SANTE SOMATIQUE (CORRIGEE)

My Music, My PLAYLIST :  https://www.youtube.com/watch?v=HQiYe_w78uA&list=PLRpA8pFcR6-gc-




Santé Somatique (corrigée) du cher Ami et Frère Docteur Samir qui a dédié une bonne partie de sa vie avec médecin sans frontières, pour le bien être de l'humanité sur les 5 continents du globe et continue à le faire encore dans de différents hôpitaux en Belgique.


I .  Le déroulement de la consultation médicale

Il existe la consultation médicale standard et les autres consultations en fonction de la spécialisation (la bronche médicale)
A/ La consultation médicale standard se déroule en plusieurs étapes :
L’anamnèse : le médecin consulte le dossier du patient, écoute le patient et lui pose des questions bien précises.
La prise des constantes :
  1. Le Pouls : f1, f1a
  2. La tension artérielle
  3. La temperature
4. Le poids et la taille
L’examen clinique :
C’est l’examen du corps du patient
  • L’auscultation (cardiaque, pulmonaire, gastrique...)
  • La palpation f2
  • La percussion f3
Parfois le médecin procède à des actes médicaux comme faire une infiltration, regarder un pansement, mettre des gouttes dans l’œil du patient…
  • Décision du medecin : orientation du patient vers un autre service, vers la radiologie, vers le laboratoire, ou prescription d'une ordonnance médicale...

B/ La consultation en ONE ou en pédiatrie : cette consultation commence par la prise du poids et de la taille pour connaitre l'évolution staturo-pondérale chez l'enfant, ensuite le médecin examine les oreilles ,le nez et la gorge, examen les reflexes et termine par la consultation standard et la vaccination.
C/ La consultation en obstétrique (gynécologie) : pendant la grossesse, trois consultations sont nécessaires :au troisième mois de la grossesse, au sixième mois et vers huit mois et 20 jours. La première consultation confirme la grossesse, détermine le groupe sanguin de la femme, et vérifie si présence d'anémie. Ensuite les autres examens qui sont communs pour les trois consultations : TA, poids, HU (la hauteur utérine)f4 , le œdèmes des membres inférieurs f5 , l'albumine, le TV (le toucher vaginal)
D/ La consultation en ophtalmologie : quand il s'agit d'une consultation pour correction oculaire, l'ophtalmologue utilise un ototype: c'est un tableau placé à 5 mètres composé des lettres des plus petites au plus grandes .f6b. D'autres examens sont pratiqués comme le fond d'œil f6, f6a, ou la mesure de la pression intra oculaire réalisé grâce à un aplanomètre après anesthésie de l'œil; on peut aussi utiliser un tonométre pour mesure la PIO.

              L’ENDOCRINOLOGIE
Le système endocrinien renferme des glandes qui secrètent des substances chimiques directement dans le courant sanguin.
  1. Les glandes endocriniennes
  • L’hypophyse : f12, elle secrète des hormones qui stimulent les glandes surrénales, la thyroïde, les cellules donnant la pigmentation à la peau, ainsi que les hormones de croissance, l’hormone antidiurétique, la prolactine, et l’ocytocine.

  • La glande thyroïde : f13, elle secrète les hormones thyroxine (T4) et la triio thyroxine (T3) qui contiennent de l’iode : elles ont des particularités multiples :
  • Elles sont indispensables à la croissance de l’enfant
  • Elles sont nécessaires au bon fonctionnement des muscles du tube digestif, des reins, des testicules et des ovaires.
  • Elle participe à la régularisation de la température du corps.
  • Le pancréas : f14 ,f14a elle secrète l’insuline et le glucagon
  • Les ovaires : f15 elles secrètent les œstrogènes et la progestérone qui agissent sur la physiologie de la femme
  • Les testicules : ils produisent la testostérone et les spermatozoïdes.
  • Les glandes parathyroïdes : f16 , elles secrètent la parathormone qui règle l’équilibre calcique du corps.
  • Les glandes surrénales : f17 , elles produisent une série d’hormone qui sert à adopter l’individu à son environnement non seulement physique mais aussi psychologique, aussi sont-elles les premières à réagir au stress. Il existe deux types :
- La médullo-surrénale : elle secrète l’adrénaline et la noradrénaline, dont leur production augmente en cas d’émotion forte.
- La corticosurrénale : elle secrète l’aldostérone et le cortisol.
2. Les maladies endocriniennes
Toutes ces maladies se caractérisent par le déficit ou l’excès de l’hormone secrétée.
  • Maladies surrénaliennes:
  1. En cas d'hypofonction
Maladie d’Addison : f18 et f18a, maladie due à un déficit en cortisol et en aldostérone (hormones secrétés par les glandes surrénales)
Les causes : la destruction de la glande surrénale (maladie auto-immune)
Les signes : extrême faiblesse musculaire, déshydratation, hypotension, confusion mentale, modification de pigmentation cutané au niveau surtout au niveau de la bouche et les mains, coma.
2. En cas d'hyperfonction:
Maladie ou syndrome de Conn: le taux d'aldostérone est augmenté dans le sang,pour des raisons tumeurales ou cancereuses.
  • Maladies thyroïdiennes : 
2. En cas d’hyperfonctionnement thyroïdien : c’est la maladie de basedow f19, qui se caractérise par :
  • Accélération du rythme cardiaque avec essoufflement
  • Intolérance à la chaleur avec sudation des mains
  • Amaigrissement avec conservation d’appétit, voire augmentation d’appétit
  • Soif exagéré
  • Diminution des forces musculaires
  • Trouble de l’humeur, agressivité, agitation
  • Présence d'un goitre f20
  • L 'exophtalmie
En cas d’hypofonctionnement : c’est le myxœdème, qui se caractérise par un ralentissement de mouvement, la peau est pale et froide, la pilosité disparait au niveau du pubis et sous le bras, le sujet devient somnolent, indifférent, les masses musculaires paraissent augmentées de volume
  • Maladies de pancreas
Le diabète sucré : c’est une maladie chronique caractérisée par un excès de sucre dans le sang. Cette maladie est liée à un déficit d’insuline, on distingue deux types de diabètes :
- Le diabète insulinodépendant(DID) ou diabète maigre
- Le diabète non-insulinodépendant (DNID), dans la majorité des cas après 40 ans, et plus particulièrement chez les sujets obèses.
  • Les maladies d'hypophyse :
Maladie de cushing : f21, elle est due à une hypersécrétion d’ACTH,causé par une tumeur d’hypophyse.
La gynécologie

Il existe deux parties dans cette spécialité: l’obstétrique et la gynécologie.
Sémiologie et anamnèse (pour les deux parties)
  • Les métrorragies : les hémorragies vaginales en dehors du cycle menstruel
  • Les leucorrhées : les pertes vaginales
  • Les douleurs pelviennes
  • Les rapports sexuels
  • Le cycle menstruel
  • La fièvre
  • Le nombre d’IVG
  • Les antécédents obstétricaux
  • Les contraceptives utilisées
  • Les parités
  • Les maladies et les médicaments utilisés
A - L’obstétrique :
C’est une branche de médecine qui étudie la grossesse, l’accouchement et la surveillance médicale du post-partum.
Les consultations prénatales sont en général à 3 mois, 6mois et vers les 8 mois et 20jours
Les étapes de la consultation :
  • La prise du poids, et la TA
  • La hauteur utérine f4
  • Le toucher vaginal
  • L’examen clinique des pieds et des jambes f5
  • Analyses sanguines et urinaires
  • Echographie ou radio du poumon si nécessaire
  • L'auscultation foetale
Ces consultations sont nécessaires surtout pour prévenir une toxémie gravidique.
B - La gynécologie :
Endometriose : les causes de cette maladie sont encore inconnues .Des fragments de tissu endométrial qui se trouvent normalement au niveau de la paroi utérine (endomètre) se développent à l’extérieur de l’utérus .Ces parties d’endomètre peuvent coloniser des organes lointains (intestins, poumons …) En cas de l’échec du traitement médical, l’hystérectomie est indiquée (ablation de l’utérus).
Fibromes de l’uterus  : f22 et f22a se sont des tumeurs bénignes constituées de fibres conjonctives et musculaires, apparaissant au environ de la quarantaine, pour disparaitre spontanément après la ménopause : 30% des femmes présentent un fibrome.
  • -Suis-je candidate au fibrome ?
  • si votre mère a eu un fibrome.
  • si vous n’avez pas d’enfant, volontairement ou non.
  • si vos cycles ont été en général longs et irréguliers.
  • y a-t-il des signes qui évoquent l’existence d’un fibrome ?
  • oui, les signes essentiels   sont les métrorrhagies (règles très abondantes) qui sont très rapprochées.
  • non, car, nombre de fibromes sont latents et ne sont découverts qu’a l’occasion d’un examen systématique.
  • Suis-je porteuse d’un fibrome ?
  • la réponse est simple : un toucher vaginal révèle de façon simple l’existence ou non d’un utérus augmenté de volume, bosselé, et irrégulier.
Les polypes de l’uterus :f 23 ce sont des petites formations tumorales allongées qui apparaissent à l’orifice du col, ou dans la cavité utérine.
Les salpingites: aigues et chroniques  :f25
ce sont des infections aigues, ou chroniques des trompes.
Quand doit-on penser à une salpingite ?
  • une vie sexuelle un peu désordonnée.
  • une ou plusieurs fausses couches.
  • la pose même ancienne d’un stérilet, ou une appendicite franche dans les mois qui      précédent.
  • des leucorrhées vaguement purulentes.
Les examens complémentaires :

  • La cœlioscopie f26, f26 a

  • L’hystérographie

  • L’échographie

  • L’amniocentèse

  • Mammographie

  • L’hystérosalpingographie
La gastro-entérologie

1. Les organes :

  • L’estomac : il est relié en haut à l'oesophage(cardia) et en bas au duodénum(pylore). Il secrète les glandes gastriques et des enzymes.
  • Les intestins : l’intestin grêle(6,50m) et le gros intestin ou colon(1,80m)
  • Le pancréas : f14a , situé sous l’estomac, sa tête est encastrée dans le duodénum. Il joue un rôle dans la digestion en libérant des enzymes, aussi il fabrique de l’insuline et du glucagon, c'est une glande endocrinienne.
  • Le duodénum f14a (25cm) en forme de la lettre C .Il mesure 25cm
  • La rate : c’est le cimetière des globules rouges, (200g) ,elle joue plusieurs rôles, parmi lesquels, elle lutte contre l’infection en créant des anticorps.
  • L’œsophage :il conduit le bol alimentaire de la gorge jusqu'a l'estomac par des mouvements péristaltiques.
  • Le foie : c’est l’usine chimique du corps, elle pèse entre 1,1kg et 1,5kg, son rôle :
  • Elle produit les protéines du plasma : l’albumine
  • Elle produit le cholesterol
  • Elle évacue les toxines, ou les restes des médicaments présents dans le sang
  • Elle secrète la bile
  • La vésicule biliaire : c’est un réservoir de la bile en forme de poire, située sous le foie.
2 . Anamnèse et signes cliniques
  • La douleur : localisation, type, irradiation, fréquence, durée. Et surtout si la douleur est avant ou après les repas.
  • Vomissements 
  • Le hoquet f27
  • Couleur de la peau
  • Asthénie
  • La prise des medicaments
  • La constipation
  • Le mauvaise halène
  • Ballonnement abdominal
  • Pyrosis
  • Amaigrissement
  • Anorexie
  • Diarrhée
  • Le rot (l'eructation)
3. Examens complémentaires
  • Gastroscopie f28, f28a
  • Colonoscopie f29
  • Cholécystographie
  • Rectoscopie f 30
  • Œsophagoscope f31
  • Les lavements
  • Tubage gastrique f32
  • TOGD
  • Prélèvements sanguines
  • Examens des selles

4 . Les pathologies
Cirrhose du Foie : f33, souvent l’intoxication alcoolique chronique en est responsable. Le risque est lié à la quantité ingérée plus qu'au type d'alcool. Il existe d’autres maladies qui peuvent aboutir à la cirrhose du foie. La cirrhose est une destruction progressive des hépatocytes. Les femmes dans ce domaine sont plus fragiles.
Signes cliniques de la maladie  :
perte d’appétit, amaigrissement, nausées, soif, tremblements, crampes musculaires, trouble du sommeil, ictère, des œdèmes, confusion mentale, hématémèse
Les gastrites f34 , f 34a, se traduisent par des brulures épigastriques qui surviennent tôt, après les repas, provoquées par certains aliments : mets acides ou sucrés, épices, et alcool. La gastrite est une altération de la muqueuse gastrique de nature inflammatoire. 
Les hepatites virales A,B et C : vous vous sentez fatigué ,et fébrile(T° augmentée) vous avez moins d’appétit ,des troubles digestifs , (nausées vomissements diarrhées),des douleurs articulaires et musculaires, présence d’urticaire, c’est la phase pré-ictérique( avant l’apparition de l’ictère) de l’hépatite
  • hépatite A : on retiendra : ingestion de fruit de mer, contact intime avec un porteur d’hépatite, et la découverte dans le sang des anticorps anti virus A.
  • Hépatite B :après contact sexuel avec un sujet porteur d’hépatite B, piqure accidentelle avec du matériel médical souillé ou lame de rasoir souillée, et la découverte dans le sang de l’antigène B, ou anticorps antivirus B.
  • Hépatite C : c’est une inflammation du foie, qui est souvent asymptomatique, mais qui évolue en général plus tard vers une cirrhose et un cancer du foie. La transmission se fait après une piqure avec des instruments souillés, après transfusion de sang contaminés. C’est la forme la plus lourde, et la plus résistante aux traitements.

L’ictere ou jaunisse  : c’est la coloration jaune de la peau et des conjonctivites, due à une accumulation dans le sang et dans une les tissus d’un pigment appelé bilirubine (secrété par le foie).
Les pancreatites aigues et chroniques:
  • les pancréatites aigues : douleur abdominale violente, irradiante en arrière vers le dos et à gauche vers l’omoplate, le patient est couché en position de chien de fusil sur le côté gauche. La crise dure de plusieurs heures, voire 2 à 3 jours.
  • les pancréatites chroniques : se traduisent par des douleurs abdominales, amaigrissement, diarrhées faites de selles décolorées graisseuses et surtout l’apparition d’un diabète.
L’ulcere gastrique et duodenal : f36 ,f36a, f36 b, c’est une perte de substance au niveau des parois internes de l’estomac ou du duodénum, les causes sont nombreuses :
  • l’hyperacidité : due à l’hyper fonction du nerf pneumogastrique, ou à un facteur hormonal.
  • diminution du mécanisme de la défense des parois gastriques.
  • le stress, la prise d’anti-inflammatoire, ou l’hypercalcémie.

Signes cliniques: une douleur au niveau du creux épigastrique ressemblant à des brulures ou des crampes d’estomac, elles durent de 8 à 15 jours voire plus, avec des périodes de rémission de plusieurs mois ou années. Souvent 2 à 3 périodes douloureuses par an (printemps et automne).
                                          La neurologie

Cette spécialité étudie les maladies et les troubles de :
  • L’encéphale ou cerveau : il reçoit tirés interprétés les sensations qui lui transmettent les nerfs qui s'étendent dans chaque parties du corps, il envoie et coordonne les ordres.
  • La moelle épinière: f37 c'est une extension de l'encephale par le canal rachidien
  • Les nerfs

1. Anamnèse et signes cliniques
  • Les douleurs : céphaliques ou lombaires
  • L’anesthésie
  • Paresthésie
  • Fourmillement
  • Perte de connaissance
  • Paralysie faciale
  • Notion de traumatisme crânien
  • Le vertige
  • Le sommeil
  • La mémoire et la cognitivité
2. Les examens complémentaires
  • La PL ,f38
  • EEG (électro encéphalogramme) f39
  • Le fond d’œil f6a
  • Myélographie
  • TDM (scanner)
  • IRM (images par résonances magnétique)
  • EMG (électro myélographie)
  • L'examen des reflexes
  • L'encephalographie gazeuse: remplacée par l'IRM. Elle permet d'explorer les ventricules(exemple cas d'hydrocéphalie)
3. Les pathologies neurologiques
L’hydrocephalie: f 40, f40 a, c’est un épanchement liquidienne qui se constitue à l’intérieur du crane, sous l’influence des lésions diverses, diagnostiquer par la radiographie, et la ventriculographie gazeuse. La tête est très augmentée de volume.
Sclerose en plaque: les causes restent encore méconnues. C’est une maladie qui est paralysante, elle attaque le système nerveux central. Caractérisée par la destruction de nombreuses plaques de myéline de l'encéphale et de la moelle épinière ce qui empêche la conduction du flux nerveux à l'encéphale.
La maladie de Parkinson: touche prés de 1% de la population, son début est très lent et progressif, le patient présente un tremblement qui apparait lors des émotions, son écriture est modifiée ,elle devient plus petite, sensation de raideur ou lenteur pour s’habiller ou manger.
L’épilepsie: le patient devient brusquement pale, pousse parfois un cri, et tombe comme une masse, agitation des membres, les secousses convulsives sont violentes, la figure grimace avec une expression hideuse, au bout de quelques minutes, l’immobilité totale apparait, le patient semble sortir d’un sommeil profond, ne gardant aucun souvenir, car la perte de conscience est totale.
La meningite c’est une maladie infectieuse grave qui provoque une inflammation des méninges et du liquide céphalo-rachidien (LCR). Elle touche surtout les enfants.
Les encephalites : inflammation de cerveau, consécutive à une maladie infectieuse (rougeole, l’herpès …).
Paraplegie: paralysie des membres inferieurs souvent accompagnée d'une perte de sensibilité et d'une incontinence urinaire. Elle est due à une lésion nerveuse dans l'encéphale ou la moelle épinière.
L’hemiplegie :f41 c’est la paralysie des muscles de la moitié du corps, droite ou gauche .Elle est toujours d’origine centrale.
La migraine: se traduit par des crises de maux de tète, localisées généralement à un hémicrânie, s’accompagnant de photophobie, de nausées et vomissements.
La sciatique f42 , la morphologie la plus typique, le nerf sciatique, se trouve situé sur la face postérieur de la cuisse, au dessous de l’épaisse couche des muscles fessiers et de la cuisse qu’il innerve, puis il bifurque et se termine dans le muscle du mollet, la douleur sera le symptôme dominant le plus pénible.
Alzheimer: c'est une dégénérescence nerveuse inéluctable, caractérisée par la diminution des cellules nerveuses, avec atrophie cérébrale. Révélée souvent par les troubles de la mémoire, de début parfois précoce (45ans), elle se complique en 2 ans ou 3 ans. Les manifestations neurologiques : aphasie (perte de la parole), apraxie (perte de la compréhension de l’usage des objets) et parfois présence d’épilepsie.
L’ AVC ou l’attaque cerebrale ou thrombose  : surgit lorsqu’un vaisseau sanguin du cerveau est obstrué par un caillot ,ou si un vaisseau sanguin du cerveau se rompt.
Les symptoms :
  • la paralysie du bras ou de la jambe
  • Des troubles de la vision (voile noir ou obscurcissement d’une partie du champ de la vision)
  • Des troubles de langage ou de compréhension
  • Une paralysie de la bouche
  • Des maux de tête sévère inhabituelle

Le sang, les composants, les groupes et les
                          Maladies sanguines

1- Les composants de sang 
LES ELEMENTS ROUGES :
  • Les globules rouges :
  • Chez l’homme : sont au nombre de 4,1 à 5,1 millions /mm3
  • Chez la femme : de 4,5 à 5,9 millions /mm3
Se sont des cellules sanguines qui transportent l’oxygène des poumons vers les tissus
  • L’hémoglobine :
  • Chez l’homme : 14- 18g/ml
  • Chez la femme : 12 – 16/ml
L’hémoglobine est une protéine, dont la principale fonction est le transport de l’oxygéne
  • L’hématocrite :
Chez l’homme : 40 -50%
Chez la femme: 37- 47 %
L’hématocrite est le pourcentage relatif du volume de globules rouges circulant dans le sang, par rapport au volume total du sang
  • Les plaquettes : les normes biologiques : 150 000- 450 000 mm3
Le rôle des plaques est d’empêcher ou de stopper l’hémorragie
LES COMPOSANTS BLANCS :
  • Les globules blancs : leur role est de combattre l'infection
Leur nombre varie de 5000 à 10 000/mm3
  • Le plasma :
De couleur jaunâtre , il représente plus de la moitié du volume sanguine (55%).Il est composée d’eau (90%). Il sert à transporter les cellules sanguines et les hormones à travers le corps

2- Les groupes sanguins
Il existe 4 groupes sanguins : O , A , B , AB
La répartition en Belgique par rapport au pourcentage de la population :

O = 44%
A = 45%
B = 8%
AB= 3%

La répartition dans le monde :

O+= 38%
A+ = 34%
B+ = 9%
AB+ = 3%
O- = 7%
A- = 6%
B - = 2%
AB - = 1%

La transfusion de globules rouges :
Qui peut donner à qui ?
Qui peut recevoir de qui ?

Type de receveur type de sang recevable
O
A
B
AB
O
OUI
A
OUI
OUI
B
OUI
OUI
AB
OUI
OUI
OUI
OUI

3- Les maladies du sang
L' anémie : c’est un état maladif due à une diminution du nombre de globules rouges, ou l’lorsque la quantité d’hémoglobine est insuffisante. Il existe plusieurs sortes d’anémies :
  1. L’anémie par déficit de fer
  2. L’anémie par déficit vitaminique (Vit 12)
  3. L’anémie associée à des maladies chroniques
  4. L’anémie hémolytique
  • Les thalassémies : sont un groupe de maladies héréditaires dues à une perturbation de la formation et de la fabrication d’hémoglobine.
  • L’hémophilie : c’est une maladie hémorragique aigue (incapacité du sang de coaguler). Cette maladie est provoquée par le déficit d’un des deux facteurs de la coagulation
  • Les leucémies ou cancers de sang : c’est l’ensemble des maladies malignes, aigues ou chronique, consistant en un envahissement de la moelle osseuse et d’autres organes caractérisés par la prolifération des leucocytes.
    La pneumologie (système respiratoire) f56

Le rôle de ce système est d’apporter l’oxygéne et d’éliminer le gaz carbonique.
Ce système est composé de :
  • La trachée : f57 c’est la voie aérienne qui conduit l’air de la gorge aux bronches. Sa longueur est un peu plus de 10cm
  • Les bronches : elles sont deux, chaque poumon a une bronche. Ces bronches se devisent de 14 à 17 fois donnant des rameaux de plus en plus petits et se terminent par des bronchioles.
  • Les poumons :f58, f59 sont situés dans la cage thoracique. Chaque poumon est enfermé dans une double membrane(les plèvres) qui permet aux poumons de glisser facilement dans la cage thoracique. Les poumons sont formés de plusieurs lobes.
A - L’anamnèse
  • La cyanose
  • Bradypnée : c’est la diminution du rythme respiratoire
  • Tachypnée :c’est l’augmentation du rythme respiratoire
  • L’apnée :c’est le gène respiratoire, exemple chez l’asthmatique
  • La toux (voir sémiologie)
  • Les œdèmes des membres inférieurs f5
  • L’hématémèse : vomissement de sang
  • Essoufflement
  • La fièvre
  • Les douleurs thoraciques
  • L’anorexie

B - Les examens complémentaires
  • La bronchoscopie :f60 , c’est l’exploration des bronches à l’aide d’un bronchoscope après anesthésie générale
  • La bronchographie :Rx des bronches
  • Spiromètrie f 61, f62
  • Spirographie  : étudie le rythme et les volumes respiratoires
  • IDR ou cuti-réaction
  • La biologie surtout le gaz du sang
  • Les Rx de prévention, le scanner, l’IRM
C - Les pathologies respiratoires
  • La pneumonie : maladie plus fréquente chez les hommes que chez les femmes, c’est une inflammation des poumons liée à une infection. On distingue deux grands types de pneumonie :
- La pneumonie lobaire
- La bronchopneumonie
  • L’asthme : c’est une dyspnée sifflante témoignant d’un rétrécissement diffus des voies aériennes.
L'asthme cardiaque: les difficultés dues à un stase sanguine, avec augmentation de la pression circulatoire dans les poumons provoquant une bronchospasme et des sifflements respiratoires. Cette état est lié à une diminution de l'efficacité de la pompe ventriculaire gauche.
Bien que l'asthme cardiaque  et l'asthme bronchique ont des mécanismes différents, ils présentent des symptômes semblables: sifflement et difficultés respiratoires, sensation de serrement thoracique.
  • Les bronchites : c’est l’inflammation des voies aériennes (trachée et bronches) .Elle est d’origine infectieuse, microbienne, ou virale. Les bronchites se traduisent en général par une toux produisant une expectoration
  • La pleurésie : c’est la présence du liquide dans les cavités pleurales, entre les deux feuilles de la plèvre.
  • L'ateléctasie: c'est l'affaissement de certaines alvéoles d'une partie du poumon ou du poumon entier, causé par l'obstruction des bronches ou des bronchioles. L'air qui se trouve déjà dans les poumons ne peut plus être expiré, il est absorbé dans le sang, ce qui entraine l'affaissement d'une partie du poumon. Le poumon pert son élasticité et ne peut plus participer aux échanges gazeuses.
                 L’ophtalmologie

1- L’anamnèse
  • La vision : claire, brouillée, avec des points noirs…
  1. De loin : myopie
  2. De près : presbytie
  • La diplopie : verticale ou horizontale
  • Vision des couleurs : exemple le vert et le rouge (daltonisme)
  • Les douleurs oculaires : en rapport avec la pression intraoculaire
  • L’écoulement des larmes
  • Présence de conjonctivite
  • Mydriase ou myosis f43
  • La notion de diabète
2- Les examens complémentaires
  • La tonométrie :f44 , mesure la pression à l’intérieur de l’œil, se pratique surtout pour diagnostiquer le glaucome
  • Le fond d’œil : se fait à l’aide d’un ophtalmoscope f45, f6a
  • L’ophtalmoscopie : pour explorer les vaisseaux de l’œil
  • L’angiographie fluoresceinique : pour explorer profondément les vaisseaux, et déterminer les stades de tension artérielle
  • L’échèle de correction : pour déterminer les lunette adéquates
3- Les maladies de l’œil
  • La cataracte : c’est l’opacification du cristallin. La cataracte ne rend jamais aveugle : un peu de lumière parvient toujours à passer au travers du cristallin. En évoluant, elle entraine une baisse de vision, une perte de luminosité, et une mauvaise perception des détails.
  • Le glaucome : Terme regroupant différentes affections oculaires, entrainant la détérioration de la tète du nerf optique, caractérisé par une tension extrême intraoculaire.
  • Le daltonisme : trouble de la vision des couleurs, d’origine congénital et héréditaire, qui entraine une confusion entre certaines couleurs, en particulier le vert er le rouge. C'est une maladie qui pose un problème social(en rapport avec certains métiers que les malades ne peuvent pas exercer)
  • La conjonctivite : c’est une rougeur de la conjonctive avec dilatation des vaisseaux et une sécrétion abondante qui peut être accompagnée de douleur oculaire. Elle peut etre d'origine bacterien ou viral
  • Le trachome: infection chronique de de la conjonctive et de la corné, due à chlamydia trachomatis.La transmission est directe, ou par une mouche. 7 à 9 millions d'aveugles dans le monde par cette maladie (pays du tiers monde)
              L’ONE et la pédiatrie

1- Les maladies infectieuses (maladies de l’enfance)
  • La coqueluche :f46 se caractérise par une toux violente et convulsive. L’immunité ne dure qu’une dizaine d’années, on peut avoir la coqueluche plusieurs fois
  • La diphtérie :f47, f47a, c’est une maladie infectieuse aigue, caractérisée par la formation d’une fausse membrane au niveau des voies supérieures du système respiratoire
La transmission : par les sécrétions rhinopharyngées , par des plaies cutanés ou par des objets souillés par le malade.
  • La gale ou scabiose f48 se caractérise par des démangeaisons cutanées intenses. La localisation est surtout au niveau du poignet, les seins et les fesses, causé par un parasite type Acarien : le sarcopte
  • La méningite : se traduit par une inflammation des méninges.
Les symptômes: la fièvre, des vomissements, raideur de la nuque, agitation,trouble de conscience, fuit de la lumière(photophobie)
Le diagnostic est établit par la PL (ponction lombaire). C'est une malade à déclaration obligatoire.
  • Les oreillons ou parotidite :f49 Maladie virale, elle atteint les glandes salivaires et le tissu nerveux, se caractérise par un gonflement des glandes salivaires. Cette maladie n'est pas très grave pour les enfants ,par contre elle est très dangereuse pour l'adulte.
Il n'existe pas de traitement spécifique, il est conseillé d'utiliser les glaces, repos au lit et les antipyretiques, éviter les jus de fruits, ces derniers stimulent les glandes salivaires ce qui augmente encore la douleur
  • La poliomyélite : f50, f50a ,c’est une infection pédiatrique virale qui ne provoque généralement q’une maladie bénigne. Cependant, dans les cas graves, il atteint le système nerveux central et peut conduire à une paralysie étendue (y compris une paralysie des muscles respiratoires), voire la mort.
  • La rougeole : f51 elle touche les enfants à partir du 5-6 mois, maladie contagieuse se manifeste par des petites taches rouge et de la fièvre. Elle peut survenir à tout âge. La transmission se fait par les gouttelettes de la salive, ou contact direct avec les secrétions du nez et de la gorge. Le virus responsable: Morbillivirus(meme famille que le virus des oreillons)
  • La rubéole : f52 c’est une infection virale se traduisant par une maladie bénigne chez l’enfant, mais légèrement plus gênante chez l’adulte. Cette affection n’est grave que si elle atteint une femme enceinte au cours des quatre premiers mois de grossesse ,des complications peuvent survenir: hémorragiques, pulmonaires, hépatiques, neurologiques, diabète, cataracte.
  • La varicelle :f53 maladie infectieuse qui se traduit par des petites cloches (contenant du liquide) ou des boutons répartis sur l’ensemble du corps, avec des démangeaisons. La contamination se fait par la salive. Elle est bénigne chez l'enfant mais redoutable et mortelle chez l'adulte non immunisé ,chez la femme et le nouveau-né.
  • La variole :f54; f54a , c’est une maladie contagieuse éradiquée depuis 1977 caractérisée par une éruption de pustules exclusivement sur le visage
  • Le tétanos : se manifeste par des contractures douloureuses qui apparaissent le plus souvent à la suite de l’infection d’une plaie souillée de terre, cette maladie attaque le système nerveux central
2- A propos de la vaccination
  • Un vaccin se compose principalement de germes pathogènes entiers ou partiels, morts ou fortement affaiblis
  • Il n’ya jamais une garantie 100% qu’aucun effet secondaire n’apparaissent après la vaccination
  • Le bébé commence sa vaccination à partir de 8 semaines
  • Un vaccin combiné : c’est un vaccin (une dose) pour plusieurs maladies


(calendrier vaccinal de base du conseil supérieur de la santé = CSS


Vaccins contre
8 Sem
12 Sem
16 Sem
12 Mois
15 Mois
5-7Ans
10-13 Ans
14-16 Ans
Poliomyélite
   +
   +
   +

   +
   +


Diphtérie
    +
   +
   +

   +
   +

   +
Tétanos
   +
   +
   +

   +
   +

   +
Coqueluche
   +
   +
   +

   +
   +

   +
Haemophilus influenzae B
   +
   +
   +

   +



Hépatite B
   +
   +
   +

   +

   +

Pneumocoques
   +

   +
+




Rotavirus
   +
   +
   +





Rougeole



   +


   +

Oreillons



   +


   +

Rubéole



   +


   +

Méningocoque de type C




   +



Papillome virus humain






   +


3- Le bébé et l’alimentation
La quantité du lait à proposer au nourrisson est fonction de son appétit et de son poids.
De la naissance jusqu'à ce que le nourrisson ait 6 mois, le lait est l’aliment exclusif du bébé.
Le lait premier âge : sa composition se rapproche au mieux de celle du lait maternel. Le bébé a besoin de ce lait depuis sa naissance, jusqu'à 4 ou 6 mois.
Le lait deuxième âge : son nom est généralement suivi du chiffre 2 . Il est conseillé pour les bébés de 6 mois à 1 an. A partir de 4 – 6 mois commence la diversification alimentaire
Le lait de croissance : il a une composition réglementée en besoins nutritionnels, riche en fer, en vitamines A, D, et C , et en sels minéraux
4- La croissance staturo-pondérale chez le nourrisson
La taille : elle est de 50 cm à la naissance, son accroissement est très irrégulier avec deux pics :
  • Les deux premières années : le gain statural est de 50cm
  • La puberté : apparaissent des poussées de croissances
Entre ces deux pics, l’accroissement est de 5 cm par an, après la puberté, le gain n’est plus que de 3 à 5 cm. La taille définitive est acquise vers 20ans
Le poids : il est considéré par rapport à la taille : 3,2kg à 3,50 kg pour 50 cm.
La première année : + 6 à 7kg , après la prise de poids régulière est de 2kg par an
          ORL (oto-rhino-larhingologie)

Spécialité qui s’occupe spécifiquement des problèmes de l’oreille, du nez, du pharynx et du larynx.
L’oreille : f63 , c’est l’organe de l’audition et de l’équilibre, elle comprend : l’oreille externe, l’oreille moyen et l’oreille interne.
Le pharynx : ou gorge, joue un rôle essentiel dans la respiration et la nutrition. Elle peut changer de forme et aider ainsi à prononcer les voyelles.
Le larynx : organe de la phonation, situé entre le pharynx et la trachée, jouant un rôle dans la respiration et dans la protection des voies aériennes supérieurs.
Le nez : joue un rôle dans la respiration et dans l’olfaction.
A - L’anamnèse
  • Les douleurs
  • L’écoulement du nez 
  • Le gène du passage du bol alimentaire et de l’eau
  • Notion de surdité
  • Sifflement ou bruit au niveau des oreilles
  • Ecoulement des oreilles : otorragie
  • Notion d’amygdalite
  • Vertige et vomissement
  • L’équilibre
  • Otorrhée
B - Les examens complémentaires
  • Otoscopie :f7 c’est l’examen du tampon à l’aide d’un petit entonnoir
  • Rhinoscopie  f8
  • Audiométrie : f64 pour évoluer la surdité
  • Laryngoscopie  f31
  • Diaphanoscopie 
  • Miroir de Clar
  • L’épreuve calopique : injection de liquide tiède dans l’oreille pour étudier le vestibule, responsable de l’équilibre.
C- Les maladies en ORL
  • Les otites : ce sont des inflammations de l’oreille ou du conduit auditif (otite moyen ou externe), elles résultent habituellement d’une infection, et peuvent causées une otalgie.
  • L’hypoacousie : ou surdité : c’est la perte partielle ou totale de l’audition. Habituellement elle est congénitale. On distingue les surdités de transmission, qui touchent l’oreille moyen, et les surdités de perception qui touchent l’oreille interne ou le cerveau.
  • Les rhinites : ou coryza : affection virale se traduit par une inflammation avec un œdème de la muqueuse nasale, un écoulement , une obstruction nasale et éventuellement des douleurs au niveau de la face.
  • Laryngite : c’est l’inflammation du larynx. Il existe plusieurs types de laryngite :      laryngite striduleuse, surtout chez l’enfant ,laryngite œdémateuse, laryngite tuberculeuse.
  • Les sinusites : f31a ,état inflammatoire d’un ou de plusieurs sinus de la face. Les sinusites les plus fréquemment rencontrées sont la sinus maxillaire et la sinus frontale
  • Les amygdalites : l’inflammation des amygdales d’origine infectieuse.
  • L 'Acouphène: bruit subjectif ressenti par le malade dans une oreille ou dans les deux. Il s'agit d'une souffrance de l'oreille interne, en envoyant des stimulis neuro-physiologique vers le cerveau. Cette bourdenement peut s'associer à des vertige et des diminutions de l'audition.


               La néphrologie et l’urologie





L’urologie est la spécialité médico-chirurgicale concernant les maladies
de l’appareil urinaire de l’homme et de la femme ainsi que l’appareil reproducteur de l’homme.
La néphrologie est la spécialité qui étudie la fonction rénale normale, à la recherche des causes de maladies rénales et en effectuer le diagnostic ainsi que le traitement
Les différents organes de la néphrologie et de l’urologie f65 , f65a
  • Les reins : assure la filtration du sang et l’élimination des déchets et d’eau sous forme d’urine. Le rein mesure environ 12 cm de long et pèse 130 grammes
  • La vessie : c’est le réservoir de l’urine
  • L’uretère
  • L’urètre
  • La prostate : c’est une glande qui produit une sécrétion qui entre dans la composition des spermes
  • Les testicules : organe sexuel male qui produit les spermatozoïdes et la testostérone, hormone sexuelle male
A- Anamnèse
  • Douleur néphrétique 
  • Anurie : c’est l’absence de miction urinaire
  • Les œdèmes : surtout des membres inferieurs
  • Pollakiurie : augmentation anormale des nombres de miction
  • Oligurie : la diminution du volume de l’urine
  • Hématurie : présence de sang dans les urines
  • Notion d’hypertension
  • La goutte f66, f66a
  • Notion de prise de médicament
  • L’anorexie
B - Les examens complémentaires
  • L’UIV (l’urographie intraveineuse) : Rx après injection d’un produit opaque
  • La cystoscopie : f67, on utilise un appareil à système optique qu’on introduit par le méat urinaire (cystoscope) , pour l’exploration de la vessie, à la recherche d’une tumeur ou d’autres anomalies. Chez les hommes on utilise une anésthesie locale.
  • L’artériographie rénale : après injection d’un produit opaque, se pratique en cas de suspicion de lésions artérielles (anévrisme, angiome…)
  • Le RPP (le retro-pneumo-péritoine) : c’est l’injection de l’air dans la région lombaire, pour mieux visualiser les anomalies rénales
  • La cystométrie : elle évalue la pression de la vessie en fonction de sa capacité
  • La biopsie rénale
  • L'epreuve de 3 verres
C - Les pathologies en urologie et en néphrologie
  • L’insuffisance rénale : souvent asymptomatique, le diagnostic est confirmé par le dosage de l’urée dans le sang (normal, moins de 0,60 g/litre), et la créatinine, qui ne doit pas dépassée 14mg/litre.
  • La glomérulonéphrite aigue : c’est l’inflammation des glomérules (unité de filtration de rein). Cette maladie se traduit par des douleurs lombaires, des œdèmes diffus et une oligurie, une protéinurie, une hématurie et la sérologie avec streptocoque positive
  • L’incontinence urinaire : c’est la perte involontaire des urines :
- Chez l’homme : obstacle au niveau de la vessie, cancer de prostate ; rétrécissement du canal de l’urètre.
- Chez la femme descente d’organe (prolapsus), étirement des sphincters lors d’un accouchement difficile.
- Chez les deux sexes : une affection neurologique, exemple paraplégie traumatique et l’âge : les sphincters urinaires deviennent plus faibles.
  • Les cystites : l’inflammation du revêtement interne de la vessie, liée à une infection généralement bactérienne .Le diagnostic est confirmé par l 'ECBU
  • Lithiase urinaire: f68 , c’est la présence de calcule dans les reins, l’urètre ou la vessie (lithotripsie f69)
  • Rein mobile ou ptose rénale: f70 survient surtout chez les femmes. C'est le déplacement vers le bas du rein par suite de relâchement des structures assurant sa fixité.
                     La cardiologie

C’est l’étude du fonctionnement du cœur, comportant l’examen, le diagnostic et le traitement des maladies du cœur et des vaisseaux, notamment celles liées à l’athérosclérose ou à l’hypertension artérielle.
1- Anamnèse
  • L’essoufflement : au repos ou à l’effort
  • Douleur thoracique et ses irradiations
  • Tachycardie: rythme cardiaque dépassant 100 battements par minute chez l'adulte(fréquence normale: entre 60 et90 bat/mn
  • Bradycardie :moins de 60 contractions/minute
  • Cyanose
  • Œdèmes des membres inférieurs
  • Palpitations cardiaques
  • Diurèse
  • La prise des médicaments
  • Notion d'hérédité
  • Nombre d'infarctus
  • Syncope
  • Anorexie
2- Les examens complémentaires
  • ECG : f71 électrocardiogramme, au repos et au stress (à l’effort)
  • L’angiographie : radio qui consiste à rendre opaque les cavités cardiaque et les gros vaisseaux, après injection d’un produit opaque aux rayons X .
  • Echocardiographie : utilise les ondes ultra son.
  • La scintigraphie : une quantité de produit isotopes appelés traceurs est injecté dans la veine du patient.
  • Le Holter cardiaque.f72
  • Le Holter de HTA
  • La tomocardiographie : est utilisée pour évaluer la quantité de sang qui parvient aux différents muscles cardiaques.
  • La coronarographie
  • La tomodensimètrie = TDM = scanner
  • IRM : image par résonnance magnétique
3- Les pathologies cardiaques
  • Angine de poitrine : ou angor: douleur intercostal de grand intensité ressemblant à une déchirure du cœur, elle comprime la poitrine qui semble prise en étau, bloquant le patient sur place. Elle est causée par une ischémie du myocarde .
  • Athérosclérose: épaississement de la tunique interne , entraine un rétrécissement de la lumière du vaisseau responsable. Il se caractérise par la présence de plaques athéromateuses sur la paroi interne.
  • Endocardite bactérienne : c’est une infection d’origine bactérienne des valves cardiaques .Le diagnostic est fourni, par deux examens : hémoculture (recherche des bactéries dans le sang) et l’échographie cardiaque.
  • HTA : hypertension artérielle, elle est hyper, si elle dépasse : 160mmhg/95 mm hg (ou16 cm hg/9,5 cm hg)
  • INFARCTUS DU MYOCARDE : c’est la destruction d’une partie du cœur, due à la disparition de la circulation sanguine de cette partie du cœur. Le diagnostic est fournit surtout par l’ECG. C'est une forme majeure de l'insuffisance coronarienne se traduisant par un nécrose du myocarde qui provoque des douleurs intenses et persistantes dans la poitrine(= crise cardiaque)
  • INSUFFISANCE CARDIAQUE : lorsque le cœur n’assure plus sa fonction de pompe, c'est-à-dire qu’il n’est plus capable d’engendrer un débit sanguin suffisant pour irriguer correctement les organes (reins, poumons …).
  • INSUFFISANCE CORONARIENNE : maladie des pays civilisés, touchant l’homme plus que la femme, elle est liée à une atteinte des artères qui assurent l’irrigation du cœur, ces artères appelées, artères coronariennes, sont le siège des lésions d’artérioscléroses, responsable d’un rétrécissement du calibre artériel, empêchant une circulation correcte dans le muscle cardiaque.
  • RETRESSISSEMENT MITRALE : diminution permanente du calibre de l’orifice mitral, (passage entre l’oreillette et le ventricule gauche), ce rétrécissement gène le passage du sang.
  • PERICARDITE : c’est l’inflammation de l’enveloppe fibreuse du cœur, souvent d’origine virale

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.