fanatisme que le Wahhabisme inculquait, il est d’abord nécessaire de reconnaître que l’Islam englobe tous les Musulmans, quelque soient leur race ou leur nationalité, se considérant eux-mêmes comme frères dans leur foi. Le meurtre d’un autre musulman était strictement prohibé. Cependant, comme un outil dans leur stratégie du diviser pour régner, les britanniques espéraient monter les musulmans Arabes contre leurs frères Turcs. La seule manière de s’en assurer était de trouver une lacune dans la loi islamique grâce à laquelle les arabes pourraient déclarer les Turcs comme apostats.
Abdul Wahhab fut l’instrument par lequel les britanniques parvinrent à insinuer cette vile idée parmi les musulmans de la péninsule arabique. Essentiellement, Wahhab défendait l’idée selon laquelle leurs frère Turcs en offrant des prières aux saints, avaient trahis leur foi et qu’il était donc permis de tuer tous ceux qui refusaient d’adhérer à ses réformes, ainsi que de prendre pour esclaves leurs femmes et leurs enfants. Mais cela incluait le monde musulman dans son entier, excepté cette bande de croyants égarés.
Mais le mouvement Wahhabite était insignifiant sans l’allégeance de la famille Saoudienne, qui, malgré qu’elle prétende le contraire, descend de marchands juifs d’Irak. Les juristes orthodoxes de l’époque qualifiaient les Wahhabites d’hérétiques, et condamnaient leur fanatisme et leur intolérance. Néanmoins, les Wahhabites firent preuve de mépris pour leur prétendue foi et massacrèrent indistinctement les musulmans et les non musulmans. Les Wahhabites résolurent alors de détruire toutes les tombes sacrées et les cimetières. Ils volèrent les trésors du Prophète, qui comprenaient des livres sacrés, des œuvres d’art et d’innombrables présents envoyés à la ville au cours du millier d’années précédentes. Le cuir reliant les livres islamiques sacrés qu’ils avaient détruit fut utilisé pour faire des sandales à l’usage des criminels Wahhabites.
Le Sultan Ottoman mit fin à la première rébellion Wahhabite en 1818, mais la secte refit surface sous la direction de Faysal Ier de la famille Saoudienne. Le mouvement fut ainsi restauré jusqu’à ce qu’il soit une fois de plus détruit à la fin du dix neuvième siècle.
Après la Première Guerre mondiale, les anciennes régions de l’Empire Ottoman furent divisées entre divers régimes de marionnettes. Pour aider à saper l’autorité Ottomane dans la région, Ibn Saoud fut grassement récompensé par la création du Royaume d’Arabie Saoudite, en 1932. Un an plus tard, en 1933, les Saoud accordèrent des concessions pétrolières à la California Arabian Standard Oil Company (Casoc), une filiale de la Standard Oil of California (Socal, aujourd’hui Chevron), dirigée par un agent de Rothschild, et un des chefs parmi les familles Illuminati, Rockefeller. Depuis ce temps là, l’Arabie Saoudite a été l’allié le plus important de l’Occident au Moyen Orient, pas seulement en fournissant l’accès facile à ses réserves abondantes d’hydrocarbure, mais aussi en tempérant l’agression arabe à l’égard d’Israël. Au regard de l’hypocrisie évidente du régime, il a toujours été nécessaire de supprimer toute dissidence avec brutalité. Un autre aspect important a empêché les intellectuels de parler de « politique », à savoir la critique du régime.
Dans son ouvrage Les Deux Visages de l’Islam, Schwartz écrit : « Leurs penchant les conduisirent dans les bars, les casinos, les bordels… Ils s’achetèrent des flottes d’automobiles, des jets privés, des yachts de la taille de navire de guerre. Ils investirent dans des œuvres d’art occidentales précieuses qu’ils ne comprenaient ni n’aimaient et qui le plus souvent offensaient la sensibilité des savants Wahhabites. Ils dépensaient sans compter, devenant les patrons de l’exploitation internationale des enfants et du sexe. » Le résultat en fut qu’afin de paraître néanmoins embrasser l’Islam, le régime Saoudien et ses savants marionnettes ont élaboré une version de l’Islam qui insiste sur les détails cérémonieux de la religion, aux dépends de la compréhension d’une réalité politique plus large. Leur méthode a encouragé une interprétation littérale de la loi islamique, permettant à des gens tels que Ben Laden d’exploiter le Coran pour justifier le meurtre de personnes innocentes.
Finalement, la profusion des pétrodollars financés par Rothschild dans les coffres de la famille Saoud leur a permis de propager leur version bâtarde de l’Islam dans les autres parties du monde, particulièrement en Amérique, où ils financent 80 pour cent des Mosquées dans le pays, une version de l’Islam qui substitue la conscience politique à l’insistance dogmatique sur un ritualisme fanatique.
En 1999, le Roi Fahd d’Arabie Saoudite a assisté à la réunion des Bilderberg, supposément pour discuter de son rôle dans l’avancement des intérêts du gouvernement mondial, au côté d’éclairés comme Yasser Arafat et le Pape. Évidemment, la famille Saoud fait partie du stratagème trompeur du réseau Illuminati. Leur complicité dans l’accumulation des pétrodollars abouti au financement du terrorisme mondial, d’Afghanistan en Bosnie, simplement dans le but de fomenter une animosité nécessaire à l’égard de l’Islam à travers le monde.
Le terrorisme est au service des Rothschild et du cartel bancaire central judéo-maçonnique
François Hollande et son maitre, David de Rothschild
Une vague antimusulmane est en train de s’emparer de l’occident. Si les attaques sous faux drapeau continuent, ce ressentiment ne fera que croitre. Les femmes portant le hidjab sont déjà désignées comme terroristes. Persécuter des innocents pour les crimes de gens qui leur ressemblent relève de la maladie mentale.
Le cartel judéo-maçonnique des banques centrales est responsable de ces actes terroristes. Leur objectif est de détourner notre attention loin d’eux-mêmes, puisqu’ils sont notre seul véritable ennemi.
Depuis le 11/09, ils n’ont de cesse de faire en sorte que les Musulmans et les Chrétiens s’entretuent. Il s’agit de leur mode opératoire, de leur stratégie. Ils provoquent les guerres aux seules fins de tuer des goyim.
Et les goyim sont vraiment aussi stupides que les banquiers le pensent.
Ils financent le terrorisme afin de mieux justifier la mise en place d’un état policier. Pourtant les gens qui devraient être mieux informés que la moyenne, se répandent en propos antimusulmans. Je suis d’accord sur le fait que les blancs ne doivent pas devenir une minorité dans leurs propres pays, mais je ne comprends pas leurs attaques constantes envers l’Islam.
Je ne comprends pas comment ils peuvent confondre les exactions de mercenaires sous sponsors occidental comme ceux d’ISIS, avec les millions de musulmans ordinaires qui n’ont absolument rien de commun avec eux. C’est la même chose en ce qui concerne les Rothschild et le reste des Juifs, dont la plupart ne sont pas conscients de leurs objectifs.
Soyons honnêtes. Tout le monde est complice à un certain degré. Tout le monde est manipulé par les médias de masse Illuminati ou se trouve être indirectement employé par eux. L’ensemble de l’establishment est volontairement complice de leurs crimes les plus haineux. C’est ainsi que notre inimitié devrait s’exercer à l’endroit de ceux qui sont responsables du terrorisme : les banquiers centraux Illuminati ainsi que les politiciens et les médias à leurs bottes, qui ont colonisés l’occident.
L’occident contrôlé par Rothschild est responsable de la destruction de millions de vies musulmanes en Afghanistan, Irak, Lybie, Palestine et en Syrie. Nous sommes tous complices en tant que simples citoyens.
LA MAIN CACHÉE
Les hommes qui ont tiré sur le restaurant cambodgien le 13 novembre étaient blancs et ressemblaient à des agents de renseignements français. Ils conduisaient une Mercedes neuve et l’un d’entre eux maniait la kalachnikov comme un professionnel. D’après le Daily Mirror, le tireur et le chauffeur « paraissaient être des soldats ou des mercenaires et ont perpétré leur méfait comme une opération militaire. Il est clair qu’ils étaient lourdement armés et que le tireur avaient sur lui plusieurs magazines. »
Nous savons que les services de renseignement de l’occident travaillent directement pour les banquiers Illuminati. Un lecteur m’a envoyé cette information qui montre une connexion directe entre les attentats de Paris et les banquiers Illuminati.
À gauche la dernière couverture de Charlie Hebdo. Tournez-le à 180° et vous verrez une Ménorah. L’hebdomadaire est la propriété de Rothschild. Notez aussi le signe du diable fait avec la main qui tient le verre, les doigts levés, les six trous de balles et les six flots de champagne – 666. La religion de Lucifer/Satan… ! Pour ceux qui ont des yeux pour voir…
Le milliardaire Arnaud Lagardère (Groupe Lagardère, Hachette, Larousse, France Telecom, Vuitton, Lazard, Vivendi Universal) est le nouveau propriétaire du Bataclan depuis le 11/09/2015.
L’homme est lié au baron Edmond de Rothschild et un des principaux soutiens de l’armée israélienne (Tsahal), tandis qu’un autre Rothschild, Daniel, siège à la direction de Tsahal. 
Le Mossad en est une branche, tandis qu’un des plus importants actionnaires du groupe Lagardère est l’émir du Qatar (le premier sponsor d’ISIS).
Nous avons ainsi de probants indices entre un agent de Rothschild, les attaques terroristes de Paris et ISIS, n’étant rien d’autre qu’une attaque sous faux drapeau typique orchestrée par la CIA/Mossad, le tout financé par l’argent des régimes du Golfe Persique.
Nous y voilà, tout comme Charlie Hebdo, l’Economist est de la pure propagande sioniste. Cela ressemble fortement à du terrorisme 100% Rothschild… Les dates de l’attaque figuraient sur la couverture de l’année 2015 entre les deux flèches (Le magazine The Economist est la propriété des Rothschild)
Une dernière remarque intéressante. Le massacre du Bataclan relevait clairement d’un rituel occulte, planifié et perpétré par une unité spéciale, il n’y a pas de boucs émissaires musulmans ce coup-ci…
Les frères Laloux ont vendu le Bataclan le 11/09, une date hautement symbolique, puis l’un des deux a déménagé en Israël. Que voyez-vous sur la seule photo du massacre diffusée dans les médias ? Pour ma part j’y vois une œil de Ra parfaitement tracé par le sang des victimes.
Le culte Illuminati de Ra est un cercle occulte d’esclaves sous contrôle mental par les programmateurs de Rothschild, une « milice privée » d’esclaves ayant subi des sévices mentaux et physiques. Ils sont entrainés comme les membres du MI6 pour des opérations clandestines et au service aveugle de leurs maitres, tout comme les agents du MI6 le sont au service de la famille royale.
Il s’agissait donc d’un horrible sacrifice sanglant, lors d’un vendredi 13, pour libérer un grand pouvoir spirituel, à quelles fins ? Nous ne pouvons le savoir, mais cette folie provient assurément du démon.
CONCLUSION
L’identité de la main cachée derrière tout ceci ne fait pas le moindre doute. Cessons d’assimiler tous les Juifs avec les Rothschild, et tous les musulmans avec les mercenaires sous faux drapeau payés par ces mêmes Rothschild. Concentrons-nous à la place sur notre mortel ennemi plutôt que de nous laisser distraire par ses stratagèmes. Au mieux, que les Chrétiens, les Juifs et les Musulmans s’unissent et fassent front commun contre cette menace mortelle à la civilisation.
La première flèche à partir du haut désigne un tireur masqué brandissant un AK-47.
La deuxième flèche montre un portrait intitulé La Belle Ferronière.
La troisième flèche pointe en direction de deux marqueurs avec des nombres inscrits près d’un bac à sable.
Le message supposé :
La première flèche désigne clairement un terroriste, spécifiquement un Djihadiste, similaire à ceux qui ont supposément attaqué Paris.
Avant de jeter un œil à la deuxième flèche, considérez les numéros inscrits sur la troisième flèche.
Ces numéros réarrangés forment une date calendaire : 13/11/15.
Les attaques de Paris furent commises le vendredi 13 novembre 2015.
La deuxième flèche montre la peinture qui est située à Paris.
De plus, un café portant le nom du portrait est situé rue Charonne.
Un des lieux des attaques était situé sur la rue Charonne.
Une ferronnière est un bandeau serti d’un bijou en son centre, sur le front (le troisième œil de l’illuminé).
Les ferronnières étaient confectionnées par les forgerons (utilisant du fer).
Caïn et Tubal-cain étaient des forgerons.
Il s’agit d’un traumatisme de masse ritualisé.
Le magazine « prédisait » le comment, le , et le quand des attaques sur Paris…
Les médias nous vendent le qui et le pourquoi comme subterfuge pour générer leur stratégie de la tension.


Le Coran dépeint la Kabbale comme une apostasie
« Malgré les suspicions persistantes parmi les Chrétiens, les chercheurs reconnaissent qu’il n’existe pas de tradition antisémite dans l’Islam », déclare le chercheur respecté David Livingstone, qui est un converti à l’Islam.
Ce qui est important est que l’Islam offre une approche différente à la compréhension du problème des « Juifs ». Il les critique, mais il les considère quand même comme des Gens du Livre, alors ils sont une communauté religieuse respectée, malgré leurs vices.
Ainsi à travers l’histoire, au sein des empires islamiques, les Juifs, les Musulmans et les Chrétiens ont vécu côte à côte. Les Juifs étaient même autorisés à maintenir leur propre chef, et à se gouverner suivant leurs propres règles, même s’ils s’agissaient de la loi Talmudique corrompue. Je pense que cela en dit beaucoup au sujet de la grande miséricorde de Dieu, et il faut y voir une leçon pour chacun d’entre nous sur la manière dont nous devons traiter les autres, même si nous savons qu’ils se trouvent dans l’erreur.
Par David Livingstone (pour henrymakow.com)
L’Islam déclare que le Judaïsme bénéficia initialement de la révélation Divine mais qu’il tourna plus tard le dos à Dieu. Par « Judaïsme » nous entendons la Kabbale et le Talmud.
D’après le Coran, Dieu avait établi une alliance avec les Israélites et les avait choisis parmi toutes les nations, pour agir en tant que ses représentants sur terre.
Il leur fut donné 10 commandements simples, dont l’esprit est résumé par l’affirmation suivante : « fait aux autres comme tu voudrais qu’ils te fassent », c’est-à-dire la règle d’or.
Et [rappelez-vous] lorsque Nous établirent l’alliance avec les Enfants d’Israël, [leur enjoignant], « Ne vénérez rien excepté Allah ; faites le bien à vos parents, aux orphelins, et aux nécessiteux. Et parlez aux gens convenablement et établissez la prière et acquittez-vous de l’aumône. » Vous vous êtes ensuite détournés – à l’exception d’un petit nombre d’entre vous – vous vous êtes écartés… (2:83)
Le Coran poursuit alors en listant les nombreuse faveurs consenties au peuple juif, et leur rappelle les miracles extraordinaires dont ils furent témoins, et néanmoins, ils continuent de rejeter la véritable soumission à Dieu.
Pendant des siècles Dieu envoya des prophètes pour avertir les Israélites de cesser de vénérer les dieux des Cananéens, Baal et Astarté, pour lesquels ils érigeaient des piliers phalliques, et se livraient aux sacrifices humains et à d’autres abominations.
Finalement, ils furent avertis que s’ils ne cessaient pas, ils seraient pris en captivité. C’est en effet ce qui se produisit au tournant du sixième siècle avant J.C., lorsque Nabuchodonosor s’empara presqu’entièrement de la population pour la retenir prisonnière à Babylone, une période connue comme l’Exil.
Le Coran relate :
Nous avons décrété dans le Livre, à l’adresse des fils d’Israël : « Vous sèmerez deux fois le scandale sur la terre, et vous vous élèverez avec un grand orgueil ». (17:4)
Lorsque l’accomplissement de la première de ces deux promesses est venu, nous avons envoyé contre vous certains de nos serviteurs doués d’une force terrible. Ils pénétrèrent à l’intérieur des maisons et cette promesse se réalisa. (17:5)
C’est à Babylone qu’un certain nombre de juifs captifs commirent l’ultime acte d’apostasie. Au lieu d’abandonner le culte de Baal, ils l’incorporèrent dans une nouvelle « interprétation » du Judaïsme.
Finalement connue comme la Kabbale, il comprenait des éléments de magie babylonienne et d’astrologie, et considérait secrètement Lucifer comme le véritable Dieu de la Bible, le comparant avec les divers anciens dieux mourant.
Mais ce n’était pas tous les juifs qui furent responsables, mais un groupe parmi eux qui se rendirent coupables d’apostasie, et comme le Coran le clarifie :
Ils ont approuvé ce que les démons leur racontaient touchant le règne de Salomon. Salomon n’était pas incrédule, mais les démons sont incrédules. Ils enseignent aux hommes la magie, et ce qui, à Babylone, avait été révélé aux deux anges Harout et Marout. Ces deux-là n’instruisent personne sans dire : « Nous ne constituons qu’une tentation. Ne sois donc pas incrédule. »
Les démons apprennent auprès d’eux les moyens de séparer le mari de son épouse ; mais ils ne peuvent nuire à personne, sans la permission de Dieu. Et le peuple apprend ce qui lui nuit et ne lui ait d’aucun bénéfice. Mais les Enfants d’Israël savaient certainement que quiconque faisait l’acquisition de ces vanités n’aurait aucune part dans la vie future. Le troc auquel ils ont consenti est vraiment détestable – s’ils savaient ! (2:102)
Ces juifs apostats déguisèrent alors leur poursuite de la domination mondiale en prétendant œuvrer à l’accomplissement de la prophétie biblique. Leur mode opératoire, basé sur le Luciferianisme, devint l’équivalent de « la fin justifie les moyens ».
Mais à la place, ils en vinrent à considérer ne devoir leur responsabilité morale qu’envers eux-mêmes, supposant faussement que le fait d’être « choisis » signifiait que Dieu les préférait à tous les autres. Comme le Coran le déclare :
Dis : « Si la demeure dernière auprès de Dieu vous est réservé de préférence à tous les hommes, souhaitez donc la mort, si vous êtes sincères ». (2:94)
Ils corrompirent ainsi davantage le concept pour signifier que l’alliance était inconditionnelle, et donc, que la promesse de Dieu de la propriété de la terre d’Israël, ou Sion, était pour toujours, et qu’ils étaient finalement destinés à diriger le monde, par la venue de leur Messie tant attendu.
Essentiellement, les juifs perdirent de vue le véritable « Esprit de la Loi », raison pour laquelle ils furent chatiés par Jésus, qui leur rappela que la base de la Loi était d’aimer son prochain, et que le prochain était tous les autres êtres humains, pas seulement leurs coreligionnaires.
Mais bien que le message de Mohammed soit venu corriger la corruption du message de Dieu par les Juifs et les Chrétiens, il prédit que les Musulmans tomberaient aussi dans la même erreur, « comme un lézard dans un trou ».
Et cela est advenu, les Musulmans aussi ont maintenant perdu l’Esprit de la Loi, et sont donc engagés dans des controverses mesquines et oppressés par des dirigeants despotiques, échouant à vivre selon les préceptes des véritables croyants.
Libye : le Mossad, Al-Qaida et le Hezbollah ont fait le sale boulot de l’OTAN
Joanne et Jimmy Moriarty travaillaient en Libye au moment de l’invasion :
« Nous avons une copie d’un accord entre les soi-disant rebelles et le Mossad. L’accord stipule qu’Israël fournira des armes et une formation aux rebelles afin qu’ils s’emparent du pays et qu’en retour Israël obtiendra d’installer une base militaire dans la zone libyenne de la Montagne Verte (Djebel Akhdar). »
La Syrie est une redite de la Libye avec Al-Qaida servant à nouveau d’outil de procuration pour les banquiers Illuminati (Israël pilotant l’OTAN).
En Syrie, le Hezbollah est passé dans le camp adverse. Pendant ce temps, «Al Ciada» est toujours «l’ennemi» au Pakistan et en Irak.
La guerre est un théâtre. Les mêmes acteurs jouent des rôles différents dans chaque conflit. Le monde est gouverné par un syndicat du crime à l’aide des politiciens corrompus et des médias mensongers.
par Joanne et Jimmy Moriarty
Nous faisions des affaires en Libye depuis janvier 2007. Nous fabriquons une enzyme unique qui régénère les puits de pétrole et nettoie les fosses de boue, débloque les canalisations et les réservoirs et participe à beaucoup de processus importants de la production pétrolière. Nous avions sécurisé un volume d’activité énorme en Libye de 2007 à 2011 : des contrats pour une valeur totale de 5 milliards de dollars. Nous avions signé une joint-venture avec le Fonds d’investissement de la Sécurité sociale de Janzour, près de Tripoli, en Libye. Nous avions commencé à construire une usine de production pour répondre à ces contrats pour notre enzyme, lorsque la révolution dite libyenne a éclaté en février 2011.
Le peuple libyen n’était en aucune façon des extrémistes musulmans. Kadhafi avait condamné les déclarations de l’Ayatollah Khomeni parlant de tuer les infidèles. A cause de cela, une fatwa avait été prononcée contre lui par les extrémistes musulmans radicaux depuis plus de 20 ans. Toutes les religions du livre étaient autorisées en Libye.
Les femmes avaient été émancipées dans les années 1970 par Kadhafi. Aucun vêtement spécial ne leur était nécessaire et toutes les femmes étaient très instruites si elles choisissaient de l’être. Elles étaient médecins, avocates, ministres, chefs d’entreprise, ou tout simplement des femmes au foyer, ce qu’elles décidaient. La Libye n’utilisait qu’environ la moitié de tous les revenus du pétrole qu’elle engrangeait et le pays partageait ces recettes avec ses 5,5 millions d’habitants. Tous les soins médicaux étaient gratuits. Si vous ne pouviez pas obtenir les soins dont vous aviez besoin en Libye, alors vous pouviez aller encourir un traitement à l’étranger, accompagné d’un membre de la famille et tous les coûts et dépenses étaient entièrement payés.
L’enseignement était gratuit et si vous vouliez aller à l’étranger intégrer une autre université, cela était payé en totalité par une allocation. Lorsqu’un couple libyen se mariait il recevait une dotation de 46,000$ du gouvernement pour commencer sa vie. Sa première maison, un 230 mètres carré, lui coûtait 10% de son salaire pendant 20 ans avant de lui appartenir pour de bon. Le prix de l’essence était de 44 cents le gallon (approximativement 4 litres), tous les services publics étaient gratuits. Si vous aviez faim et n’aviez pas d’argent, il y avait d’énormes réserves de nourriture où vous pouviez obtenir du riz, du lait, du fromage, de la farine et de l’argent pour acheter de la viande. Le salaire moyen en Libye était le plus élevé d’Afrique, supérieur à celui de la Chine ou de l’Inde, à 15,800$ par an. Si vous aviez fait des études et ne parveniez pas à trouver un travail, vous receviez ce revenu jusqu’à ce que vous ayez obtenu un emploi.
Le peuple libyen étaient heureux, il n’y avait pas de taxe, seules les entreprises s’acquittaient d’une taxe mais elle était minime. Le gouvernement partageait la richesse de la Libye avec son peuple, il n’avait pas besoin de taxer les gens pour financer l’État. Il n’y avait aucune raison pour qu’une révolution éclate, même s’il y avait quelques islamistes radicaux mécontents qui avaient en vain tenté de faire appliquer la charia et l’islam radical en Libye, car ils ne représentaient environ que 3 à 5% de la population. Ce sont ces gens que l’OTAN et les Etats-Unis ont soutenu pour qu’ils s’emparent de la Libye.
LES « CRIMES » DE KHADAFI
En mai 2011, nous sommes allés à Tripoli pour participer à une commission d’enquête organisée par une ONG. Nous avons passé beaucoup de temps avec les tribus de la Libye à apprendre les vérités de la Libye et de son gouvernement. Nous avons également été témoins de grands crimes de guerre commis par l’OTAN sur des personnes innocentes. Parce qu’il n’y avait pas de soutien populaire pour cette prétendue révolution, il était devenu nécessaire pour l’OTAN, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’ONU, le Qatar et Israël de canaliser des milliers de mercenaires d’Al-Qaïda en Libye. Nous avons été témoins des hordes de terroristes, qui étaient armés, financés et entraînés par les groupes susmentionnés. Nous avons une copie d’un accord entre les prétendus rebelles et le Mossad. L’accord précise qu’Israël devait fournir des armes et une formation aux rebelles, jusqu’à ce qu’ils prennent le contrôle du pays et qu’en retour Israël obtiendrait l’implantation d’une base militaire dans la région libyenne de la Montagne Verte.
La guerre contre la Libye avait été planifiée depuis longtemps. Dennis Kucinich détient des documents montrant qu’il y avait des exercices militaires en Méditerranée de prévu entre les français, britanniques et américains contre une nation d’Afrique du Nord riche en pétrole dotée d’un dictateur mythique. Ils devaient débuter le 21 février. La guerre a effectivement commencé le 17 février.
La principale raison de la destruction de la Libye était le projet de devise adossée à l’or pour le continent africain, appelé le Dinar. Kadhafi avait planifié la création d’une Banque Africaine qui aurait conduit l’Afrique à se libérer du joug de la dette du papier monnaie et des impérialistes qui contrôlent les pays pauvres et leurs ressources. Cette monnaie-or aurait détruit les banquiers de papier dont l’argent n’est soutenu par rien. Ces banquiers de papier, la FED et l’Euro détenus par le groupe Rothschild auraient été détruits. Pour cette raison, Kadhafi devait non seulement être destitué du pouvoir, mais il devait aussi mourir. S’il était parti en exil, sa bouche pourrait encore parler.
La deuxième raison de la guerre en Libye a été l’AFRICOM, le contrôle militaire américain de l’Afrique. La Libye était le pays le plus puissant d’Afrique et refusait de laisser les Etats-Unis exercer un contrôle militaire sur le pays.
La troisième raison, était l’action en justice qui avait été engagée par Kadhafi (Libye) contre toutes les nations d’Europe occidentale, pour tous les traités rompus et toutes les atrocités commises en Afrique au cours des centaines d’années par les occidentaux et la perte de revenus causée par l’embargo contre la Libye pendant plus de 30 ans. Il convient de noter que la Libye n’était pas coupable de l’attentat de Lockerbie, comme l’a prouvé un transfuge de la CIA. Ce recours en justice se montait de à plus de 7 trilliard de dollars et il reposait sur des bases juridiques tangibles. L’Europe de l’Ouest ne pouvait guère se permettre ce genre de dette, alors ils ont joyeusement pris part à la destruction de la nation souveraine de la Libye.
CE DONT NOUS AVONS ÉTÉ TÉMOINS
Le 21 août, les membres dirigeant de l’OTAN ont décidé qu’ils avaient assez attendu pour que le peuple libyen se range du côté de leur coup d’état, alors ils ont résolu de prendre Tripoli de force. Nous séjournions dans un grand hôtel près du port et nous avons vu les hélicoptères Apache de l’OTAN faucher des innocents dans les rues. Au cours de la première heure de la prise de contrôle de Tripoli par l’OTAN, 1300 personnes ont été tuées dans les rues et 5000 blessées. L’OTAN a également organisé des raids de bombardement, utilisé de gros canons montés sur de petites camionnettes. Les bombardements et les meurtres ont continué toute la nuit et pendant les trois nuits suivantes.
Puis des cargos pleins de rebelles d’Al-Qaïda se sont amarrés dans le port de Tripoli en provenance de Benghazi, puis se sont emparés des routes autour de Tripoli. Tous les gens étaient barbus et portaient des AK-47. A mesure qu’ils faisaient des rondes autour de Tripoli dans leurs caravanes, ils ont commencé à mettre en place des points de contrôle environ tous les 500 mètres. Ils ont pillé tous les magasins et toutes les maisons qui se trouvaient sur leur chemin, ils ont braqué chaque véhicule et ont volé tout ce qu’ils voulaient. Ils se sont emparés des hôtels et mis en place des centres de torture…
Nous n’avons pas pu trouver de navire pour prendre la fuite. Après quelques heures passées à longer la côte, il faisait déjà nuit. Des coups de feu retentissaient de partout, des types barbus d’Al-Qaïda parcouraient les rues. Nous ne le savions pas, mais les rebelles avaient tiré sur le navire et il s’était retiré à 3 miles en Méditerranée. Notre dernier trajet pour nous rendre à la jetée nous a jeté dans la gueule du loup.
Nous avons été soudainement entourés par un groupe de petites camionnettes chargées de membres d’Al-Qaïda.  Leurs armes pointées sur nous, ils nous ont dit : « votre jeu est terminé ». Ils nous ont emmenés sous la menace dans leur centre de torture situé à l’Hôtel Radisson. Ils ont pris toutes nos affaires et nos passeports. Ils nous ont interrogés et filmés à l’aide d’une équipe de cinéma britannique. Nous pouvions entendre les hommes en train d’être torturés, mais nous ne pouvions rien faire.
Finalement, après plusieurs heures le jour était levé, ils nous ont dit que nous allions être autorisés à partir. Juste avant cela, un gros Cheikh avec une longue barbe fit son apparition pour murmurer quelque chose en arabe à notre sujet. Le chauffeur de notre van avait été remplacé par un homme de l’hôtel que nous connaissions et nous lui avons dit que nous voulions rejoindre le bateau de sauvetage maintenant, il affirma que ce van devait rentrer à l’hôtel, nous avons discuté avec lui, mais il nous a pris à part pour nous expliquer : «vous n’avez pas compris que le Cheik a dit : « quand ils se rendront au navire de sauvetage, tuez-les, découpez-les et brûlez les corps puis faites croire qu’il s’agit de Kadhafi. » Nous avons alors décidé de retourner à l’hôtel, nous avons dû payer la totalité de notre dernier argent à des mercenaires pour qu’ils nous laissent partir. Ils étaient payés 2500$ pour chaque personne tués et 1000$ pour brûler les corps. Ils prirent tout notre argent. Nous savions que nous étions sur leur liste et nous savions pourquoi, un avocat américain, un agent double travaillant pour le Hesbollah avait mis tous nos noms sur une liste et la leur avait fait parvenir.
[Leur lien avec le président Mauritanien a permis leur libération.]
SUITES
Après que nous soyons rentrés au Texas, Jimmy fut appréhendé par le FBI à l’aéroport d’Houston. J’ai été autorisé à transiter et j’étais en possession de 200 Go de preuves, interviews, vidéos, photos, témoignages, etc. Il a été interrogé pendant 3 heures, nous devions plus tard apprendre que nous étions devenus à ce moment-là une cible de notre gouvernement. Notre crime était d’avoir été témoins des crimes de guerre et des génocides qui ont été commis en Libye par le gang de l’OTAN. Comme tous les individus pris pour cible, toutes nos tentatives pour obtenir un emploi rémunéré ou redémarrer notre activité qui avait été détruite en Libye, furent anéanties.
Après que l’OTAN ait livré la Libye entre les mains d’Al-Qaïda, de nombreux Libyens furent emprisonnés, torturés et tués. Beaucoup d’entre eux durent partir pour survivre. Il y en a maintenant 2 millions en exil. Nous sommes très proche des tribus de la Libye, nous parlons avec les chefs de tribus en exil maintenant presque tous les jours. Ils nous ont désignés comme leurs porte-parole officiels. Nous avons tenté de le faire connaître à notre Congrès qu’ils avaient été complètement trompés en Libye et que nous avions littéralement livré la Libye, un pays musulman pacifique, à Al-Qaïda. Mais personne n’était intéressé.
Les chefs tribaux ont commencé à passer des renseignements sur le mouvement interne d’Al-Qaïda en Libye, nous avons commencé à transmettre ces informations au Dr Jerome Corsi, qui était plus que disposé à rapporter la vérité. Nous avons ensuite été contactés par les services secrets US (4 divisions différentes). Nous avons eu 3 divisions différentes du renseignement américain dans notre maison, recueillant les éléments de nos dirigeants tribaux. Mais nous avons découvert qu’ils n’avaient pas l’intention de faire quoi que ce soit avec ces données et qu’elles étaient utilisées pour avertir Al-Qaïda de ne pas cesser leur progression, donc nous nous sommes arrêtés de transmettre les informations.
Un des agents de renseignement était une dame ; elle nous a appelés après avoir quitté et nous déclara que si jamais nous voulions rester en vie nous devions nous taire à propos de la Libye et qu’ils (le gouvernement) avaient perpétré une attaque « soft » sur nous (en ruinant notre vie et nos finances) et que nous avions été chanceux, car ils auraient pu choisir d’opérer une attaque « terminale » sur nous.
Nous avons été littéralement détruits, mais nous avons décidé de l’ouvrir et de ne pas nous taire. Nous réalisons que la seule façon de nous protéger est de diffuser notre histoire auprès du plus grand nombre de gens possible. Nous serons sans-abri le mois prochain, car nous n’avons plus de biens à vendre et ne pouvons plus payer nos dépenses. Nous souhaitons commencer à donner des présentations et partager notre histoire, nous espérons trouver des gens qui aimeraient embaucher deux personnes productives, intelligentes et talentueuses. Mais, nous n’allons pas cesser de raconter notre histoire.
Les Sionistes poussent les États-Unis vers une autre guerre
L’Ayatollah Khamenei a été auditionné pour le rôle d’Hitler dans la nouvelle séquence spectaculaire  de la « Troisième Guerre Mondiale » des Illuminati. Une fois de plus l’Occident vient à la rescousse des juifs menacés « d’annihilation. »
Par Henry Makow Ph.D.
Pour une autre guerre mondiale. Tout comme dans les précédentes, les Sionistes exercent leur conscription sur les États-Unis. Si les américains se font encore avoir, ils mériteront d’en subir toutes les conséquences.
Les gros titres sur Drudge.com étaient : « Ayatollah : Tuez tous les juifs, annihilez Israël… » Les américains sont censés se précipiter à leur secours comme des chiens bien dressés.
Le site internet Drudge relai un article du site NéoCon « World Net Daily ». (Évidemment Drudge est un autre instrument Sioniste)
L’article, écrit par « un ancien agent de la CIA », déclare : « le gouvernement Iranien au travers d’un site internet intermédiaire, a initié la justification légale et religieuse pour la destruction d’Israël et le massacre de son peuple… La doctrine inclus (des frappes préventives) effaçant les avoirs juifs et le peuple juif dans le monde entier. »
La source de ce coup de sabre est un article sur un site internet Farsi rédigé par « Alireza Forghani, un analyste conservateur et un spécialiste de la stratégie dans le camp de Khamenei. »
Cependant, un site internet israélien identifie Alireza Forghani simplement comme un « blogueur Iranien » :
« Alireza Forghani, un ingénieur informatique, écrivit dans son essai que Téhéran devrait exploiter l’hésitation de l’Occident au sujet d’une frappe sur l’Iran pour « raser Israël » d’ici 2014 – c’est à dire avant que le mandant du Président Mahmoud Ahmadinejad arrive à son terme. Le sujet fut largement repris par les médias Iraniens le samedi. »
Alors plutôt qu’un porte parole du gouvernement, Forghani est vraiment « un blogueur », avec un horizon de deux ans pour une « attaque préventive ».
C’est de cette manière que les Sionistes battent le tambour pour la guerre.
Qu’a dit Khamenei en fait ?
Le Dirigeant Suprême de la Révolution Islamique a déclaré que les soulèvements régionaux amèneront le déclin et l’isolation du régime Sioniste et souligna :
« Une des conséquences de ces évènements est le déclin et l’isolement du régime Sioniste, ce qui est très important, parce que ce régime est véritablement une tumeur cancéreuse dans la région qui doit être, et sera, enlevée. »
Dire que le « régime Sioniste » est une tumeur cancéreuse n’est pas du tout la même chose que de préconiser des frappes préventives et le génocide de tous les juifs de la planète. Cela me paraît ressembler à un changement de régime. Même les israéliens accueilleraient cela avec soulagement.
Mais les Sionistes et leur nombreux intermédiaires veulent que vous croyiez au pire, parce qu’ils veulent entrainer les U.S. dans une autre guerre mondiale autodestructrice. La Russie, la Chine et même le Pakistan ont dit qu’ils soutiendraient l’Iran.
Au fait, pourquoi serait-il permit au Pakistan de posséder l’arme nucléaire mais interdit à l’Iran ? Pourquoi est-il permit à Israël de posséder plus de 200 têtes nucléaires ? Nous savons que le prétexte des armes de destruction massive n’était juste qu’une excuse pour l’agression et la guerre. Les évènements en Irak ont prouvé cela.
« TROIS GUERRES MONDIALES »
Il est temps de se rappeler que les « Islamistes » comme l’Ayatollah Khamenei, et les Sionistes sont des frères francs-maçons. Ils forment les deux parties d’une pince conçue pour plonger le monde dans le chaos, duquel émergera la tyrannie Illuminati.
Comme les Sionistes, Khamenei et les fondamentalistes islamiques furent mis au pouvoir par les Illuminati, c’est à dire les banquiers centraux maçonniques. (Voir aussi l’article de David Livingstone : Les Islamistes/Sionistes : suivent la dialectique hégélienne.)
Relisons la célèbre lettre écrite en 1871 par le Général Pike à Giuseppe Mazzini :
« La Troisième Guerre Mondiale doit être fomentée en tirant avantage des différences causées par « l’ agentur » des « Illuminati » entre les Sionistes politiques et les dirigeants du monde islamique », écrit Pike.
« Agentur » veut dire les « agents ». Le même terme est utilisé dans un autre document Illuminati « Les Protocoles des Sages de Sion » qui datent de la même période.
L’élément clef est de comprendre que ces guerres sont artificielles. Elles sont « causées par les agents des Illuminati » des deux côtés. Ces agents doivent leur loyauté première aux Illuminati non à leurs pays.
Leur but est de détruire leurs pays respectifs et profiter du carnage.
Pike continue : « La Troisième guerre devra être menée de telle manière que l’Islam (le monde arabe musulman) et le Sionisme politique (l’état d’Israël) se détruisent mutuellement. »
Le reste du monde sera entrainé. « Pendant que les autres nation, une fois de plus divisées sur ce problème seront forcées de se battre jusqu’au complet épuisement physique, moral, spirituel et économique… »
A ce moment, elles seront contrainte d’accepter le Gouvernement Mondial Luciférien.
CONCLUSION
« Le Sionisme n’est qu’un élément d’un plan beaucoup plus vaste », déclara le Sioniste américain Louis Marshall, conseiller de la banque Kuhn Loeb, en 1917. « Il n’est juste qu’un point d’appui commode sur lequel poser une arme puissante. »
Le Sionisme a efficacement conscrit les U.S. dans la Première et la Deuxième Guerre mondiale. Maintenant, ils nous rejouent le même coup.
Les américains et les occidentaux en général, ont abandonné leur souveraineté et leur culture à un mouvement étranger qui est lui-même un outil pour les Satanistes. Le « plan à long terme » consiste à utiliser la guerre pour établir une domination satanique sur l’humanité.
Israël a créé le Hamas pour empêcher la paix
Israël a créé le Hamas comme excuse pour provoquer la guerre avec les Palestiniens. Par exemple, le 18 mai 2011, un représentant du Hamas a déclaré que tous les Israéliens devaient être exterminés. C’est le parfait prétexte pour les Sionistes et leurs soutiens pour interrompre le processus de paix. Ce rapport suggère que le Hamas pourrait bien œuvrer en faveur d’Israël.
 
Par David Livingstone
(Abrégé par www.henrymakow.com)
Les Israéliens ont créé le Hamas. Mais avant que nous expliquions pourquoi, soyons clairs sur le fait qu’Israël ne veut pas la paix. Il veut toute la Palestine, et ses pratiques coloniales belligérantes le prouvent.
Mais les Israéliens profitent de l’ignorance du monde concernant les réalités de la Palestine, en adoptant une posture selon laquelle ils sont volontaires pour parler de «paix», alors qu’ils sabotent ce même processus de paix, afin de ne pas interrompre la colonisation future de la Palestine.
Ainsi tout ce qui peut être offert comme excuse, le sera. Le stratagème le plus aisé, présenté avec l’assistance flagorneuse des médias, est le «terrorisme».
Mais les masses sont naïves, et ne parviennent pas à déceler les extrêmes machiavéliques auxquels certains dirigeants n’hésitent pas à recourir. Cela inclus la création de faux ennemis, dans ce cas le Hamas, vers lequel l’aile droite dirigeante des Israéliens peut pointer un doigt accusateur «d’ennemis» à blâmer pour l’échec du processus de paix.
LES ORIGINES HISTORIQUES
Le parrainage du terrorisme islamiste par l’Occident n’a rien de nouveau. Après la chute de l’Empire Ottoman en 1924, les Britanniques et les américains comblèrent le vide en fournissant leur propre contingent de dirigeants « islamiques ». Cela commença par la création des Frères Musulmans grâce à une subvention Britannique. Toujours sous le patronage des Britanniques, les Frères Musulmans d’aujourd’hui représentent une force puissante dans le monde Islamique, et se trouve derrière presque tous les actes terroristes au nom de l’Islam.
Plus exactement, la fraternité est un outil partagé par de nombreuses agences de renseignements Occidentales, en commençant par les Nazis, suivis par la CIA, mais aussi les Russes, les Français, les Allemands et les Israéliens.
Depuis les administrations Truman et Eisenhower, les Frères Musulmans ont été utilisés pour rallier les Musulmans naïfs sous la bannière de l’Islam. Depuis lors, les américains et les autres ont été en mesure de gérer la fraternité comme un chien en laisse pour tenir à distance la menace Communiste athée.
Cependant, avec la fin de la Guerre Froide, la fraternité a été utilisée comme le bouc émissaire que les américains peuvent chasser au Moyen-Orient et en Asie Centrale, en commençant par l’Irak et l’Afghanistan.
La relation de longue date d’Israël avec les Frères Musulmans fut l’instrument permettant la fondation d’une ramification de l’organisation, le Hamas.
D’après Robert Dreyfuss, l’auteur de l’ouvrage «Devil’s Game: How the United States Helped Unleash Fundamentalist Islam» :
«Du début de 1967 jusqu’à la fin des années 1980, Israël a aidé les Frères Musulmans à s’établir dans les territoires occupés. Elle assista Ahmed Yassin, le dirigeant de la fraternité, à créer le Hamas, pariant que son caractère islamique affaiblirait l’OLP.»
D’après Charles Freeman, l’ancien ambassadeur US en Arabie Saoudite, Israël a créé le Hamas. Il s’agissait d’un projet de Shin Bet (l’agence de la sécurité intérieure d’Israël), qui avait l’intention de l’utiliser pour infiltrer l’OLP.
«Politiquement parlant, les fondamentalistes islamiques sont quelquefois considérés comme utiles à Israël, parce qu’ils sont en conflits avec les soutiens laïcs de l’OLP. La violence entre les deux groupes faisait occasionnellement irruption sur les campus universitaires de la Cisjordanie. Le gouverneur militaire de la Bande de Gaza, le Brigadier Général Yitzhak Segev, m’a confié une fois comment il avait financé le mouvement islamique pour servir de contre poids à l’OLP et aux Communistes. ‘Le gouvernement Israéliens m’alloua un budget et le gouvernement militaire le remit aux Mosquées’, m’expliqua-t-il.»
Comme Dreyfuss l’a noté, «au cours des années 80, les Frères Musulmans à Gaza et en Cisjordanie ne soutenaient pas la résistance à l’occupation israélienne. La plupart de son énergie était consacré à la lutte contre l’OLP, tout spécialement ses factions gauchistes sur les campus universitaires. »
Après l’Intifada de 1987, l’OLP accusa le Hamas et Yassin d’agir «avec le soutien direct des régimes arabes réactionnaires… en collusion avec l’occupation israélienne.»
Yasser Arafat se plaignit auprès d’un journal italien : «le Hamas est une créature d’Israël, qui du temps du Premier Ministre Shamir, leur octroya des fonds et plus de 700 institutions, entres autres des écoles, des universités et des Mosquées. » Arafat maintient également que le Premier Ministre Israélien Rabin avait admis en présence d’Hosni Moubarak qu’Israël avait soutenu le Hamas.
Fondamentalement, comme l’analyste Ray Hannania l’a fait remarquer dans l’ouvrage «Sharon’s Terror Child», publié dans Counterpunch, «saper le processus de paix a toujours été le véritable objectif du Hamas et a servi en même temps les ambitions politiques du Likoud. Chaque fois que les négociateurs Israéliens et Palestiniens paraissaient proches d’atteindre une étape majeure vers la paix, un acte terroriste du Hamas venait interrompre le processus et renvoyait les deux parties dans leurs camps respectifs.»
Dans le livre «Hamas and the Transformation of Political Islam in Palestine», au sujet de l’histoire récente, Sara Roy écrit :
«Certains analystes maintiennent que pendant que les dirigeants du Hamas sont ciblés, Israël poursuit simultanément sa vieille stratégie de promotion du Hamas à l’encontre les factions nationalistes laïques comme moyen d’assurer la défaite ultime de l’Autorité Palestinienne, et dans le but d’éteindre le nationalisme Palestinien pour toujours.»
CONCLUSION
Les Frères Musulmans, et ses nombreuses branches comme Al Qaeda et Ben Laden, servent de menace « terroriste » toujours présente, constamment utilisée comme prétexte pour justifier des mesures domestiques répressives et l’expansion d’objectifs impérialistes à l’étranger.
Parce que, malgré toute la rhétorique au sujet de «l’Islam Politique», à l’insu du grand public, la manipulation des Frères Musulmans à travers le monde est encore un des fondements de la politique étrangère américaine.
Lorsque les juges pédophiles craignent d’être révélés au grand jour
Sous la mince couche du vernis de la loi, nous sommes gouvernés par un réseau secret de traîtres, de pédophiles, de satanistes et de criminels, se faisant passer pour d’éminents avocats et juges, des politiciens, des hommes d’affaires et des chefs de police.
Ils sont souvent des Francs-maçons qui tirent leur pouvoir du cartel des banques centrales basé à Londres qui contrôle les médias de masse et cherche à imposer sa tyrannie sous le couvert de « Gouvernement Mondial ».
Si vous ne me croyez pas, vous n’avez probablement jamais entendu les noms de Renate Andres-Auger, de Jack Cram et de Bruce Clark. Ils sont des avocats de Vancouver qui ont été expulsés de la salle d’audience, drogués, radiés du barreau et internés dans un asile psychiatrique lorsqu’ils ont tenté de mettre à nu cette clique dans les années 1990.
CITY CONFIDENTIAL
La belle ville de Vancouver en Colombie-Britannique a été décrit par le Christian Science Monitor en 1997 comme « un paradis pour pédophile » un endroit connu pour son « commerce du sexe notoire », avec une réputation internationale « comme une ville où il est facile de trouver un enfant pour le sexe. » En 1999, l’UNESCO a placé Vancouver comme l’un des trois meilleurs centres du monde pour le trafic sexuel, la pornographie juvénile et la pédophilie en raison « d’une protection judiciaire suspectée envers les agresseurs sexuels d’enfants. »
En 1994, Renate Andres-Auger, une avocate autochtone et mère célibataire de six filles, a constaté des irrégularités dans une affaire de revendications territoriales qui s’avérait accablante pour l’autorité judiciaire. Elle a également attaqué certains juges et des avocats pour association de malfaiteurs servant à aider et protéger les pédophiles. Elle et son propre avocat Jack Cram ont présenté des preuves, y compris des photographies et des témoignages oculaires que deux juges de la Cour suprême étaient engagés dans la pédophilie et utilisaient leur bureau afin de protéger d’autres pédophiles. Elle a nommé le prestigieux « Club de Vancouver » comme centre de ce réseau pédophile. (Kevin Annett, « L’histoire cachée : L’holocauste canadien », p 147-150.)
Le juge ordonna que Auger soit écarté de la cour. « Les shérifs traînèrent Andres-Auger hors de la cour et on pouvait entendre le bruit sourd dans les escaliers derrière le banc du juge. » Ensuite, le juge ordonna aux sheriffs de sortir son avocat Jack Cram. La police fut appelée pour évacuer la salle d’audience d’environ 80 partisans. Selon un communiqué de presse, voici ce qui est arrivé lorsque Cram a plaidé la cause auprès du public :
« Une nuit à environ 23h30, après avoir terminé une interview à la radio, M. Cram rentra chez lui, gara sa voiture, et tout en marchant vers son immeuble, cinq policiers émergèrent des buissons et sautèrent sur lui. Il fut mis dans un fourgon banalisé et que dès qu’ils furent à l’intérieur ils « lui injectèrent quelque chose » et il fut transporté à l’hôpital psychiatrique de l’Hôpital Général de Vancouver – comme un patient « anonyme ».
SAUVER JACK CRAM
« Lorsque le comité découvrit où était M. Cram, ils durent se rendre à Prince George, à quelques 800 kms de là, pour trouver un avocat qui déposerait un bref d’habeas corpus afin de libérer M. Cram, mais il ne fut jamais utilisé car M. Cram fut de nouveau, de manière inattendue, libéré après avoir été détenu cette fois pendant 7 jours.
« M. Cram se rendit directement depuis le service de psychiatrie à une réunion du comité qui était en cours au même moment. Il était encore sous les effets des médicaments qui lui avaient été administrés jusqu’à environ deux heures avant sa libération. Mais il était en mesure d’expliquer ce qui s’était passé. Deux de ses plus proches collaborateurs, dont l’un était celui qui l’avait mis en cause à la télévision, avaient signé les documents incriminant M. Cram.
« Après un procès, le tribunal le radia pendant un an et il reçut une amende de 10 000 $. Il était en faillite et avait perdu son cabinet. Cram se déplaça à son ranch à Princeton, une communauté située à environ 280 km à l’est de Vancouver.
« Le juge Gibbs, en rendant sa décision récente sur l’appel du Dr Clark, a déclaré : « après que [M. Cram] ait reçu un traitement pour ses délires paranoïaques attribuable à sa maladie mentale, il a ensuite abandonné toutes les affaires judiciaires qu’il avait initié dans sa phase délirante » et l’une des conditions pour le retour à la barre après un an était qu’il continue de recevoir un traitement psychiatrique pendant cette année-là. M. Cram aurait pu être emprisonné pendant trois mois s’il ne recevait pas le traitement ou faisait défaut sur le paiement de l’amende. »
Renate Andres-Auger était rentrée dans la clandestinité. James Taylor, le membre officiel de la Law Society de la Colombie Britannique, qui avait radié Andres-Auger et Cram, est devenu un juge de la Cour suprême et a émis une injonction en 2002 contre toute mention et accusation de pédophilie.
Ed John, un dirigeant autochtone accusé d’avoir utilisé des tactiques mafieuses, et de la cocaïne et des réseaux de prostitution enfantine, a été effectivement nommé ministre des Services à l’enfance et à la famille dans le NPD (socialiste) du gouvernement provincial en 2000. L’injonction a également couvert toute mention de ces accusations.
COMMENTAIRES SUR CET ÉPISODE HONTEUX
Jennifer Wade, une des fondatrices d’Amnesty International à Vancouver, a déclaré en 1999 :
«Le cas Cram/Andres-Auger reste à ce jour, une histoire très étrange et effrayante de la corruption présumée et de la pédophilie opérant dans les hautes sphères. C’est aussi une histoire qui n’a jamais encore été complètement racontée. Peut-être si elle l’était, avec quelques autres histoires étranges, nous, les Canadiens aurions peu de raisons d’avoir le souffle coupé face à la révélation des réseaux pédophiles opérant en Belgique il y a deux ans. La question de la protection et de l’impunité de personnes en haut lieu au Canada devient de plus en plus crédible à mesure que de plus en plus de gens en parlent.»
En 2007, le professeur d’université du Lethbridge Anthony Hall a commenté dans le Canadian Dimension magazine :
«Aucune enquête publique sur le traitement et les accusations de Andres-Auger et Cram n’a jamais eu lieu. Nous ne pouvons que spéculer, par conséquent, sur les circonstances entourant un tel effondrement spectaculaire de la dignité et du respect dans le système de justice pénale. Certes, il parait vraisemblable que certains groupes ou individus haut placé pensaient qu’il, elle, ou ils avaient beaucoup à perdre si Andres-Auger et Cram avait été en mesure de porter ces accusations.»
Hall raconte comment en 1995, lorsque l’avocat Bruce Clark a essayé d’engager des poursuites juridiques pour le compte de clients autochtones, un incident semblable à celui d’Andres-Auger et Cram se produisit dans un tribunal rural de Colombie-Britannique avant qu’ils puissent porter leur témoignage. Clark fut placé en détention et envoyé dans une institution pour un examen psychologique obligatoire.
C’est ainsi que les dissidents étaient traités par les autres satrapes Illuminati en U.R.S.S. Certes ces événements ont eu lieu il y a 15-17 ans, mais vous pouvez parier qu’ils ont généré un froid qui perdure encore aujourd’hui.
CONCLUSION
Les Illuminati ont un intérêt vital dans l’utilisation du leadership autochtone afin de confisquer les terres autochtones et l’accès à l’eau, ainsi que pour organiser le trafic de drogue et les réseaux pédophiles. C’est pourquoi les avocats qui ont tenté de représenter les autochtones ordinaires ont encouru la colère de ces reptiles (moraux). C’est à ce moment que le masque a glissé, et nous avons alors eu un aperçu de la triste réalité de notre société.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.